• Aujourd’hui, dans un journal généraliste, j’ai noté trois faits économiques : la famille Pinault cède FNAC-Darty au groupe allemand Ceconomy, l’usine TIM qui fabrique des cabines d’engins de chantier avec 1 million d’euros de pertes mensuelles, a été reprise par un manager d’origine bulgare, les Italiens veulent remplacer les Coréens à la tête des constructions navales STX mais à condition d’avoir la majorité comme leurs prédécesseurs, ce qui ne convient pas au gouvernement actuel.

    Ces quelques exemples ont été piochés aujourd’hui, mais chacun sait qu’il y en a bien d’autres comme les vignobles devenus chinois ou les hôtels de luxe devenus arabes.

    Si des étrangers viennent moissonner en France, je suppose que les Français font également leur marché en dehors de l’hexagone, mais on en parle moins.

    La mondialisation économique, c’est comme un shaker à cocktail, ce qui est dedans est sérieusement secoué et ce qui en sort n’est pas toujours buvable.

    Pour les groupes investisseurs la mondialisation ressemble au jeu des chaises. Ils tournent autour du monde et installent leur postérieur de poids dès qu’une chaise se libère si elle n’est pas trop bancale. Mais les Etats sont souvent là pour recoller les morceaux et pour donner un coup de pouce que l’investisseur suce un peu avant de s’en aller pour chercher une autre chaise ou plutôt un autre fauteuil de PDG.

    La mondialisation des chaises


    12 commentaires
  • L'intervention de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à la conférence internationale du sida a été perturbée par des militants scandant "Shame on Macron". Pourquoi ? Trois associations de lutte contre le sida (Coalition Plus, Act-Up Paris et Aides) ont regretté l'absence d’Emmanuel Macron à cette conférence, alors qu’elle se déroule à Paris jusqu’au 26 juillet. Elle est le signe, selon elles, d'un "désengagement de la France", "comparable à celui de Donald Trump".

    Il faut avouer que les associations de lutte contre le sida foisonnent, et le fait que la maladie a préférentiellement touché les homosexuels masculins n’est pas étranger à cette émergence, d’autant plus qu’elle les touchent encore largement puisque la prévalence de la séropositivité dans cette population atteint presque les 15% !

    Ces associations ont toujours été très politisées, parfois à mauvais escient. Lorsque la maladie est apparue et qu’à l’époque elle était toujours mortelle et ne touchait pratiquement que les HSH (les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes), on interdisait aux médecins de rechercher une contamination éventuelle sans avoir la permission du patient afin d’éviter toute stigmatisation. Cette décision politique stupide sous la pression des associations d’homosexuels a évidemment contribué à étendre la maladie.

    Si Macron devait assister à toutes les conférences médicales pour prouver qu’il ne se désintéresse pas de la maladie concernée (il reçoit cependant des délégations concernant le sida et son absence à la conférence ne prouve aucunement le "désengagement de la France"), il a du pain sur la planche. On doit tout de même faire remarquer à ces associations de lutte contre le sida qui semblent très susceptibles, que l’on meurt aujourd’hui bien plus souvent du cancer ou de maladies cardiovasculaires que du sida, et que les participants aux conférences sur le cancer ou le cœur n’exigent pas à chaque fois la présence du président de la République.

    Pour changer de président, dimanche dernier, la conférence a appelé le président américain à maintenir les aides du pays. En prévenant que si les Etats-Unis réduisaient leurs aides en faveur de la recherche pour le sida, « cela se traduirait par des morts et des nouvelles contaminations supplémentaires ».

    Je suis évidemment partisan de maintenir ou d’augmenter les crédits pour la recherche médicale et ce, quelle que soit la maladie. Mais en matière de sida, on peut se demander pourquoi la réduction des crédits pour la recherche conduirait obligatoirement à plus de morts et de contaminations. Certes, trouver un vaccin serait l’idéal, mais en son absence, aujourd’hui, le traitement existe (même s'il peut être amélioré et mieux diffusé) et a permis de transformer une maladie toujours mortelle en une maladie chronique contrôlée.

    Et si l’on parle de nouvelles contaminations, autant que des crédits ne faudrait-il pas aussi parler du comportement des populations le plus souvent touchées par le VIH ? La façon de vivre sa sexualité est le principal facteur en matière de contamination, la multiplicité des partenaires, le type de rapports et l’abandon du préservatif, en sont les premières causes. Un changement de comportement, dont ne semble pas vouloir nombre de jeunes, serait bien plus efficace que tous les crédits du monde, mais il ne semble pas pour demain depuis que l’on a montré que la prise préventive d’antirétroviraux (fort onéreuse) diminue nettement les risques de contamination et conduira peut-être à ne plus prendre de précautions pour ceux qui ne veulent mettre aucun frein à leur sexualité et demande à la société de le leur permettre.*

    Voir aussi : "192. Comment jouir sans entrave aux frais du contribuable"

    *Actuellement, à l'AP-HP, 2500 personnes bénéficient de la prévention PrEp (préexposition) en prenant du Truvada (association d'anti-rétroviraux) de façon quotidienne ou ponctuelle.


    10 commentaires
  • Quand l’islam est consommé avec modération

    Dalil Boubakeur est le recteur de la Grande Mosquée de Paris. Il est estampillé musulman modéré qui en son temps avait fait la proposition charitable de transformer les églises vides en mosquées pleines. Ce bon Dalil, tout en rondeurs, est donc responsable en tant que recteur du site internet de la Grande Mosquée et des articles diffusés par celui-ci.

    Aurélien Marq a eu la patience de lire certains d’entre eux et a tout de même été étonné de l’intolérance dangereuse de leur contenu et se pose même cette question en conclusion « Dalil Boubakeur, convive habituel des cérémonies officielles, est-il christianophobe, paganophobe et antisémite ? »

    Le mieux est de se reporter à son article paru dans Causeur : « Islam : le dangereux discours de la Mosquée de Paris ».

    Mais en substance, sachez que pour ces modérés de l’islam tout ce qui n’est pas islamique est erroné, volontairement falsifié ou stupide et à aucun moment ils n’envisagent que l’on puisse croire à une transcendance autre que la leur et du haut de leur vérité méprisent toutes les autres :

    - Daril Boubakeur signe lui-même un article où il met sur le même plan dans une énumération les « représentations figurées de Dieu », qui est une des caractéristiques du christianisme, que la haine, le racisme et la cupidité, en associant par ailleurs les confessions à l’abêtissement des masses. Il considère que le paganisme et les absolutions des péchés comme des impostures et donc, par voie de conséquence, les polythéistes et les chrétiens comme des imposteurs.

    - Un autre article considère que les adeptes de Jésus étaient d’une naïveté ou d’une ignorance extrêmes, ce qui suggère que les compagnons de Mahomet étaient, eux, savants et lucides.

    - Un article souligne la stérilité patente des polythéismes (celui des Grecs étant grossier !). Il semble que l’islam aurait beaucoup à apprendre de la civilisation égyptienne et de l’incomparable richesse philosophique, artistique et scientifique de la Grèce antique dont les premiers musulmans se sont d’ailleurs inspirés et qu’ils ont contribué à transmettre à l’Occident.

    - Quant aux Juifs, ce sont évidemment des faussaires. Que les Hébreux aient conçu le monothéisme environ deux mille ans avant les Bédouins de la péninsule arabique est impardonnable. L’auteur de l’article affirme donc que les Juifs ont falsifié la Bible à leur avantage, le fait de l’avoir écrite rend évidemment la chose plus commode. Et il tombe sous les sens que ce n’est pas Isaac qu’Abraham devait sacrifier pour son Dieu, mais bien Ismaël, ancêtre des Arabes et donc dépositaire de la Révélation alors que les faussaires juifs l’ont attribuée à Isaac et à son fils Jacob.

    On ne peut que saluer la saine ambiance qui règne parmi les musulmans modérés de la Grande Mosquée de Paris.


    16 commentaires
  • Le coureur polonais Pawel Poljanski a posté sur Instagram une photo de ses jambes, "un peu fatiguées" après la 16e étape du Tour de France

     Si vous voulez avoir de la veine, faites du sport.


    14 commentaires
  • La Grande Muette et le Grand SourdD’après Le Point, Macron devant SES troupes à Istres « a donné, pour la première fois sous cette forme, sa conception de la relation des soldats français avec la société qui les entoure. De la même manière qu'il souhaite qu'un chef d'état-major ne s'exprime pas devant les députés – ou ailleurs – sur les questions budgétaires, il insiste sur la nécessité pour les militaires de préserver la confidentialité de leurs activités, tout en disant qu'il mesure » : « l'ingratitude de missions qu'on ne peut raconter, de secrets qu'on ne peut partager, de ce qu'on ne peut dire ni aux proches ni aux familles. Mais c'est que votre quotidien, et la crédibilité même de notre pays, c'est la condition de la crédibilité de la France sur la scène internationale, dans nos théâtres d'opérations, lorsqu'elle participe à des coalitions. »

    Autrement dit un chef d’état-major, pour Macron, n’a le droit de s’exprimer sur absolument rien s’il est interrogé par une commission parlementaire alors que les députés ont le droit de convoquer qui ils veulent pour information. L’armée doit retourner à sa mutité légendaire y compris devant les députés dont le rôle est, entre autres, de contrôler le gouvernement.

    Avec ce précédent De Villiers, les hauts fonctionnaires convoqués devant les commissions parlementaires risquent de ne plus vouloir les informer d’une réalité autre que celle voulue par l’Elysée s’ils veulent conserver leur poste.

    Les députés seront ainsi atteints de surdité, ce qui ne gênera probablement pas la majorité de marcher (elle en a l’habitude) comme un seul homme et de voter les lois ou d’entériner des décisions sans les avoir évaluer par une enquête, faisant confiance à « la pensée complexe » de l’Elysée.

    Un Parlement sourd, ça sert à quoi ? A bavarder sans s’entendre.

    Dessin paru dans Le Canard enchaîné du 19/07/17


    10 commentaires
  • Revue de p(a)resseIl semble, d’après les dires, que Macron veut relâcher les liens un peu trop serrés qui existaient entre la Présidence et les journalistes, Hollande ayant abusé des confidences à son détriment. Les journalistes politiques seraient donc en phase de sevrage et un peu désorientés par la nouvelle ambiance.

    Néanmoins, les journaux sont atteints de macronisme contagieux, et le nom du président de la République y foisonne. Il suffit de faire le tour de quelques journaux en ligne pour s’en apercevoir. Non seulement on y relate ce que Macron fait ou dit mais aussi ce qu’il ne fait pas. Ainsi l’AFP précise qu’Emmanuel Macron sera absent à la première journée des Etats généraux de l’Alimentation, alors que tout le monde s’en fout. Quant à l’Huffingtonpost, il rapporte le démenti de Macron à qui l’on prête d’avoir dit à Laurence Haïm : « Non mais je rêve ! Et puis quoi encore » en lui refusant un poste d’ambassadeur. Le même journal propose les images de Macron sur le tour de France et s’inquiète de la grandeur excessive de la photo officielle du sus-dit qui pourrait coûter cher. Informations dont on ne saurait se dispenser.

    Devant cet intérêt courtisan (ou devant la vacuité politique), on comprend les réticences de certains comme Alain Finkielkraut qui a fait paraître dans Causeur un article intitulé « Je ne suis pas pro-macron et je me sens seul ». A noter que c’est dans Le Figaro et dans l’Express que le nom de Macron est le moins cité aujourd’hui.

    Bien que Macron est omniprésent dans les médias, Marianne signale que nombre de députés LREM ne l’avaient encore jamais rencontré. Macron s’est donc présenté à eux en affirmant : « Il n’y a pas d’ordre jupitérien ». Personne ne croit encore à la mythologie, mais peut-être que ses fans se sont posés la même question que Slate, « Si Emmanuel Macron était un personnage de la série Game of Thrones » quel serait-il ?

    Sûrement celui d’un apprenti chef de guerre. Son différend avec Pierre De Villiers, poussé à la démission de son poste de chef d’état-major, s’étale encore dans toute la presse. Macron lui ayant reproché d’avoir exposé sur la place publique son désaccord alors que les informations du général à la commission de la défense avaient été délivrées à huit-clos. Des députés irresponsables les ont divulguées, ce qui aura pour conséquence que lors de prochaines auditions de hauts fonctionnaires, les députés n’obtiendront que des informations prudentes et biaisées.

    Un chef de guerre qui cherche à se mettre au courant de la guerre. L’Express signale que Macron a visionné la bataille de Mossoul à l’Elysée.

    Les guerriers, eux, ne sont pas contents de ce morveux qui n’a même pas fait son service militaire et le Huffingtonpost rapporte quelques-unes de leurs réactions : « Autoritarisme juvénile », « De Villiers ouvre les yeux des Français sur le narcissisme autocratique de Macron »

    Bien sûr, notre chef de guerre « souhaite tourner la page » (Le Monde) et veut se livrer à une câlinothérapie. L’Express : « Istres : que vient faire Macron et le général Lecointre sur la base 125 ? » et l’Huffingtonpost répond : « Macron à Istres pour rassurer les militaires, avec son nouveau chef d’état-major ».

    Si les militaires ont peur, ce n’est pas rassurant.    


    10 commentaires
  • La France souffre d’une dissociation de la personnalité

    Les extrêmes, de la droite dont le FN, et Mélenchon, souvent sur la même ligne, s’élèvent contre le discours de Macron à l’occasion des 75 ans de la rafle du Vel d’Hiv qui rappelait, comme l’avait fait Chirac, la responsabilité de la France dans la déportation et l’extermination des 13000 Juifs arrêtés en juillet 1942, dont 4000 enfants et plus de femmes que d’hommes. Rafle organisée (notamment par Bousquet, le copain de Mitterrand) et exécutée par la police et la gendarmerie françaises en prenant des initiatives qui n’avaient même pas été exigées par les Allemands.

    Pour Marine Le Pen et Mélenchon, la France n’est aucunement responsable de cette ignominie car « le régime de Vichy n’était pas la France, la France était à Londres », ce qui suggère au passage que la majorité des Français s’était engagée dans la résistance en suivant De Gaulle, ce qui bien sûr n’était pas le cas ; 1942, c’était bien trop tôt pour les résistants de la dernière heure, le premier revers de l’armée allemande à Stalingrad n‘avait pas encore eu lieu, la bataille venait juste de commencer, le jour même de la rafle du Vel d’Hiv, le 17 juillet 1942.

    Selon cette affirmation, il existerait une France éternelle, toujours égale à elle-même, vertueuse et fraternelle, incapable de vilénies. Et à côté de cette France irréprochable, il existerait – en quelque sorte dissociée par un mal schizophrénique – un gouvernement de la France que l’on peut accuser de tous les crimes et qui ne devient légitime que s'il se conduit correctement.

    Le paradoxe pour le FN est son amour pour De Gaulle alors qu’au moment de la Guerre d’Algérie, Le Pen sénior et ses partisans de l’époque étaient plutôt dans le camp de ceux qui voulaient l’assassiner et on aurait trouvé parmi eux nombre de sympathisants du Régime de Vichy. Il est fort possible que des nostalgiques de « Travail, Famille, Patrie » s’y trouvent encore.

    Mélenchon, lui, arrange l’histoire de France à sa manière. Comme il efface les excès sanglants de la Révolution française, Il oublie que les pleins pouvoirs avaient été donnés au Maréchal Pétain par l’Assemblée nationale régulièrement élue, au soulagement de la plupart des Français partisans de l’armistice. Ce n'était pas la France dit-il car la France c'est la République (et non "l'Etat français" de Vichy) en oubliant qu'elle a été plus longtemps monarchique et que ce sont les rois qui l'ont constituée.

    Un pays est bien trop difficile à définir car trop divers. Dire que la France était à Londres est une vision réductrice, et optimiste, mais d'un autre côté les collaborateurs avec l’Allemagne étaient minoritaires, et si certains se livraient à la délation ou avaient largement participé aux basses oeuvres de l'occupant, nombre de Français risquèrent leur peau pour sauver des Juifs surtout après la rafle du Vel d’Hiv car auparavant ils furent plutôt indifférents à leur sort, mais avec les conditions terribles de cette rafle, beaucoup prirent alors conscience de l’ignominie perpétrée par leur propre gouvernement, notamment à l’égard des enfants qu’ils ont contribué par la suite à sauver.

    Anselm Kiefer : « La lande de la Marche de Brandebourg »


    12 commentaires
  • Allez ! Ne boudez pas, faites-vous la bise.


    6 commentaires
  • "Le défi de l'Afrique, il est totalement différent. Il est beaucoup plus profond, il est civilisationnel aujourd'hui. Quels sont les problèmes en Afrique ? Les États faillis, les transitions démocratiques complexes, la transition démographique qui est, je l'ai rappelé ce matin, l'un des défis essentiels de l'Afrique. Quand des pays ont encore aujourd'hui 7 à 8 enfants par femme, vous pouvez décider d'y dépenser des milliards d'euros, vous ne stabiliserez rien".

    Cet extrait de la déclaration de Macron au G20 de Hambourg (où d’autres questions avaient été évoquées par lui, mais passées sous silence) a provoqué de vives réactions notamment dans les médias anglo-saxons qui parlent de racisme, de relent de mépris colonial, le terme de « civilisationnel » est critiqué et Libération d’ajouter le 10 juillet : "Sous-développement : quand Macron s'attaque au ventre des femmes africaines".

    La première question qui se pose : est- ce faux ? Non, car il est prévu une très forte croissance démographique en Afrique d’ici 2050 et cette surpopulation va aggraver les conditions économiques et amplifier l’émigration, notamment vers l’Europe. L’on sait aussi que l’élévation du niveau de vie contribue au contrôle des naissances. Mais le facteur économique n’est pas le seul sur lequel il paraît nécessaire d’agir. Il me semble que Macron n’a pas tort de souligner que le facteur démographique doit être également pris en compte si l'on veut que les besoins cessent de croître de façon exponentielle, et dire qu’il « s’attaque au ventre des femmes africaines » est stupide car je suppose qu’elles préfèreraient ne pas passer d’une grossesse à une autre et contrôler le nombre de leurs maternités.

    Macron a-t-il eu tort de parler de « civilisation » ? Sans doute que le terme de « culture » eût été mieux adapté quand on pense aux relations entre les hommes et les femmes en Afrique, aux facteurs religieux etc…On ne peut nier que la société africaine est différente de la société occidentale et le dire n’a rien de raciste. Nombre d’Africains eux-mêmes critiquent leur société qu’il s’agisse des mœurs ou de la corruption de leurs dirigeants, sans participer au déni systématique et nocif des antiracistes de tous bords.

    On pourrait cependant rétorquer que les Africains, s’ils sont capables d’autocritique, risquent de mal supporter les critiques des occidentaux surtout de la part d’une ancienne puissance coloniale. Mais on pourrait aussi répondre que les occidentaux sont les premiers intéressés par la situation africaine dont ils subissent le contrecoup aussi bien par l’aide au développement qu’ils apportent éventuellement, que par le flux migratoire qu’ils absorbent bon gré, mal gré.

    D’une façon générale critiquer une autre société que la sienne n’a rien de raciste. Est-ce raciste de critiquer les dérives de la société américaine, chinoise ou brésilienne ? ou de constater l’excès démographique en Inde ou en Chine (que ces pays lucides tentent de contrôler) ? Le racisme est évoqué dès que la critique implique des noirs, ce qui est une autre forme de mépris « protecteur ».

    Il est intéressant de noter que Libération qui ne veut pas que l’on touche « au ventre des femmes africaines » a publié le 12 juillet un article de l’AFP intitulé : « Faire moins d’enfants, meilleure action pour réduire son empreinte carbone ».

    Cet article fait état d’une étude suédoise récemment publiée dans la revue Environmental Research Letters. Il apparaît en analysant les résultats de 39 autres études, que quatre actions pourraient réduire de façon importante l’empreinte carbone individuelle. La réduction annuelle d’émission de CO2 serait d’après ce travail de :

    - O,8 tonne avec une alimentation sans viande.

    - 1,6 tonne en évitant un voyage aérien.

    - 2,4 tonnes en ne possédant pas de voiture.

    - 58,6 tonnes avec un enfant de moins ! 

    Cependant, ces études et ces évaluations ont été faites pour des pays développés et la plupart des pays africains sont toujours en voie de développement. Il semble tout de même que le contrôle de la démographie en Afrique serait bénéfique avant tout pour les Africains, mais également pour le monde entier. Le dire n’a rien à voir avec le racisme.


    6 commentaires
  • Gagner une voiture en embrassant le plus longuement possible sa carrosserie (cinquante heures maximum, tout de même, on n’est pas des sauvages).

    Lire la suite...


    4 commentaires