• La révolution culturelle occidentaleAmateur de musique, je me dois de relayer l’appel de la violoniste Zhang Zhang qui montre à quel degré d’imbécilité suicidaire nous sommes parvenus et en m’inclinant devant sa prise de position

    Lire la suite...


  • Quand l’âge nous prend, et même si l’on ne campe pas sur des positions passéistes en approuvant l’évolution de la société lorsqu’elle va dans le sens de la tolérance ou de la justice, on peut tout de même être surpris par la rapide évolution des mœurs. Il en est ainsi de la procréation qui devient de plus en plus artificielle depuis que les médecins et les biologistes s’en sont mêlés en passant d’une médecine préventive, curative ou palliative à une médecine du bonheur cherchant à combler les désirs individuels et en cédant aux revendications plus politiques que sanitaires de chacun.

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • Cueillette d'un entrefilet dans Marianne et de quatre titres dans HuffPost.

    Lire la suite...


    11 commentaires
  • Le braceletNos juges ne sont pas rancuniers : ils ont offert un bracelet à Sarkozy bien que pendant sa présidence il les ait mis en boîte en les qualifiant de petits pois. Les magouilles en politique finissent par se payer cher. Si cela continue nous n’aurons que des politiques honnêtes. Non pas que l’honnêteté soit incompatible avec l’exercice du pouvoir, mais c’est tout de même un handicap. La politique c’est un peu l’art de mentir en étant cru pour atteindre un objectif nécessaire et comme le disait Edouard Herriot : « La politique, c'est comme l'andouillette, ça doit sentir un peu la merde, mais pas trop ». Le plus bel exemple est le « je vous ai compris » de De Gaulle face à une foule de Pieds Noirs qui l’acclamèrent à Alger avant d’être chassés du pays où ils étaient nés. Si cela continue nous n’aurons que des idéologues, honnêtes mais dangereux car persuadés d’avoir raison au besoin en tordant ou en détruisant la réalité pour satisfaire leurs lubies. Nous aurons une Rousseau qui, comme son grand homonyme, croit que la nature c’est bien et l’homme c’est mal, sauf le sien car il est « déconstruit », et qui se prend accessoirement pour le prototype féminin du Messie. Nous aurons des démodés à la mode Guevara ou Trotski. Nous aurons des zozos persuadés que la solution est de remonter le cours de l’histoire au besoin en y apportant quelques retouches. Ce qui laisse penser que finalement l’idéologie n’implique pas l’honnêteté et peut-être que les idéologues sont encore plus malhonnêtes que les autres car tout est permis lorsque l’on détient la vérité et que l’on veut l’imposer. Illustration : Grosz.


    8 commentaires
  • PourpoireEmmanuel Macron a donc décidé la défiscalisation des pourboires versés par les clients lorsqu’ils le font par carte bancaire dans la restauration et l’hôtellerie. Cette mesure est plutôt bien vue par les patrons, le contraire aurait été étonnant, mais assimilée à de la mendicité par certains syndicats. Si je ne me trompe pas, il y a quelques décennies le pourboire au café et au restaurant était assez spécifique à la France, connue pour ses bons vins, et que c’est dans les années 70 que l’on a introduit sur les tickets de caisse la mention : « service inclus » qui visait sans doute à faire disparaître cette pratique à la discrétion du client, mais avec une augmentation de la note d’environ 10%. J’avoue que depuis je ne laisse de pourboire (en liquide) que lorsque je trouve le service agréable. J’ai mis un certain temps à constater que cette mention « service inclus » avait disparu des tickets. On appelle ça une belle entourloupe. Et voilà que le président de la République rétablit officiellement le pourboire et cette annonce claironnante mettra le client dans la position d’un avare s’il n’obéit pas à l'injonction républicaine en versant son obèle à la restauration éprouvée par la crise sanitaire. Voilà un acte libre que l’on veut sournoisement transformer en obligation. Il est certain que l’Etat a sorti son carnet de chèques pour distribuer avant les élections de l’argent qu’il n'a pas, mais il le fait également avec celui des autres. Illustration André Martins de Barros.


    10 commentaires
  • L’œuf de CollombC’est à Lyon, dont le maire fut longtemps Gérard Collomb, que le président Macron lors de sa visite ce jour au salon de la restauration a reçu un œuf dur sur l’épaule. Il faut souligner qu’il ne s’est pas cassé, ce qui n’a pas permis à l’œuf de rester debout sur l’épaule présidentiel selon la technique bien connue du navigateur. Le président de la République est devenu la cible favorite des protestataires et peu importe le motif de la protestation : si le lanceur ne sait pas pourquoi il balance son projectile, Emmanuel Macron doit le savoir selon l’adage où la victime sait pourquoi elle l’est, même si le bourreau ne le sait pas. Au salon de la restauration l’œuf en tant que projectile était bien adapté à l’environnement. Ceci doit conduire à une réflexion de la part du service de sécurité présidentiel dans le cas où les protestataires futurs suivraient cet exemple dans le choix de leurs projectiles. S’il serait prudent d’éviter une visite à Rungis où la panoplie des projectiles est très riche, la visite d’une boulangerie pâtisserie est franchement à déconseiller.


    14 commentaires
  • Chapeau l’artisteVoilà un Français de confession juive dont la famille vient d’Algérie, adulé par des Français de souche, chrétiens pour la plupart, et antisémites pour beaucoup. C’est à pisser de rire. Hokusai : "Démon riant"


    18 commentaires
  • 387. Le mystère des médecins antivaxNombre de médecins sont poursuivis par le Conseil de l’Ordre pour avoir déconseillé la vaccination contre la COVID-19 au profit de thérapeutiques diverses à base d’ivermectine et de vitamines. C’est le cas de trois médecins néo-Calédoniens, et en métropole de Wonner, Fouché, Montagnier et de plusieurs généralistes qui ont recommandé un traitement semblable en y ajoutant du zinc.

    Lire la suite...


    10 commentaires
  • RefluxLa COVID-19 commence à refluer à la fois sur le terrain et dans les médias mais elle est remplacée par le Zemmour, un peu sur le terrain, beaucoup dans les médias. Nous avons droit pratiquement chaque jour à un sondage où le Zemmour est inclus comme candidat aux prochaines présidentielles alors qu’il n’a pas encore déclaré sa candidature ou même sans savoir si celle-ci sera possible par l’obtention des 500 signatures nécessaires pour se présenter. Ainsi les commentateurs plus ou moins sevrés de la pandémie bavent-ils sur des sondages hypothétiques et sans valeur à plusieurs mois des élections en se posant des questions angoissantes : à qui va-t-il prendre des voix ? Va-t-il nuire à Marine Le Pen ou à Macron ? Va-t-il par sa présence modifier les protagonistes prévus du duo final ? Mélenchon a-t-il raison de débattre demain avec (ou plutôt contre) Zemmour ? Oui si l‘on aime la démesure. Questions fondamentales car plus proches du fondement que de la réflexion. Le reflux apporte toujours des déchets et la panoplie des candidats proposés montre à quel point la stature du personnel politique est à présent frappée de nanisme. Illustration : Velasquez : "Le bouffon Calabacillas"


    12 commentaires
  • Sandrine Rousseau à l’issue du premier tour de la primaire des écologistes va peut-être postuler pour la présidence de la République française. C’est une « écoféministe ». Voilà un concept idéologique qui vient s’ajouter à tous les autres. Les idéologies religieuses étant hors concours, depuis la rétraction du communisme, devenu croupion en Europe, étiolé à Cuba, plus ou moins regretté en Russie, transformé en capitalisme sous contrôle en Chine, ou ubuesque en Corée du Nord, les micro-idéologies fleurissent dans les démocraties.

    Lire la suite...


    16 commentaires