• Car vous risquez votre peau.

    Des études de l’université de Floride, confirmées par une étude israélienne auraient montré « que l'agressivité des patients pouvait être responsable de 40% des erreurs médicales ». L’impact de cette agressivité pourrait durer 24 heures, toucher l’ensemble de l’équipe soignante, et même être à l’origine d’erreurs commises sur d’autres patients « innocents ».

    Les erreurs médicales seraient à l’origine de 250.000 morts aux USA et 50.000 en France par an. Cette estimation me semble prêter à discussion en raison de l’incertitude dans la définition et le recueil des erreurs médicales, ainsi que dans la relation de cause à effet.

    Mais il est certain que les critiques acerbes, l’agressivité et la violence que peut subir une équipe médicale, et notamment le médecin responsable des soins, ne les laissent pas indifférents. Il ne faut pas s’imaginer que le soignant, tel un roc, conserve sa sérénité en toute circonstance. L’agressivité d’un patient va altérer les performances du médecin dans sa réflexion et même dans son objectivité et son intérêt pour le patient agressif.

    Si l’on se base sur les chiffres précédents, on devrait conclure que chaque année en France, 20000 patients meurent en raison de leur propre agressivité.

    Alors soyez gentil avec votre médecin, il y va de votre vie.


    14 commentaires
  • Lors de son meeting à Nevers, Emmanuel Macron a développé son programme pour la santé (en parlant de « révolution culturelle »[1]) devant un millier de personnes qui semblaient enthousiastes à la fin de sa prestation.

    Bien sûr, beaucoup de généralités et aucune nouveauté sur l’hôpital, les maisons de santé pluridisciplinaires déjà nombreuses (qui ressemblent aux « dispensaires » de jadis), et sur le développement de la télémédecine. Cependant l’ouverture du numérus clausus est envisagé, ce qui évitera peut-être aux jeunes Français de faire leurs études de médecine en Roumanie ou en Belgique, et d’avoir des médecins roumains dans nos campagnes.

    Bien sûr, comme tous les politiques, Macron attend l’essentiel des économies de la prévention, car parallèlement les soins et même les petits seront mieux remboursés, ce qui va tout de même agrandir le trou bien connu.

    La prévention reste la « tarte à la crème » préférée des politiques en matière de santé (voir  «160. La prévention est-elle source d’économies ? »), la rémunération des médecins devant être en partie basée sur un mécanisme qui existe déjà la ROSP (voir 215. ROSP). La prévention est pleinement efficace (c’est à dire en empêchant l’éclosion de maladies) par les vaccinations, et le serait par l’arrêt des intoxications volontaires notamment par l’alcool et le tabac, l’un et l’autre grands pourvoyeurs de maladies mortelles. Jusqu’à présent tous les gouvernements ont plus ou moins échoué pour le tabac et l’alcool.

    Si Macron ne trouve rien d’original en préconisant une vie plus saine pour les Français, il le devient en proposant un service sanitaire de trois mois pour tous les étudiants en santé (40000 estime-t-il) qui iraient dans les écoles prêcher la bonne parole, et ambitionne ainsi de voir se lever la première génération sans tabac (on peut toujours rêver). La bonne parole serait également diffusée dans les quartiers défavorisés (je me suis toujours demandé en quoi) où circulent cependant d’autres drogues que le tabac, et même dans les Ehpad. J’avoue que la prévention ciblant les vieillards dépendants me laisse perplexe.

    J’ai toutefois relevé deux propositions intéressantes :

    - L’évaluation de la généralisation du 1/3 payant. Sur quoi Marisol Touraine, en bonne camarade, n’a pas manqué d’ironiser dans un tweet (véhicule privilégié de la politique) en déclarant que la chose avait déjà été évaluée puisque 73% de Français seraient pour. Notre ministre de la santé confond hardiment sondage et évaluation. Il est même étonnant que 100% des Français n’aient pas répondu qu’ils préfèrent ne rien payer en allant consulter un médecin. Evaluer l’impact de cette mesure, ce n’est pas faire un sondage chez les bénéficiaires, c’est, entre autres, évaluer son fonctionnement, l’éventuelle augmentation du nombre de consultations[2], son coût, le temps consacré aussi bien par l’assurance maladie que par les médecins (qui passent des heures à vérifier les comptes et s’aperçoivent qu’ils ne sont pas toujours rémunérés pour leur travail).

    - Une mesure proposée par Macron pourrait être une source incontestable d’économie : la généralisation de la vente à l’unité des médicaments (qui se fait dans d’autres pays). Que chacun ouvre sa pharmacie, il y verra de nombreuses boîtes de médicaments comprenant de nombreux comprimés non utilisés. Ce gâchis n’est pas sans intéresser les laboratoires pharmaceutiques.

     

    [1] « Il faut conduire une vraie révolution culturelle dans la santé. Nous nous appuierons davantage sur les personnels de santé et les patients. Il faut favoriser les initiatives de terrains plutôt que les décisions uniformes venant d'en haut, pour avancer en donnant du sens, il faut des mesures de long terme. »

    [2] Dans ma pratique j’ai rencontré quelques patients bénéficiant de la CMU et qui ne payaient donc pas leur consultation, venir me voir sans nécessité aucune.


    14 commentaires
  • L’enterrement foetal

     Accouchement à Pompéi

    « Depuis 2011, l’État du Texas a approuvé une série de lois visant à restreindre le recours à l’avortement.

    Sa dernière idée en date est d’imposer aux femmes qui avortent ou à celles qui font une fausse couche à l’hôpital, l’enterrement du fœtus, quel que soit le stade de la grossesse.  En pratique l’état interdira aux établissements de santé de se débarrasser des restes fœtaux dans les décharges sanitaires, et n’autorisera que la crémation ou l’inhumation pour les embryons. La mesure devrait être effective d’ici à la fin de l’année. » (Journal International de Médecine).

    Il est évident qu’un processus de disparition des tissus embryonnaires ou foetaux similaire à celui consacré à la disparition d’un être humain entièrement constitué, vise à culpabiliser les procréateurs en les assimilant à des meurtriers, avec, de plus, l’épreuve d’être le témoin, même à distance, de l’inhumation ou de la crémation de l’amas cellulaire ou d'un foetus partiellement formé dont ils sont accusés de l'avoir volontairement tué.

    L'arme foetale

    "Deux équipes, américaine et britannique, sont parvenues à cultiver in vitro des embryons humains jusqu’à 14 jours, alors que la limite ­technique était auparavant de 9 jours (en photo, un embryon de 11 jours)" (Le Monde)

    A quand l’inhumation du sperme dispersé et des ovules perdus ? Les gamètes sont des demi-êtres humains potentiels, et leur rencontre peut aboutir à un fœtus qui, à 12 semaines, n’est ni fini, ni viable.

    L'arme foetale

    Foetus de 12 semaines

    La culpabilisation est l’élément moteur de la plupart des religions, elle leur permet de dominer le croyant et de lui imposer une conduite dogmatique.

    Il est évident que chacun a le droit d’avoir son opinion sur l’avortement. Mais chacune doit être libre d’interrompre sa grossesse ou pas à un stade précoce. Ce n’est pas une affaire d’homme, mais de femme, et les prêtres, qui ne sont pas – en principe - directement confrontés à cette situation, ont encore moins le droit de décider pour les autres, qu’ils fassent ou pas intervenir Dieu dont ils prétendent, indûment, connaître l’opinion en ce domaine.

    Quand je préparais jadis le concours de l’externat des hôpitaux de Paris, dans le programme figurait une question intitulée : « Complications de l’avortement criminel », c’était donc avant la loi sur l’interruption volontaire de grossesse de 1975. Ces complications consécutives aux avortements clandestins, faites dans des conditions souvent épouvantables, étaient nombreuses et certaines mortelles.

    Tout cela pour dire, ce que chacun est censé savoir, que les femmes confrontées à des situations difficiles ont été amenées de tout temps à se résoudre, souvent douloureusement, à interrompre une grossesse en prenant pour le faire un risque vital en l’absence d’encadrement médical, et celui-ci n’a été proposé que très récemment. Les culpabiliser, de surcroît, manque totalement de compassion.

    L’encadrement de l'IVG est un moindre mal, même si la contraception est préférable. Celle-ci n’est cependant pas pour autant en odeur de sainteté dans les religions qui ont la manie malsaine de se mêler de l’intimité de leurs brebis, et d’encourager la procréation même si les enfants à naître risquent d’être menacés de mourir dans leurs premières années de maladie ou de faim.


    20 commentaires
  • 232. Pollution gratuiteCette semaine le taux de 80 microgrammes par m3 de microparticules ayant été dépassé à Paris, la Mairie a instauré la circulation alternée dans la capitale, et encouragé la population à utiliser les transports en commun et notamment le métro en les rendant gratuits. Excellent initiative.

    J’ai donc profité de cette aubaine pour aller dans les souterrains à l’abri de la pollution régnant en surface pour inhaler gratuitement un bol 3 à 4 fois plus conséquent de particules fines par rapport à celui que j’aurais pu inhaler aux abords du périphérique. Ce bol métropolitain ayant en outre l’intérêt de contenir des métaux de choix comme le fer, le cuivre ou le chrome.

    Il faut dire que le métro a la chance d’être bien servi puisque ses bouches d’aération se trouvent en général à hauteur des pots d’échappement des voitures.

    Ne prenant pas le RER, je me suis contenté de la pollution qui règne sur les quais de métro, bien inférieure à celle que les banlieusards ont l’opportunité d’inhaler sur les quais du RER.

    Pendant mon séjour sous terre, il semble que, pour l’instant, les choses ne se passent pas trop mal en surface. Les hôpitaux sont en alerte pour recevoir des gens âgés, de jeunes enfants et les personnes atteintes de maladies respiratoires, mais il n’y aurait pas d’effets notables – pour l’instant – sur l’activité des urgences en Île de France. Il est vrai que l’étude Pollux avait relevé une augmentation de 50% des diagnostics d’asthme lorsque le taux des particules ultrafines est entre 0 et 25 microgrammes par m3, et qu’ensuite on observerait un plateau.

    Nous sommes peut-être sur le plateau. Ce plateau sera probablement mis au crédit de la décision de la Mairie de Paris, sachant que l’efficacité réelle de la circulation alternée est amplement discutée par les spécialistes dont je ne suis pas.


    14 commentaires
  •  


    De l’inutilité des grandes messes citoyennesLe Comité d'orientation de la concertation citoyenne sur la vaccination (voir 193. Une débat citoyen sur la vaccination ?), vient de rendre son rapport (Pourquoidocteur.fr, ).

    Ce Comité recommande, à terme, une levée de l'obligation vaccinale, en précisant toutefois qu'avant d'atteindre cet objectif, il faudra convaincre les Français du "bien-fondé de la vaccination". Et pour y arriver, le comité préconise "un élargissement temporaire du caractère obligatoire des vaccins recommandés de l’enfant, assorti d’une clause d’exemption et de leur gratuité". Autrement dit : ce qui était simplement recommandé pour certains vaccins deviendrait obligatoire pour redonner confiance aux Français.

    Et une fois l’adhésion de la population et des professionnels de santé acquise, par cette manœuvre machiavélique :"il devrait être possible de lever le statut obligatoire et fonder la vaccination sur la compréhension de son intérêt par tous tant à titre individuel que collectif".

    Bien sûr, ce comité insiste – à juste titre - sur la nécessité de la transparence pour ce qui concerne la publication des liens d’intérêt et la diffusion d’informations scientifiques, notamment les événements secondaires et indésirables.

    On voit ici l’intérêt de ce « débat citoyen » qui s’est déroulé pendant plusieurs mois pour aboutir à ce genre de conclusion.


    10 commentaires
  •  

    La procréation n’est plus ce qu’elle était. Drame en trois actes.

     

    Pièce écrite à partir de faits réels qui se sont déroulés en Californie et ont été narrés dans Slate

    Décor principal :

    Agence privée spécialisée dans la procréation commerciale.

    Protagonistes :

    Le Client : homme de 50 ans, célibataire, sourd, vivant chez ses parents, prêt à payer la fabrication d’un enfant dont il désire être le père biologique. Il offre la somme de 25500 dollars pour en avoir un, avec une prime de 5600 dollars en cas de jumeaux.

    La Porteuse : femme de 47 ans, mère de quatre enfants dont des triplés, ayant besoin d’argent, elle est prête à assumer une autre grossesse pour satisfaire Le Client et son propre compte en banque. Elle l’a déjà fait une fois, deux auparavant, pour un couple.

    L’Inconnue : elle n’apparaîtra pas sur scène. Seuls ses ovules qu’elle a vendus en coulisses joueront un rôle.

    Le Maître de cérémonie : il joue un rôle essentiel dans les deux premiers actes. Il cède la place aux deux avocats dans le troisième.

    Deux avocats : indispensables dans une pièce américaine, surtout à la fin.

    Acte I

    Le Client, fantasme en tête et main besogneuse, éjacule. Pour éviter la censure, cette scène se déroule en coulisses, mais peut être sonorisé. Le sperme, précieusement recueilli, est confié au Maître de cérémonie. Celui-ci sort de sa manche quelques ovocytes de l’Inconnue et procède à leur fécondation in vitro avec le sperme du Client. Cette scène doit se dérouler dans une ambiance de magie comme pour un tour de passe-passe.

    Acte II

    La Porteuse entre majestueusement sur scène pour s’allonger dans le plus simple appareil, et recevoir dans son corps trois embryons masculins (le sexe ayant été précisé par Le Client) des mains du Maître de cérémonie. Cette scène pour éviter la censure, ne pas heurter les âmes sensibles et ne pas satisfaire les voyeurs, se déroule derrière un paravent. Le dialogue entre le Maître de cérémonie et La Porteuse, et éventuellement les plaintes de cette dernière suggèrent l’action.

    Grossesse. Les lumières s'éteignent sur le plateau et lorsqu'elles se rallument La Porteuse réapparait très enceinte.

    Coup de théâtre à la fin de l’acte : le Maître de cérémonie nous apprend que les trois embryons sont viables : La Porteuse attend des triplés.

    Acte III

    Le Client n’a pas les moyens de se payer un troisième enfant et exige que l’un des triplés soit éliminé.

    La Porteuse est contre l’avortement et prête à en garder un, ce qui est refusé par Le Client qui préfère que l’enfant surnuméraire soit adopté.

    La querelle est portée par les deux avocats (d’autant plus que Le Client est sourd).

    Le rideau tombe sur le célibataire quinquagénaire, sourd et à bout de ressources emportant les triplés chez ses parents.

    Courbet : « Le désespéré »


    23 commentaires
  •  

    La semaine dernière dans une salle d’attente nous étions sept. Cinq manipulaient leur smartphone, deux lisaient : ma femme était plongée dans un livre et moi dans un journal.

    Le smartphone étant devenu un objet essentiel, à la fois omniprésent et omniscient, indispensable à la plupart, et dont beaucoup sont dépendants au même titre qu’une drogue, je lui ai consacré ici de nombreux billets dont : « Mutation », « l’Homme connecté », « Connexions dangereuses », « 181. L’amnésie numérique », et « 212. Narcisse numérique ».

    Lire la suite...


    12 commentaires
  •  

    Il fut un temps où le corps de santé était respecté. Dans les pires situations il était accordé un statut protégé à ceux qui portaient secours aux autres, peut-être parce qu’ils n’hésitaient pas à apporter également leur aide à leurs ennemis. Les médecins, les infirmiers, les malades, les blessés, les ambulances, les hôpitaux étaient en général respectés.

    Lire la suite...


    15 commentaires
  •  

    Il existe des médicaments dont on sait qu’ils sont peu ou pas efficaces, mais qui continuent à être prescrits et même pour certains à être totalement remboursés par l’Assurance maladie.

    Ils sont bien davantage que des placebos car leur prescription a une utilité psycho-sociale, et contrairement au placebo, ils peuvent avoir des effets secondaires.

    Lire la suite...


    9 commentaires
  •  

    Il y a pas mal d’années, j’ai reçu à Paris une de mes cousines qui vivait aux USA. Au restaurant le couple américain ne regardait le menu que pour me demander le contenu en cholestérol de chacun des plats et non pas si ceux-ci étaient mal ou bien cuisinés dans ce restaurant. Ce fut pénible pour moi et ridicule pour eux. A l’époque (et probablement aujourd’hui encore) les Américains étaient quotidiennement matraqués et mis en garde contre l’ennemi public n°1 : le mauvais cholestérol.

    Lire la suite...


    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique