• Publicité dans le métro parisien

    Cette jeune personne est bien contente, mais il reste tout de même du travail avant de parler correctement le français.

    Le président de la République passe également des oraux devant des examinateurs sanglés d'une écharpe tricolore qui ne paraissent pas trop défavorables, mais il est possible que ses oraux vont "trop bien" se passer, car ceux sanglés de leur gilet jaune et maintenus à l'extérieur de la salle d'examen par un cordon de police ne peuvent ni ne veulent rien entendre.


    9 commentaires
  • Ce que l’on découvre sous le gilet de certains 

    Dessin de Pessin paru dans Slate

    Le paradoxe est que sans les journalistes, et notamment ceux de la TV, qui n’ont pas cessé de parler des gilets jaunes et de passer en boucle les images de leurs exploits depuis plusieurs semaines, cette minorité de quelques dizaines de milliers de personnes n’aurait pas eu l’impact sur la société française qu’elle a.

    Certes, le génie (qui a eu l’idée ?) fut de revêtir le gilet jaune de la boîte à gants de sa voiture ou du chantier, et d’organiser, non une manifestation unique et localisée, mais des démonstrations multiples et dispersées où ont pu s’exprimer les individus violents et vandales assurant une pression hebdomadaire sur les commerçants, la police, les municipalités qui ont vu bâtiments et mobilier urbain mis à mal, et bien entendu sur le gouvernement, terrorisé à la pensée d’être rendu responsable d’un mort. Ce qui nous a permis de voir cette scène hallucinante d’un boxeur faisant reculer avec ses poings une escouade de policiers nantis de boucliers.

    S’attaquer aux journalistes est un très mauvais signe, c’est l’indice d’une pensée qui veut s’imposer dans l’espace public, c’est obliger les autres à penser comme soi, ne pas admettre d’autres versions du monde que la sienne, c’est le premier acte du totalitarisme, celui des autocrates et des dictateurs lorsqu’ils arrivent au pouvoir.

    Le paradoxe est que la pensée unique n’existe pas chez les gilets jaunes, il y a autant de pensées uniques que d’individus et cette insatisfaction multiforme risque de rester inassouvie.


    14 commentaires
  • Humour involontaire


    6 commentaires
  •  

    « Madras (Inde). 22 novembre. Des jeunes gens sautent dans la mousse qui s’accumule sur le rivage. Celle-ci se forme quand les polluants contenus dans les eaux usées déversées plus loin se mélangent à l’écume de mer."  PHOTO ARUN SANKAR/ AFP 


    8 commentaires
  • A l'exposition consacrée aux périodes bleue et rose de Picasso, les hommes sont moins représentés que les femmes. Quelques tableaux (que je n'ai pas reproduits) montrent son ami Carles Casagemas mort, il s'était suicidé après avoir tenté d'abattre sa maîtresse dont il était particulièrement jaloux. Picasso semble avoir été très touché par la perte de cet ami.

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • Hier, nous sommes allés voir l'exposition au musée d'Orsay regroupant de nombreux tableaux de Picasso de la période bleue et de la période rose qui lui a succédée. Une exposition riche qui attire beaucoup de monde, si bien que nous avons fait une longue queue pour pénétrer dans le musée alors que nous étions déjà en possession des billets, et une attente encore plus longue pour accéder à l'exposition elle-même.

    Bleu et rose de Picasso

     

    On peut comprendre que certaines photos que j'ai pu prendre au cours de ma visite soient mal cadrées car leur prise entre deux têtes était parfois délicate, néanmoins la régulation du flux entrant permettait de voir correctement chaque tableau. Le choix de mes photos est discutable car j'ai laissé de côté de très beaux tableaux fort connus pour en capter d'autres qui l'étaient moins.

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • Aujourd'hui, ce tableau va être mis en vente aux enchères chez Christie's à New-York. La toile intitulée Edmond de Bellamy, from La Famille de Bellamy est signée, mais par une fonction mathématique car elle a été réalisée par une "intelligence artificielle". The New-York Times précise :  “Il n’a fallu ni peinture ni pinceaux, juste un algorithme qui apprend à imiter les lots d’images que lui servent des humains – dans ce cas précis, des milliers de portraits réalisés entre le XIVe et le XXe siècle.”

    Cette œuvre est le fruit d'un trio français appelé Obvious et son prix estimé est compris entre 7 000 et 10 000 dollars !*** A ce prix cette croûte devient de l'art. Après tout, peut-être que l'avenir nous apportera ces images "post-humaines" à foison et peut-être seront-elles plus expressives que beaucoup d'oeuvres contemporaines comme le tableau de Robert Ryman, "Le monochrome" exposé au centre Pompidou :

    Cette toile exprime-t-elle quelque chose ? Ressentez-vous une émotion en la regardant ?

    Il faut avouer que le Centre Pompidou a le sens de la dérision car j'ai eu l'occasion d'y photographier cette affiche :

    L'art doit exprimer. Une expression qui a parfois suffisamment de force pour nous obliger à la ressentir comme pour ce tableau de Goya : "Deux vieillards mangeant de la soupe" qui donne une vision terrible de la vieillesse et nous la subissons.

    Les dents de l’Amer

    Ou dans des oeuvres qui traduisent une émotion que le talent du peintre nous fait partager comme pour le tableau "Perles" de Nussbaum :

    Nussbaum-les-perles.jpg

    Ou celui de Picasso : "Femme qui pleure" montrant le visage décomposé de Dora Maar après le décès de son père :

    Femme qui pleure

    Mais un tableau exprime parfois que de la beauté et l'émotion vient de sa contemplation, comme pour les oeuvres de Chu Teh Chun :

    Ou par le mystère qui s'en dégage et la toile devient alors un support de rêve comme pour ce tableau de Richter : "Image abstraite, lac", sur lequel je me suis permis d'écrire un texte :

    Richter-Gerhard.jpg

    LAC

     

    Le regard

    Glacé par les reflets de lumière

    Froide

    Sombre dans la profondeur du vert

    Emeraude

    Et les écailles d’eau jettent des poussières

    D’étoiles

    Dans la nuit aquatique où règne le mystère

     

     

    Paul Obraska

     


    *** "L’œuvre a été adjugée en moins de sept minutes. L’acheteur final s’est imposé face à un enchérisseur qui participait à la vente par Internet depuis la France, deux autres qui participaient par téléphone, et une personne présente dans la salle. Quand le marteau est tombé, les enchères avaient atteint 350 000 dollars [307 746 euros], le montant final hors frais.” (432500 dollars frais inclus)


    28 commentaires
  • Coups d'oeil du regretté Pétillon

    Coups d'oeil du regretté Pétillon

    Coups d'oeil du regretté Pétillon


    4 commentaires
  • INSECTES

    Devant les infinis bleus du ciel et de l’océan

    On voit sur le ruban de sable couleur solaire

    Des insectes dressés sur leurs pattes arrières

    Minuscules parasites redoutables et turbulents


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique