•  

    Fake news paru en 1637« Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée : car chacun pense en être si bien pourvu, que ceux même qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes… »  (Première phrase du Discours de la méthode de Descartes). Désinformation cartésienne optimiste  exprimée 5 ans après le procès fait à Galilée et basée sur un argument qui ne manque pas d'ironie : les gens ont suffisamment de bon sens puisqu'ils n'en désirent pas davantage . Descartes lui-même avait parfois du mal à distinguer le vrai du faux (voir : "C'est la faute à Descartes" billet publié en Aout 2013), mais comme beaucoup de grands esprits dont la raison reste marquée par leur époque. Et la nôtre a les moyens de cultiver et de diffuser la déraison qui tend à devenir universelle plus que la raison.


    9 commentaires
  • Le tragique n'est pas là où on le pense


    8 commentaires
  • Visites au massacre des innocentsQue les autorités se déplacent sur les lieux d’une hécatombe – et ici il s’agit surtout de jeunes enfants – est une évidence car ces autorités ont une certaine responsabilité dans la survenue du drame. Dans le cas de celui survenu au Texas, leur responsabilité est grande puisqu’aux USA rien n’a été fait pour prévenir les tueries qui se répètent depuis des années, notamment dans les écoles, et la police locale est ici intervenue avec un retard incompréhensible pour tenter de sauver des enfants. Certes, on pourrait aller jusqu’au bout des recommandations à la Trump et armer non seulement les enseignants mais également les enfants. D’ailleurs nombre de ceux-ci possèdent des armes offertes par leurs parents pour leur anniversaire, mais jusqu’à présent ils ne peuvent pas les mettre dans leur sac avec leurs livres et leurs cahiers. Par ailleurs je ne sais que penser de ces personnes connues n’habitant pas la région (Meghan Markle habite à 2000 km du lieu du drame) venant rendre hommage aux victimes et forcément filmées en raison de leur notoriété, leur geste de commisération (même authentique) ayant ainsi un retentissement mondial avec un possible retour sur investissement (même non recherché) : "L’épouse du prince britannique Harry, habillée de la plus simple des manières en t-shirt et avec une casquette, s’est recueillie et a déposé des fleurs devant des croix blanches sur lesquelles étaient inscrits le nom des victimes. Une initiative qu’elle a prise à titre personnel, en tant que mère, afin de présenter ses condoléances et offrir son soutien à la communauté endeuillée, selon un porte-parole à l’AFP."


    10 commentaires
  • Pourquoi les islamistes veulent-ils voir les musulmanes en burkini ? Mais tout simplement pour se rincer l’œil pendant la baignade. Rien n’est plus excitant pour un homme normalement constitué qu’une femme nue dans un habit mouillé moulant intégralement son corps. Le maire de Grenoble et son conseil municipal l’ont bien compris puisque le burkini est permis dans les piscines de leur ville à condition que l’habit recouvrant soit près du corps. Un membre du sénat égyptien Yahya al-Fakhrani – et par ailleurs star de l'écran – a déclaré à ses pairs que le burkini est « plus honteux que le maillot habituel puisqu'il colle trop au corps ». Le sénateur cite sa propre épouse, « de nature très pudique, » qui a renoncé à le porter pour cette raison. Le burkini devrait être déconseillé par simple décence et pour le confort des nageuses obligées de détacher sans cesse le tissu collé à leur peau pour éviter qu’il souligne explicitement leurs formes aux yeux concupiscents de la gent masculine. Coquin de Piolle.


    16 commentaires
  • Une preuve plausibleA mon humble avis, la preuve la plus plausible de l'existence de Dieu est l'existence de la pastèque. En plus, c'est une preuve de poids. Il est tout de même bizarre que ce gros fruit gorgé d'eau délicieuse et désaltérante pousse justement dans les pays chauds où l'eau manque et où les gens sont assoiffés. C'est une fruit miraculeux et qui dit miracle...suivez mon regard...Avouez que ma preuve est plus sérieuse que celle donnée par l'abbé Pluche et Bernardin de Saint -Pierre qui attribuaient à la volonté de Dieu l'existence des côtes du melon peut être plus facilement découpé en famille. Rien n'est plus optimiste que le finalisme, et cette guerre en Ukraine c'est sûrement pour sortir l'OTAN de sa mort cérébrale. Maintenant que c'est fait, on pourrait peut-être arrêter la guerre ? Mais les dieux ont toujours soif comme dirait Anatole, et la pastèque, bien que rouge, ne suffit pas.


    6 commentaires
  • Mini revue de presse sans ordonnance.

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Tirées du Huffpost

    Lire la suite...


    6 commentaires
  • Ce matin, Emmanuel Macron regarda Brigitte sous son masque rajeunissant et lui dit : « Pourquoi me suis-je foutu dans ce merdier ? ». Brigitte ne lui répondit pas pour ne pas rider son masque. Manu prit soudain conscience que sa vie était auparavant confortable alors que depuis cinq ans il allait d’un emmerdement à un autre et qu’en plus il était détesté par les deux tiers de la population jusqu’à le traiter d’assassin et vouloir le décapiter après l’avoir giflé en public. Les Français avaient d’abord enfilé les manifestations de mécontentement les unes après les autres, en étant régulièrement touchés par la fièvre du samedi où l’on vit danser ensemble des participants costumés, les uns en jaune, les autres en noir au milieu des feux de joie. Vint cette épidémie qui paralysa le pays. La guerre avait-il dit. Il y a des mots qu’il faut éviter de prononcer car la guerre vint pour de bon à l’est de l’Europe. Vous croyez que c’est drôle de parler à Poutine pendant des heures, une vraie tête de mule coincé dans le XXe siècle, un mur toujours debout malgré les bombardements. Et tous ces coups de téléphone, tous ces déplacements, toutes ces réunions. Epuisant. Mais pourquoi s’était-il foutu dans ce merdier ? Et pourquoi était-il à nouveau candidat ? « Brigitte – dit-il – je ne me représente pas ! ». Brigitte se contenta de faire une bulle.


    10 commentaires
  • Vraiment ?Accroche tirée du journal Le Huffpost. Est-ce vraiment le printemps qui nous épuise ? Avec des présidentielles qui s’étiolent, et avant que les élections aient lieu, la légitimité de leurs résultats est déjà discutée même par le troisième personnage de l’Etat. A l’heure où des gens meurent sous les bombes pour maintenir leur aspiration à la démocratie et à leur indépendance, il est vraiment épuisant de voir contestée une des bases de la démocratie par ceux qui en sont les garants. Il est épuisant de voir ceux qui craignent de perdre les élections accuser par avance la future personne élue de les avoir volées en l'absence de fraude.  On aimerait n’être épuisé que par le printemps alors qu’un vent mauvais souffle sur l’Europe. Le vent du XXème siècle, celui des grands massacres.


    8 commentaires
  • Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

    Et tu marchais souriante
    Epanouie ravie ruisselante
    Sous la pluie
    Rappelle-toi Barbara
    Il pleuvait sans cesse sur Brest
    Et je t'ai croisée rue de Siam

    Tu souriais
    Et moi je souriais de même
    Rappelle-toi Barbara
    Toi que je ne connaissais pas
    Toi qui ne me connaissais pas
    Rappelle-toi
    Rappelle-toi quand même ce jour-là
    N'oublie pas
    Un homme sous un porche s'abritait
    Et il a crié ton nom

    Barbara
    Et tu as couru vers lui sous la pluie
    Ruisselante ravie épanouie
    Et tu t'es jetée dans ses bras
    Rappelle-toi cela Barbara
    Et ne m'en veux pas si je te tutoie
    Je dis tu à tous ceux que j'aime
    Même si je ne les ai vus qu'une seule fois
    Je dis tu à tous ceux qui s'aiment

    Même si je ne les connais pas
    Rappelle-toi Barbara
    N'oublie pas
    Cette pluie sage et heureuse
    Sur ton visage heureux
    Sur cette ville heureuse

    Cette pluie sur la mer
    Sur l'arsenal
    Sur le bateau d'Ouessant
    Oh Barbara
    Quelle connerie la guerre
    Qu'es-tu devenue maintenant
    Sous cette pluie de fer
    De feu d'acier de sang
    Et celui qui te serrait dans ses bras
    Amoureusement
    Est-il mort disparu ou bien encore vivant
    Oh Barbara
    Il pleut sans cesse sur Brest
    Comme il pleuvait avant
    Mais ce n'est plus pareil et tout est abîmé
    C'est une pluie de deuil terrible et désolée
    Ce n'est même plus l'orage
    De fer d'acier de sang
    Tout simplement des nuages
    Qui crèvent comme des chiens
    Des chiens qui disparaissent
    Au fil de l'eau sur Brest
    Et vont pourrir au loin
    Au loin très loin de Brest
    Dont il ne reste rien

    Jacques Prévert 1946 (dans "Paroles")


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique