• Voter

    L’envahissement par les sondages a cessé à l’approche du scrutin du premier tour des présidentielles, mais le mal est fait : nous connaissons le quarteron de tête et le vote des électeurs en sera pour beaucoup influencé.

    En dehors de ceux qui s’abstiendront et qui observeront le scrutin d’un œil goguenard, il y aura, à mon humble avis, quatre groupes d’électeurs :

    Le premier ne tiendra pas compte des sondages et votera pour le candidat choisi depuis longtemps, et que les péripéties de la campagne, quelles qu'elles furent, n’auront pas influencé. Ce sont des électeurs partisans.

    Le second, sans se poser trop de questions, mais soucieux d’exercer son droit civique, suivra les sondages qui induisent, comme l’on dit, une dynamique et votera plutôt pour un des favoris ainsi désigné.

    Le troisième votera en fonction de la personnalité et/ou du programme d’un candidat sans se préoccuper des sondages et de la suite. C’est en théorie le principe du vote démocratique.

    Le quatrième aura un vote stratégique à partir des sondages et basé sur la perspective du second tour en cherchant à faire obstacle à l’arrivée au pouvoir d’un candidat. Ces électeurs voteront pour le champion, même s’ils ne sont pas entièrement d’accord avec lui, qui leur paraît le plus apte à barrer la route de la présidence à celui ou à celle qu’ils rejettent. Stratégie qui doit tenir compte, non seulement des sondages, mais également de la masse d’électeurs que leur champion pourra éventuellement mobiliser en sa faveur pour le second tour.


    10 commentaires
  • 24 heures après la fusillade des Champs-Elysées, où un délinquant a assassiné un policier et blessé deux de ses collègues, acte revendiqué immédiatement par l’Etat islamique, une autre fusillade est survenue en provoquant deux morts, acte également revendiqué par l’Etat islamique.

    Il se trouve que ces derniers meurtres ont eu lieu en Russie et plus précisément dans les locaux des services secrets russes FSB à Khabarovsk. (Source : Le Point.fr)

    Le rapprochement de ces deux fusillades survenues à 24 heures d’intervalle permet de penser :

    1° Que contrairement aux rodomontades de certains de nos candidats à la présidentielle, un régime « énergique » n’est guère plus efficace qu’un régime démocratique pour prévenir le terrorisme. En outre, l’ironie veut que l’attentat en Russie a été perpétré dans le sein des services secrets qui sont tout de même les mieux placés pour déjouer un attentat.

    2° Que l’Etat islamique a une propension croissante à revendiquer le moindre attentat à défaut de pouvoir l’organiser. Le FSB russe a précisé que « L'assaillant a été éliminé » et que « L'identité du criminel a été établie : il s'agit d'un habitant de la région de Khabarovsk, né en 1999. Des informations font état de son appartenance à un groupe néonazi ». Si on ne peut plus se fier à l’Etat islamique… Ou aux Russes qui peuvent fort bien annoncer une vérité qui leur convient.


    12 commentaires
  • Hier soir, vers 21 h, une fusillade a éclaté sur l'avenue des Champs-Elysées à Paris. On déplore un policier tué et deux autres blessés. Le forcené à l'origine du drame a été abattu. Il s'agissait d'un homme d'origine arabe âgé de 39 ans atteint de fanatodélinquance pour lequel il était suivi, mais dont l'état, pour les experts, ne semblait pas justifier un internement en milieu spécialisé.

    Voir aussi : "Les morts sont inégaux"


    14 commentaires
  • Comme chacun le sait, François Fillon après les primaires de la droite avait toutes les chances de devenir le prochain Président de la République. Peut-être le sera-t-il car les pronostics sont aujourd’hui des plus incertains, mais il semble le moins bien placé du quarteron de tête.

    Comme chacun le sait, ses chances ont été compromises par les articles du Canard enchaîné qui ont révélé au public stupéfait un personnage inattendu (pour lui) à la fois hypocrite, menteur et grippe-sou. Quelles que soient ses sources, le journal satirique a fait son travail puisque les faits paraissent exacts et reconnus par l’intéressé lui-même, mais sans que leur illégalité soit encore formellement établie. Les partisans de Fillon ont beau cracher sur la presse, celle-ci n’a fait qu’utiliser la liberté fondamentale qui lui est reconnue dans une démocratie.

    Cependant, les révélations du Canard enchaîné ont bouleversé la donne électorale si bien qu’une de leurs conséquences possibles est une configuration inédite du second tour qui verrait s’affronter deux candidats extrémistes : Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Bien que l’un et l’autre ne se présentent pas comme tel, et on comprend pourquoi, mais leurs programmes ont beaucoup de points communs qui ne sont pas faits pour rassurer.

    Les partis extrémistes ont toujours eu tendance une fois arrivés au pouvoir, surtout lorsqu’ils prétendent parler au nom du peuple - ce qui est évidemment le cas pour nos deux révolutionnaires - à limiter la liberté de la presse, toujours dans l’intérêt du peuple, chacun ayant le sien.

    Ainsi, dans ce cas de figure, la liberté de la presse utilisée à juste titre en amont, risquerait d’aboutir paradoxalement à sa limitation en aval.

    NB. Le titre de ce billet est une paraphrase du slogan du Canard enchaîné: « La liberté de la presse ne s’use que quand on ne s’en sert pas»


    26 commentaires
  • Je ne suis jamais allé en Arabie Saoudite. J’aurais pu. A la fin de mon internat, un Saoudien qui faisait ses études en France m’avait proposé de m’installer dans son pays à des conditions plutôt flatteuses. Mais je ne me voyais guère vivre (et mon épouse encore moins) dans un pays où les femmes zombies déambulent dans l’espace public comme des fantômes noirs en me privant par leur accoutrement du spectacle de la part la plus belle de l’humanité.

    Parc wahhabite d’attractions

     

    Je ne me voyais pas dans un pays où le pénis ou la vulve détermine la part de liberté attribuée à chacun, en soulevant le problème constitutionnel posé par l’homosexualité qui introduit incontestablement un désordre par la façon illégale de s’en servir. Problème que l’on peut cependant résoudre par l’absurde en décrétant qu’elle n’existe pas.

    Bien que le cinéma, la musique, l’alcool ou la drague, entre autres, sont officiellement interdits pour les Saoudiens en Arabie (mais apparemment pas quand ils séjournent dans un pays mécréant), la pétromonarchie a le sens de la fête et du gain (ce qui prouve qu’elle à la fois du pétrole et des idées). Elle a en effet le projet de créer près de Riyad une ville immense (trois fois la superficie de Paris) uniquement consacrée au divertissement et dont les travaux débuteront en 2018. "la plus grande ville culturelle, sportive et de divertissement du royaume", a affirmé le ministre de la Défense (de rire).

    Bien sûr, il est prévu un gigantesque parc d’attractions, mais il n’est pas précisé si parmi ces attractions figureront les lapidations, les séances de flagellations et les exécutions capitales qui attirent habituellement du monde.

    Parc wahhabite d’attractions

    Dessin paru dans le Canard enchaîné


    14 commentaires
  • EN ATTENTE DE L’ORAGE

    Photo prise sur le pont de St Cloud

    Temps menaçant, temps indécis.

    Entre la noirceur des nuages et les percées solaires.

    Entre l’eau suspendue du ciel et l’eau mobile de la terre.

    Entre le silence trompeur et la menace de bruit.

    L’orage se prépare, va-t-il éclater ?

    Que le temps m’indiffère.

    Que le vent se lève, que tombe la pluie.

    J’appartiens au passé.

    Paul Obraska


    6 commentaires
  • Bonnie and Clyde

    Cyril Hanouna qui anime par sa tchatche l’émission TV « Touche pas à mon poste », dont on connaît le bon goût, a fait voter 178 personnes de son public, le 10/04/17, dans un simulacre d’élection pour le premier tour de la présidentielle. C’est Jean-Luc Mélenchon, avec 32% des voix, qui est arrivé en tête de ce scrutin bidon.

    Bon, on se dit que c’est logique : des fans d’un bonimenteur sont d’évidence sensibles au talent d’un autre bonimenteur, d’un autre homme de spectacle aux saillies appréciées comme le sont pour ce public les saillies (pas de mauvais esprit SVP) de leur présentateur préféré.

    Las ! Ce simulacre d’élection a également été organisé sur des campus d’instituts d'études politiques de Lille, Rennes, Grenoble, et d’Aix-en-Provence depuis la mi-mars. Résultat : JL Mélenchon arrive également en tête et Poutou, le trotskyste qui roule des mécaniques, dépasse parfois Fillon !

    Si on peut penser que, peut-être, le public de Hanouna n’a qu’une connaissance imparfaite du programme de Mélenchon et qu’il a été surtout sensible à sa tchatche, il me paraît difficile d’accuser les élèves de « sciences politiques » de l’ignorer (ce qui serait désespérant).

    Donc, les bras m’en tombent que l’on veuille à la tête du pays un revenant d’une idéologie du XXe siècle qui, quelle que soit la forme qu’elle a prise, a fait le malheur des peuples qui l’ont subie. Est-ce osé de craindre qu’elle puisse aboutir au même résultat dans notre pays quelle que soit la forme que Mélenchon veut lui donner, notamment celle qu’il semble apprécier et qui s’illustre tristement en ce moment au Venezuela ?

    Ce comédien qui attire les foules, admirateur de Robespierre, ambitionne de rejouer une adaptation moderne en plus soft de la révolution française, la constituante en bandoulière, et les riches à la place des ci-devant d’antan.

    Avec une autre revenante du XXème, son double sur bien des aspirations, les deux se référant à De Gaulle que leurs camps avaient vomi en son temps, Mélenchon forme un couple redoutable, à la manière de Bonnie and Clyde, que l’on aimerait ne pas voir ensemble à la scène finale.


    16 commentaires
  • Jardins au Grand PalaisAujourd'hui, nous sommes allés voir l'exposition "Jardins" au Grand Palais. De la botanique mais aussi de beaux tableaux sur le thème du jardin

    Jardins au Grand Palais

      

    Jardins au Grand Palais

     Fragonard

    Jardins au Grand Palais

     Watteau

    Jardins au Grand Palais

     Bellotto dit Canaletto le jeune

    Jardins au Grand Palais

    Cezanne

    Jardins au Grand Palais

    Caillebotte

    Jardins au Grand Palais

    Monet

    Jardins au Grand Palais

    Odilon Redon

    Jardins au Grand Palais

    Klimt

    Jardins au Grand Palais

    Vuillard

    Jardins au Grand Palais

    Bonnard

    Jardins au Grand Palais

    Nolde

    Jardins au Grand Palais

    Klee

    Jardins au Grand Palais

    Richter

    Jardins au Grand Palais

    Picasso : nu dans le jardin

    En sortant, devant le Grand Palais, des parterres de fleurs. La nature est imbattable

    Jardins au Grand Palais


    17 commentaires
  • Bien qu’il n’y ait qu’une chance infinitésimale pour qu’un lycéen en âge de passer son bac s’égare sur mon blog, dans le cas improbable où son égarement le mènerait ici, je tiens à faire œuvre de citoyenneté en l’avertissant que demain se termine un concours organisé par le ministère de l’Education nationale dont on ne peut nier l’importance pour la santé mentale de notre jeunesse. En effet, le ministère en fin de règne, plutôt que de faire des cocottes en papier, invite les lycéens à faire des selfies pour se distraire en pleine révision du bac :

    « Fais une pause dans tes révisions, participe au #DéfiSnapBac et tente de gagner un super cadeau / une carte-cadeau de 350 euros à dépenser dans une enseigne culturelle/. Envoie-nous un selfie quand tu révises. Sois créatif. » « Les participants sont invités à mettre en scène leur état d'esprit pendant les révisions du baccalauréat »

    C’est du sérieux. Les œuvres seront sélectionnées par un jury composé de l'équipe de la Délégation à la communication du ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche. Rien que ça.

    Et c’est nous qui entretenons ces hurluberlus dont l’objectif semble être de transformer l’Education nationale en parc d’attraction.

    Source : Le Point

    Hurluberlus


    14 commentaires
  • Le bal de promotion

    Dans treize jours aura lieu le bal de promotion. Sur le carnet de bal de Marine figurent trois cavaliers. Un seul sera choisi pour danser avec elle la valse viennoise qu’elle affectionne tant :

    Sera-ce le jeune homme fringant ? Avec son inexpérience et son élan il risque de lui marcher sur les pieds. Il est certain que Marine dans sa  robe vichy bleu blanc rouge, qui revient à la mode, le redoute.

    Sera-ce l’homme ténébreux au costume sur mesure mais aux poches trouées ? Bien qu’il prétende connaître la musique, il s’est révélé maladroit au point de décourager sa famille alors qu’il était certain d’être choisi pour valser avec Marine.

    Sera-ce le baratineur en veste Mao ? Ses passes viennent du passé mais il veut les remettre à la mode en voulant faire oublier qu’elles ont toujours abouti à une danse macabre. Avec Marine, ils ont l’un et l’autre la nostalgie du passé décomposé.

    Les autres feront probablement tapisserie, notamment celui en qui sa famille avait imprudemment mis toutes ses espérances, elle en est universellement revenue.

    Tableau de Jack Vettriano


    12 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires