• Le quart d’heure de célébrité à la portée des imbéciles et des malfaisantsQuand Andy Warhol déclara en 1968 : « À l'avenir, chacun aura droit à 15 minutes de célébrité mondiale », il ne pensait sans doute pas que sa prédiction allait se réaliser aussi pleinement. Dans les années 60 du dernier siècle, la célébrité venait surtout après un acte ou une situation suffisamment exceptionnel pour intéresser les médias et être rapporté.

    Aujourd’hui, avec la foule en réseaux, ce quart d’heure de célébrité est à la portée de tous. Enfin, non, pas de tous. Si quelqu’un gazouille quelque chose de sensé ou d’intelligent, il passera complètement inaperçu. Par contre, s’il met en ligne une connerie suffisamment dense pour que les cons s’efforcent de la diffuser, il a une bonne chance de devenir célèbre. C’est ainsi qu’un certain Maxime Nicolle, le paranoïaque de service, des complots débordant de sa musette, la tête si enflée qu’il ne peut plus retirer sa casquette pourtant mise à l’envers, a acquis une célébrité bien au-delà du quart d’heure, ce qui montre que la connerie est increvable et les cons multiples.

    Une autre façon de se faire connaître avec certitude est de faire dans l’ignoble et/ou dans la provocation. Qui connaissait les deux personnes dont j’ai parlé dans l’article précédent et notamment cette vice-présidente de l’UNEF Lille ? Personne. A présent que cette dernière, qui peut faire des études (j’ignore, par contre, lesquelles) grâce aux avantages que l’Education Nationale met à la disposition des jeunes en France, elle a pu craché son venin contre le pays qui lui donne ces avantages, et manifester son mépris pour le délire des « petits blancs » émus par l’incendie de Notre-Dame de Paris. Elle a pu ainsi acquérir une notoriété bien méritée (qu'elle n'aurait sans doute pas pu acquérir au Maroc) dans la constellation des malfaisants aussi prétentieux que méprisants.*

    * « Dans ce registre (des réactions affligeantes à l’incendie de Notre-Dame), Hafsa Askar, la vice-présidente de l'Unef à Lille, se classe sur le haut du podium. « Les gens ils vont pleurer pour des bouts de bois. Wallah vous aimez trop l'identité français alors qu'on s'en balek objectivement c'est votre délire de petits blancs. » Un peu plus tard, elle a enfoncé le clou : « Je m'en fiche de Notre-Dame car je m'en fiche de l'histoire de France » Celle-ci s'était déjà illustrée en 2017 par ce tweet affligeant : « On devrait gazer tous les blancs, cette sous-race. » (Extrait d’un article du Point le 17/04/19)) 

    Dessin paru dans Marianne du 19/04/19


    17 commentaires
  • Le comble de l'humoriste

    James Ensor : "La Mort  et les masques" 1897

    Déclencher par sa mort les rires de son public.

    Cet exploit a été réalisé le 11/04/19 par l’humoriste anglais Ian Cognito sur une scène de Biscester, près d’Oxford. En évoquant un malade reprenant conscience après une crise cardiaque, il fit lui-même une mort subite et resta affalé sur une chaise. Le public trouva cette mort hilarante, sans doute frappé par l’authenticité du jeu du comédien. Il a fallu cinq minutes pour s’apercevoir qu’il ne jouait pas.

    Quelle belle mort (oxymore) pour un humoriste que de s'éteindre sous les rires des spectateurs.


    9 commentaires
  • SoulagementQuel soulagement ! Eric Drouet - vous savez celui que Mélenchon admire comme il a admiré Castro, Chavez et aujourd’hui Maduro – Donc, Mr Drouet n’en veut pas au Sénat d’avoir annulé son audition prévue hier par les sénateurs, au sein d’une délégation de gilets jaunes évidemment non représentative du mouvement puisqu’il est impossible de le représenter.

    Les sénateurs voulaient lui demander son avis éclairé sur le projet de privatisation des aéroports de Paris, la privatisation des autoroutes n’étant pas assez grosse comme bêtise, le gouvernement prévoit, en effet, d’en faire une plus grosse avec le groupe ADP. On n’arrête pas le progrès.

    Il faut dire que le Sénat a mis du sien puisqu’il s’est excusé d'avoir posé un lapin à ce révolutionnaire des réseaux asociaux qui n'hésite pas à porter plainte auprès du commissariat de son domicile pour dégradation de sa voiture. Mr Drouet n’a pas de chance : il n’a pas pu entrer à l’Elysée à la tête de ses troupes et il espérait bien se rattraper avec le Sénat.

    Quoi qu’il en soit, le Sénat s'est fait pipi dessus, et ce n’est pas la prostate probablement conséquente des sénateurs qui est responsable de leur inconséquence certaine.


    9 commentaires
  • Nihilisme jauneParmi les adeptes de l’agitation du sabbat que les médias interrogent avec gourmandise, certains répondent qu’ils sont là pour « mettre l’économie à bas ». Voilà un projet qui « ne mange pas de pain », puisqu’il n’y en aura plus s’il se réalise, et pétri de stupidité qui, elle, ne manquera jamais.

    Pour des gens qui manifestent soi-disant pour que leur sort s’améliore, il a toutes les chances de se dégrader si tout le monde se retrouve à égalité dans une queue pour goûter à la soupe populaire à condition toutefois qu’il y ait encore de la soupe à distribuer.

    « Mettre l’économie à bas » est un objectif nihiliste et suicidaire, à moins qu’il s’agisse d’une mentalité de pilleur qui compte profiter du chaos qui suivrait la ruine du pays pour pénétrer dans des lieux enviés afin de mettre main basse sur les biens d’autrui.


    8 commentaires
  • La nostalgie de l’uniforme« En cas d’attentat, un Français sur deux favorable à la nomination provisoire d’un militaire comme chef d’Etat ».

    Proportion considérable. Un choix sans doute favorisé par l’incapacité de l’exécutif actuel à maintenir l’ordre dans la France entière depuis près de 5 mois sous la pression itérative des manifestants hebdomadaires revêtus d’un gilet jaune recouvrant de plus en plus tout et n’importe quoi.

    Terrible manque de confiance en l’Etat car les civils que sont le président de la République et le chef du gouvernement sont secondés par des militaires. Cela veut dire que pour la moitié des Français, en cas d’attentat (et la France en a connu de nombreux), les ordres devraient être donnés directement par un militaire en renvoyant le président de la République et le gouvernement à leurs chères études. En l’absence d’un contrôle institutionnel, on peut aisément imaginer les ordres qui pourraient être éventuellement donnés : ils impliqueraient forcément une restriction des libertés individuelles.

    La moitié de nos compatriotes se rendant compte de la dureté de leur choix l’assortissent d’un « provisoire » qui vaut son pesant de cacahuètes. Il est rare qu’un militaire accédant au pouvoir cède la place après avoir accompli sa tâche. Tout le monde n’est pas De Gaulle.


    10 commentaires
  •  

    Question bête

     

    Demain : qui va protéger les militaires ?


    12 commentaires
  • Comme les phrases, les conneries les plus courtes sont les meilleures

    La plaque sur l'avenue des Champs-Elysées dédiée au policier Xavier Jugelé assassiné par un islamiste en 2017, dégradée hier par le symbole anarchiste et par un autocollant "Action antifasciste" qui prêterait à rire si la situation n'était pas triste car ces soi-disant antifascistes se conduisent de la même façon que les fascistes du XXème siècle.

    Depuis 18 semaines, après chaque samedi qui nous donne, ainsi qu’au monde entier, le spectacle déambulatoire de personnes vêtues de gilets jaunes ne sachant plus très bien ce qu’elles veulent, sinon entretenir leur ressentiment mais qui ne seront jamais satisfaites puisqu’elles ne sont pas satisfaites d’elles-mêmes, accompagnées d’un contingent plus ou moins fourni de voyous, vandales et pilleurs, habillés de jaune et/ou de noir, avec un alibi politique pour justifier leur violence gratuite mais parfois criminelle lorsqu’il s’agit d’incendies, nous avons droit sur nos lucarnes informatives à l’interview tristement désopilante d’une personne soigneusement revêtue de jaune, ce qui lui permet de dire n’importe quoi devant des millions de Français, mais ceux-ci méritent cependant de subir son discours débile puisque beaucoup d’entre eux continuent à soutenir ces déambulations illégales et violentes, tout en protestant contre les actions des policiers qui tentent, comme ils le peuvent, de se protéger comme de protéger le bien commun.  

    Comme les phrases, les conneries les plus courtes sont les meilleures


    8 commentaires
  • Plus la pression baisse, plus le baromètre monteIl m’arrive de consulter le « baromètre » Ipsos/ « Le Point » qui teste l'opinion qu'ont les gens du personnel politique, en posant la question suivante :

    « Quel jugement portez-vous sur l’action des personnalités politiques suivantes ».

    A chaque fois je prends conscience d’une vérité profonde : pour être aimé, il faut en faire le moins possible, décider peu et peu agir.

    C’est ainsi que, en dehors du président de la République et du Premier ministre, dans le dernier « baromètre », les 5 premiers du classement sont par ordre décroissant : Nicolas Hulot, Jack Lang, Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Bayrou.

    Hulot est un habitué de la première place, ce sont sans doute ses intentions qui sont estimées car si l’on se réfère à la question posée aux « sondés », son efficacité est contestable et sa taxe carbone fut un tantinet contre-productive.

    C’est encore plus troublant pour Jack Lang qui est régulièrement dans les premières places, et s’il y a un type qui ne se foule pas et dont on ignore l’activité réelle (rassurez-vous, il est largement payé pour cela), c’est bien lui.

    Alain Juppé est devenu populaire sur ses vieux jours. En entrant au Conseil constitutionnel, c’est à dire à l’écart de toute action visible, il a de bonnes chances de rester populaire, à moins qu’il y soit oublié.

    Nicolas Sarkozy est un cas. Quand il était actif, et plutôt agité, à la tête de l’Etat sa popularité était en berne. A présent qu’il est sur la touche et qu’il n’a aucune action politique visible, le voilà plutôt aimé. Je dis plutôt, car à part Hulot (52% d’avis favorables) les autres n’atteignent pas la majorité. Pour Sarkozy, peut-être que les gens apprécient qu’il ne fasse plus rien d’apparent, ce qui est reposant, à moins qu’il ne soit regretté en le comparant à ceux qui prétendent lui succéder. Le repos s'est maintenu pendant l'entracte hollandais (le terrorisme se chargeant de l'animation) pour s'interrompre avec l'agitation verbale macronienne face à l'agitation paroxystique qui anime nos artères citadines.

    François Bayrou doit être content de sa 5ème place, lui qui était un habitué des profondeurs. Je pense que son vol bourdonnant de mouche du coche dans les instances du pouvoir lui donne de la hauteur et ses sentences sans risque une allure de sage dont les responsables ont tort de ne pas suivre les conseils.

    A noter que François Fillon figure encore à la 24ème place (juste derrière Anne Hidalgo)) alors que son action est surtout visible devant les tribunaux, ses prestations juridiques semblent donc être appréciées par 20% des sondés.

    Francisco de Goya : « La mât de cocagne »


    10 commentaires
  • Ce matin, je tombe sur ce titre sur huffingtonpost.fr : « Un détenu radicalisé poignarde deux surveillants dans l’Orne « le caractère terroriste ne fait aucun doute ». Intrigué par la perspicacité de cette dernière affirmation, j’ai donc lu l’article.

    A aucun moment n’est mentionné le mot musulman, islam ou islamiste. Il s’agit d’un radicalisé mais on ne précise pas d’où, de quoi. Manifestement, ce « radicalisé » n’a aucun rapport avec une religion ou une idéologie quelconque, il est atteint d’un truc qui s’appelle la « radicalisation » et dont l’origine est mystérieuse.

    Cette agression radicale s’est produite dans une prison considérée comme « la plus sécurisée de France » et comme cette prison sûre a déjà été le siège de plusieurs agressions, on peut avoir quelques inquiétudes pour les autres et beaucoup d’inquiétude pour les retours à prévoir dans leur chère patrie des « Français » égarés au Moyen Orient.

    Après avoir utilisé à plusieurs reprises son poignard en céramique sur les deux surveillants, le « radicalisé » de 28 ans s’est retranché en compagnie de sa femme, avec laquelle il avait passé le WE, dans l’unité de vie familiale de la prison. Une prison non seulement sûre, mais aux petits soins pour les assassins tortionnaires.

    Car ce « radicalisé » avait été condamné à 30 ans de réclusion « pour avoir séquestré, torturé et tué avec deux complices un octogénaire ancien cheminot rescapé des camps nazis dans le but de le voler ». Je pense que pour des individus dont le QI est au ras des pâquerettes, être passé par les camps nazis est un signe pathognomonique de richesse.

    On peut se poser la question : comment se protéger de ces « radicalisés » détenus qui sont plus proches du fauve que de l’humain (avec mes excuses pour les fauves) ? Pourquoi ne pas utiliser la pharmacologie ? Pour les patients psychiatriques, dangereux pour eux-mêmes et les autres, on est bien obligé d’administrer des calmants (« camisole chimique »). Pourquoi ne pas le faire pour ces individus violents et dangereux qui vont hanter nos prisons et s’efforcer de « radicaliser » ceux qui ne le sont pas encore ? J’entends déjà les associations : Comment ! c’est inhumain de les droguer ! Ils ne sont pas malades (ça se discute) ! Il est vrai que ce  que l'on peut faire à des patients dans un hôpital, il serait scandaleux de le faire à des assassins dans une prison. 

    Cependant, rien ne presse, nous avons encore des bougies pour rendre hommage aux gardiens qui seront éventuellement tués à l’avenir.


    14 commentaires
  • En parallèle des profanations de lieux de culte catholique, les actes et profanations antisémites se multiplient. Pour les églises, les motivations du vandalisme restent à éclaircir, mais pour les actes antisémites, on ne peut que constater les excès provoqués par les feux de la passion. Car ne nous y trompons pas, l’Antisémite est irrésistiblement attiré par le Juif, au point d'en être jaloux sans raison, il peut même être attiré par son concept sans en avoir rencontré un seul. On se demande parfois s'il n'aimerait pas inconsciemment être Juif lui-même  si l’on en croit tous les avantages, comme la richesse et le pouvoir, qu’il lui attribue et qu'il aimerait s'approprier, ce qu'il réussit d'ailleurs parfois à faire lorsque les circonstances s'y prêtent. Peut-être même en devenant Juif pourrait-il obtenir un prix Nobel, l'objet de sa passion ayant la manie d'en décrocher un nombre respectable.

    Mais voilà, il n’est pas facile d’être Juif. On ne peut pas s’inventer une mère juive, ça ne s’invente pas. Quant à se convertir au judaïsme, c’est la croix et la bannière en commençant par la circoncision et en suivant un processus sourcilleux. Autant il y a peu d’obstacles pour devenir chrétien et encore plus primaire de devenir musulman, autant il est difficile de devenir Juif.

    Et même si l’on réussit à devenir Juif, pour l’être pleinement dans sa chair, il reste à subir la passion aveugle des antisémites quand elle se transforme dans ses paroxysmes en une haine meurtrière.

    Un amour contrarié

    Dessin de Tim illustrant "Peuple d’élite, sûr de lui-même et dominateur" (opinion de De Gaulle sur les Juifs en novembre 1967)


    12 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique