• Promotions« À l’occasion de la Journée internationale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, ce 17 mai 2021, Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, Élisabeth Moreno, ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l'Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH) et Santé publique France s’associent pour lancer une campagne de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle et identité de genre et leur impact sur la santé. » (Santé publique France). Notons que dans ce poulet pondu par Santé public, France, une administration gouvernementale, l'identité de genre est une notion qui va de soi, elle est officiellement admise sans la moindre discussion. Cependant, on aimerait savoir ce que recouvre exactement cette identité de genre en dehors du genre masculin et du genre féminin, car on y fait toujours référence, soit pour passer de l'un à l'autre, soit pour rejeter les deux. Ci-contre deux des affiches que l’on voit sur les murs de Paris montrant la joie des proches après l’annonce de la 

    Promotionspromotion de leurs descendants. Le père est content que sa fille se soit enfin débarrassée de la domination hétérosexuelle et lui des emmerdements qu’il aurait pu avoir avec un éventuel gendre puisque celui-ci sera réduit à l’état d’éprouvette. Quant à la grand-mère elle est heureuse d’avoir eu un petit-enfant successivement des deux sexes, enfin de deux des genres, et de serrer dans ses bras la forme petite-fille, mais à vrai dire on ne sait pas s’il s’agit du genre, avant ou après transformation hormono-chirugicale.

     


    20 commentaires
  • L’ouverture des terrasses fut bien arrosée. De ma fenêtre j’ai surveillé les avatars du restaurant d’en face dont les propriétaires avaient sorti pour le déjeuner quelques tables sur le trottoir. Ce petit restaurant tenu par deux jeunes s’étant ouvert – et avec succès – quelques mois avant le premier confinement, j’espérais que le ciel leur soit favorable. Que nenni. Les premiers clients qui s’étaient attablés au bord de la chaussée furent chassés par l’averse et se réfugièrent à l’intérieur pour y rester en emportant leurs plats. Le soir nous avons tenté l’aventure ailleurs. Un œil sur le plat, un œil sur le ciel. Nous sommes restés au sec et nous avons retrouvé et savouré un plaisir dont nous avions été privés de longs mois. Incontestablement, c’était bien avant. Rien de tel que d’être privé d’un plaisir pour l’apprécier quand on peut à nouveau le goûter. Au cours de ce dîner, nous étions quatre et la conversation allait bon train, mais pour conserver la sérénité du moment, nous n’avons pas parlé du médecin du CHR de Metz-Thionville qui fut harcelé et menacé de mort sur les réseaux sociaux après avoir publiquement douté de l’efficacité de l’hydroxychloroquine dans la prise en charge des malades de la Covid. Ni de l'affirmation de Philippe de Villiers sur CNews le 18/05/21 d'avoir été guéri de la Covid par l'hydroxychloroquine associée au pastis sur les conseils - a-t-il dit - du Pr Raoult. Illustration : Van Gogh : "Terrasse de Café le Soir, place du Forum".


    10 commentaires
  • Pour une nouvelle politiqueCet entrefilet paru dans le Marianne du 30 avril dernier ouvre des horizons pour les programmes à venir du personnel politique. Dans les gares, qui par nature sont des espaces très vastes, trouver des toilettes n’est pas toujours évident. En général il s’agit d’un lieu unique, exigu, encombré et le plus souvent payant. Cet entrefilet montre que la solution est simple : plutôt que fournir aux usagers suffisamment de toilettes dans un espace aussi grand, il est évident qu’il faut changer leur comportement quand il est inapproprié, poussé par l’urgence et la nécessité. Je trouve que la solution trouvée par la SNCF devrait être plus largement exploitée. Nous avons déjà la communication pour remplacer la réalisation, il faut y ajouter la modification du comportement de la population face à une situation difficile. S’il existe une menace que l’on est incapable d’écarter, il suffit de changer le comportement de ceux qui sont menacés : leur apprendre à ne pas avoir peur. Si l’on ne peut pas réduire la pauvreté, il faut apprendre aux pauvres à admettre leur pauvreté. Ce programme politique peut se décliner dans tous les domaines de l’impuissance. C’est une extension de la méthode Coué. A vrai dire, je m’aperçois à la fin de ce petit billet que son titre est erroné : cette politique n’est aucunement nouvelle.


    16 commentaires
  • Hier j’ai regardé de temps en temps les images télévisées de la manifestation du 1er Mai. J’ai vu, bien sûr, l’individu pousser courageusement dans le dos un policier pour le faire chuter violemment et s’enfuir avec une grande vélocité. Un acte révolutionnaire digne d’une cour d’école dont il va probablement se vanter auprès de ses petits camarades.

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • J’avoue que le « coaching » dans l’entreprise et la politique m’a toujours un peu étonné. Voilà des personnes qui n’ont comme seule activité que de conseiller des dirigeants alors que ceux-ci ont, par définition, déjà réussi dans leur branche. On peut donc se demander pourquoi ils n’utilisent pas ces conseils pour réussir eux-mêmes, ne pas le faire est manifestement un signe d’incapacité de se réaliser dans la vie active.

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • Sous l’angle paléontologique« Quelque 130 migrants marocains sont arrivés à la nage dimanche depuis les côtes de Castillejos jusqu’à la ville autonome espagnole de Ceuta. On n’avait jamais vu une telle quantité de personnes en situation irrégulière arriver de cette manière en Espagne. Certains y voient le signe d’un relâchement des autorités marocaines en matière de lutte contre l'immigration clandestine ». (RFI).

    Lire la suite...


    21 commentaires
  • Curieuse stratégie. Xavier Bertrand a annoncé que s’il n’était pas réélu à la tête de la région Hauts-de-France, il ne se présenterait pas à l’élection présidentielle. Valérie Pécresse annonce la fin de sa carrière politique si elle n’était pas réélue à la tête de la région île de France. Sont-ce des chantages ? Retenez- moi ou je m’en vais ? Stratégie risquée.

    Lire la suite...


    10 commentaires
  • La lumière au bout du tunnelA Marseille, un nouveau variant du SARS-CoV-2 a été découvert. Les circonstances particulières de sa découverte ont été rapportées par les médias. On la doit, en effet, au zèle d’un policier municipal dont l’attention avait été attirée par un quidam de sexe masculin assis sur un banc de la Canebière et qui ne portait pas de masque. A la remontrance de l’agent, le quidam répondit qu’il ne portait pas de masque car il était dans l’obligation impérieuse de se moucher fréquemment. Admirons la présence d’esprit du policier qui sortit immédiatement son écouvillon de sa poche révolver pour faire un prélèvement naso-pharyngé. Celui-ci se révéla positif et le séquençage effectué sur place dans le commissariat montra des mutations rendant le virus SARS-CoV-2 extrêmement contagieux, l’agent à l’origine de sa découverte a d’ailleurs été atteint malgré le port d’un masque réglementaire aux couleurs de la ville de Marseille. Cette contagiosité laisse penser que ce variant marseillais va se répandre très vite et remplacer toutes les autres formes du virus, mais la bonne nouvelle est qu’il ne provoque qu’un rhume bénin. Conséquence immédiate : le cours en bourse des actions des entreprises fabriquant des mouchoirs en papier est monté en flèche. La municipalité de Marseille a fait une demande pour que soit décernée la légion d’honneur au policier municipal en récompense de son héroïsme. Illustration : Jérôme Bosch


    8 commentaires
  • César se noie dans le Rubi-conLe dernier meeting politique et de victimologie des César où les bonnes âmes plaquées or ont l’habitude de faire leur cinéma en pleurant sur la misère humaine, les victimes, l’injustice, et les discriminations n’a intéressé, le 12 mars, que 9,1% des téléspectateurs. Quand l'art s’efface derrière le message convenu et l'absurdité vulgaire. L'Article de Jean-Luc Wachthausen paru dans Le Point donne un compte-rendu de cette cérémonie militante et hypocrite que j'ai évité de regarder. 

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • HumeurPlus de restaurant, plus de cinéma, plus de théâtre, plus d’exposition, plus de concert. Les autres ont perdu leur chair. Le spectacle est livré en boîte à lucarne. J’ai l’impression de vivre un confinement mental avec un accès réduit à « l'essentiel ».

    Lire la suite...


    10 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique