• Les perdants

    Benoît Hamon est tout de même le grand perdant de ce premier tour des présidentielles ; aboutir à environ 6% des voix en partant de 18%, il faut le faire. Sa démarche a permis de vérifier que quand on trahit son camp, son camp finit par vous trahir. Les thèses utopiques qui lui avaient permis de devenir le champion de son parti ont contribué finalement à le faire perdre, ce qui montre encore que l’on est toujours trahi par les siens.

    Cependant Benoît Hamon a bien mérité de la patrie car en ne se désistant pas en faveur de Jean-Luc Mélenchon, il n’a pas permis à ce dernier de se retrouver parmi les deux finalistes.

    François Fillon apparaît pourtant comme le perdant le plus spectaculaire alors qu’il arrivé en 3ème position en traînant avec une persévérance obstinée de lourds boulets qu’il avait largement contribué à se mettre lui-même aux chevilles. Sa sortie a été plus digne que son parcours.

    Jean-Luc Mélenchon a été un mauvais perdant. N’admettant qu’avec réticence sa défaite. Sa mégalomanie cabotine l’ayant persuadé qu’il se retrouverait parmi les deux finalistes et confronté à Marine le Pen, son image inversée dans le miroir.

    Ses spectacles avaient attiré beaucoup de monde, l’orateur ayant séduit par ses prestations au point de faire oublier la portée réelle de ses discours, son écologisme de façade et son pacifisme munichois.

    Après avoir admis les résultats, il a montré par sa déclaration finale qu’il n’était aucunement guéri du trotskisme dont il avait été atteint pendant sa jeunesse en mettant dans le même sac Marine Le Pen de l’extrême droite et le « social traître » Macron.

    Les perdants

    « VoterLe bon sens n’est pas la chose au monde la mieux partagée »

  • Commentaires

    1
    Mardi 25 Avril à 15:44

    Et bien contrairement à vous je trouve que François Fillon a été très courageux et n'a aucunement démérité, n'ayant rien fait de plus ou de moins que les autres, sa sortie est  aussi digne que son parcours ! Mais quand on veut abattre son chien ne l'accuse-t-on pas de la rage ? Et je me rabattrai pas sur le chouchou médiatique, il paraît en plus que le sieur Hollande serait conseiller à l'Elysée, nous avons encore du soucis à nous faire avec les deux restants!

      • Mardi 25 Avril à 15:57

        Pour Fillon, ce sont surtout ses mensonges qui m'ont heurté, d'autant plus qu'ils étaient bêtes et inutiles.

    2
    Mardi 25 Avril à 17:16

    Une bonne analyse Doc,

    Hamon n' a récolté ce qu'il avait semé en tant que frondeur, avec un revenu universel qui ne rimait à rien. Fillon s'est victimisé tout seul par son comportement vis à vis des affaires, il aurait mieux fait d'accepter un plan B, pour le bien de sa famille, quant à Mélenchon, c'est vraiment un mauvais joueur Il a certainement oublié son soutien à Chirac ainsi que la manifestation anti FN du 1er mai 2002.

    Dans 15 jours nous serons fixé en espérant que la Marine, prenne sa raclée !

    Bonne soirée

     

      • Mardi 25 Avril à 17:30

        Il faudrait pour cela que le jeune homme ne lâche pas le morceau car les abstentions ne peuvent que favoriser MLP

    3
    Souris donc
    Mardi 25 Avril à 17:40

    Les militants de Mélenchon étaient les plus déçus quand la télé a montré les réactions dans les PC des candidats. Les pauvres, croyaient-ils vraiment que le "tribun" chaveziste allait se qualifier ? Lot de consolation : la Dordogne, sans doute arsouillée au pécharmant, l'a mis en tête.

      • Mardi 25 Avril à 17:56

        Il n'était pas si loin du but. Imaginez...

      • Souris donc
        Mardi 25 Avril à 19:02

        Et maintenant in vino veritas ?

      • Mardi 25 Avril à 19:09

        Ce qui illustre la notion d'image inversée dans le miroir de mon billet

    4
    Mardi 25 Avril à 19:36

    Ils ont perdu mais qu'avons-nous gagné?

      • Mardi 25 Avril à 19:53

        Pour l'instant, rien. Le lot sera distribué dans une quinzaine. Vous pouvez peut-être vous servir du billet de tombola que vous avez du recevoir gratis.

    5
    Mercredi 26 Avril à 10:10

    Vous n'avez même à remercier Hamon, Doc. Tous les mélenchono-compatibles étaient déjà partis chez le bolivarien. Un désistement de Hamon (c'est-à-dire du PS) n'aurait bénéficié qu'à Macron

     

    PS: à la question de Pangloss, j'ai envie de répondre que nous avons gagné (dans le meilleur des cas !) cinq années d'immobilisme supplémentaires.  

      • Mercredi 26 Avril à 11:04

        Il suffisait que deux points sur les six passent de Hamon à Mélenchon, ce qui était très probable.

        Immobilisme, possible mais pas sûr...surtout si c'est Le Pen qui passe en cas d'abstention importante et d'un basculement d'une partie de la droite. Le vote pour la famille Le Pen n'est plus un vote honteux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :