• Le buzz de Buzyn

    Le buzz de BuzynJe ne vais pas épiloguer (les médias l’ont fait largement) sur la mise en examen de l’ex-ministre de la santé pour les erreurs d’appréciation qu’elle aurait pu commettre au début de la pandémie de COVID-19 et par lesquelles elle ne se distinguait guère de la multitude mondiale aussi bien de savants que de politiques. Je ne vais pas épiloguer sur l’intervention intempestive et dangereuse du judiciaire dans l’exécutif qui va jusqu’à considérer comme des délits de droit commun d’éventuelles erreurs jugées comme telles et a posteriori dans la gouvernance d’un pays. Je ne vais pas épiloguer sur la dévalorisation simultanée de la politique et de la justice entraînée par une telle décision. Je voudrais seulement poser la question aux connaisseurs du droit : peut-on mettre en examen un juge pour mise en danger de la vie d’autrui ou homicide involontaire lorsqu’un innocent mis en prison par ses soins tente de se suicider ou réussit à le faire ? Illustration : Lucas Cranach « Justice »

    « Paquet cadeauLa foire présidentielle »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 15 Septembre à 18:12

    Vous posez une colle, je n'en ai jamais entendu parler, mais ces juges qui jugent avec leur sensibilité politique, (souvent rougeoyante), devraient eux aussi être mis en examen !

    Cependant si on veut continuer à déconstruire l'Occident, il faut continuer à dézinguer à hue et à dia : médecins, juges, ministres, patrons, etc...

      • Mercredi 15 Septembre à 18:51

        Une tendance fâcheuse à l'autodestruction.

    2
    Mercredi 15 Septembre à 19:28

    Une procédure unique au monde ouverte par une alliance hétéroclite de l'extrême gauche la plus irresponsable et de l'extrême droite la plus imbécile, validée par des juges de la république !!! C'est à peine croyable.

    Et qu'est-ce qu'ils pensent obtenir ? Que l'on abandonne la vaccination et que l'on soigne désormais "précocement"  avec un produit vétérinaire contre la gale ? Ou que l'on reconnaisse qu'il y a bien eu un complot des juifs Buzin-Levy contre le peuple français ???

      • Mercredi 15 Septembre à 19:42

        Néanmoins la mise en examen d'Agnès Buzyn a soulevé des protestations quasi unanimes aussi bien de la plupart des politiques que des médias, d'autant plus que la décision de ces juges serait aberrante sur le plan juridique. 

      • Jeudi 16 Septembre à 08:35

        Oui mais face aux protestations unanimes de "l'élite", il y a la fuite en avant des magistrats qui ne voudront jamais  reconnaitre qu'ils ont pu se tromper. 

        Un peu comme avec Sarkozy : à défaut de financement libyen, ils se sont rabattus sur la seule évocation téléphonique d'un vague projet de corruption non suivi d'effet pour lui infliger une peine de prison équivalente à celle que lui aurait valu l'affaire libyenne. 

        "Mettons-les tous en taule. Si on ne sait pas pourquoi, eux il le savent"  ( ou variante moderne : "les Gilets jaunes le savent")

         

      • Jeudi 16 Septembre à 09:05

        Si on sort du droit pour des motifs politiques pour dire le droit, c'est pour le moins inquiétant car qui juge les juges en-dehors des juges ?

    3
    Mercredi 15 Septembre à 19:36

    Buzyn a fait des erreurs, peut-être. Elle a menti en croyant bien faire. Elle n'était pas la seule. Pourquoi pas les autres?

     

     

     

      • Mercredi 15 Septembre à 19:49

        Notons que Raoult a été interrogé 2 fois par cette cour alors qu'il a fait un carton quasi plein d'erreurs et que ses déclarations ont eu et ont encore des conséquences néfastes sur le plan sanitaire.

    4
    Souris donc
    Jeudi 16 Septembre à 08:38

    Les juges bénéficient, en vertu de la séparation des pouvoirs, d'une sorte d'extraterritorialité qui leur assure l'immunité et leur permet de s'adonner sans vergogne à des murs des cons.

    Quant à la mise en examen d'Agnès Buzyn, on ne sait que penser. On peut comprendre l'indignation des familles de décédés du Covid qui ne sont pas dans les tranches statistiques de mortalité. D'un autre côté, on est mal à l'aise devant la multiplication des plaintes, qui commencent maintenant à viser également Olivier Véran et Jean Castex.

    Donnant l'impression d'un effet d'aubaine. Je pense qu'ils seront tous déboutés.

      • Jeudi 16 Septembre à 09:09

        Ces démarches n'ont aucun sens car l'accusation au pénal impliquerait une volonté de nuire dans les prises de décisions ou en leur absence.

      • Souris donc
        Jeudi 16 Septembre à 10:16

        Les avocaillons (sans cause) se pourlèchent.

      • Jeudi 16 Septembre à 10:29

        Affligeant. Quand on n'a pas de cause à défendre, on en invente, les plaideurs ne manquent pas.

      • Souris donc
        Vendredi 17 Septembre à 15:07

        Frénésie délirante de plaintes : analyse d'un ex-magistrat, Philippe Bilger.

      • Vendredi 17 Septembre à 16:45

        La conclusion de son billet : "Non, parce que depuis ces dernières années l'ennemie n'est pas la judiciarisation de la vie politique contrairement à ce qu'on allègue pour pointer des causes exogènes. Mais le fait que celle-ci est structurellement étrangère au courage et à l'absence de démagogie.

        Les politiques ne doivent pas avoir peur à cause d'AB. Ni de la Justice. 

        Mais parfois se méfier plus d'eux-mêmes."

        Certes, on peut admettre que les politiques sont démagogues (il est rare qu'un politique ne tienne pas compte des désirs de la population) et manquent parfois de courage (en France il faut vraiment en avoir pour faire des réformes et ceux qui en ont ne font pas long feu le plus souvent) mais la pénalisation (or délit) des actions politiques risque d'aggraver les choses. Bilger prêche un peu pour sa paroisse en dédouanant plus ou moins la CJR dans son intervention dans l'exécutif comme si les erreurs faites avaient été volontaires pour nuire à la population..

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :