• Inanité

    Cohn-Bendit, beau parleur inutile mais parfois amusant en clown de la politique, a déclaré devant les manifestations des « gilets jaunes » protestant notamment contre l’élévation du prix des carburants liée en partie à l’élévation de la taxe carbone : « les pollueurs doivent payer, quels qu’ils soient ». Cet ancien anarcho-communiste libertaire (les extrémistes de gauche forment des sectes ésotériques pittoresques) ne tient évidemment pas compte du fait que ces pollueurs ne le font pas par négligence ou pour le plaisir, mais parce qu’ils ne peuvent pas faire autrement pour la plupart s’ils veulent survivre. Par ailleurs, peu d’entre eux ont les moyens, quelle que soit l’aide que l’Etat pourrait leur apporter, de se payer un véhicule électrique pour se déplacer en province qu’il s’agisse de travail ou de nécessité en l’absence de transport en commun.

    Pour la ville on peut certes proposer la trottinette électrique dont l’utilisation, après un certain âge, risque de faire exploser les urgences. Bonne façon de se débarrasser des vieillards dont j’ai vu quelques exemples trottiner sur les trottoirs et que j’ai réussi éviter de justesse. Il n’y a pas que le ridicule qui peut tuer.

    C’est vrai, la « fée » électricité est magique : elle ne pollue pas. Ce matin, sur France Inter, un écologiste en parlait avec amour, mais à aucun moment l’intervieweur ne lui a posé la question : cette électricité, elle va venir d’où ? Car bien sûr, les écologistes sont unanimes : il faut fermer les centrales nucléaires dangereuses. Cependant, et c’est bizarre, elles ne polluent pas l’atmosphère et ne réchauffent pas le climat. Et si finalement les centrales nucléaires étaient moins dangereuses à terme que le réchauffement climatique qui, lui, touchera – et gravement - tous les êtres vivants de la planète ? Il me semble que les centrales à charbon de l’Allemagne qui les ont remplacées polluent et réchauffent largement.

    Inanité

    Alors d’où va venir cette électricité propre ? Des éoliennes et des panneaux solaires ? sans doute, mais il en faudra beaucoup dans le paysage où elles vont finir par être plus nombreuses que les arbres (les meilleurs pièges à CO2 que nous connaissons). Des marées peut-être. Des économies d’énergie ? Bien sûr, c’est souhaitable, mais l’isolation est hors de prix et cela risque de ressembler à la réduction des dépenses de l’Etat, il y a des seuils que l’on ne peut pas dépasser avec la meilleure volonté sauf à faire disparaître l’Etat lui-même.

    Peut-être faut-il être réalistes et modestes : regardons une mappemonde. La France, c’est tout petit, avec une population minuscule comparée aux mastodontes de l’Asie et de l’Afrique et même des USA. Alors croit-on vraiment que des efforts pour le climat à notre petite échelle, notamment en taxant les émissions de CO2, entraînant les gens à manifester sur les routes jusqu’à la violence parce qu’on leur demande de payer ces efforts, vont changer quoi que ce soit à l’évolution de la température terrestre ? Si ces efforts sont louables, ne sont-ils pas vains tant que l’humanité entière n’y participe pas ? Et ce n’est pas demain la veille.

    Inanité

    Un mariage en Chine

    « Comme des mouchesLe jaune et le noir »

  • Commentaires

    1
    Mardi 20 Novembre à 16:28

    ... sans oublier la fabrication des batteries à base de métaux dits "rares" (lithium et cobalt parai-il) extraits dans des conditions environnementales et humaines catastrophiques, et leur hypothétique recyclage ("obligatoire" à 50 à 70 % !), ainsi que la fabrication et la dépollution des multiples puces et autres circuits nécessaires aux innombrables gadgets électroniques, informatiques et connectés qu'on présente comme indispensables à la conduite, à la sécurité, au confort et à la sérénité du pilote, de ses passagers et des piétons ou cyclistes rencontrés...  

    Je ne sais pas ce qu'on leur apprend, à europécologie-les-verts ?

    zone d'extraction de lithium sur un site "pilote" en Bolivie

    abords d'un centre de traitement des déchets informatiques en Chine

     

      • Mardi 20 Novembre à 16:35

        Grand merci Bedeau pour votre commentaire et ses illustrations qui complètent mon billet en montrant des aspects que les écologistes passent plus ou moins sous silence.

      • Mardi 20 Novembre à 21:21

        Si j'peux rend' service...clown

    2
    Mardi 20 Novembre à 19:02
    Pangloss

    L'explosion de la population mondiale et le désir de tous d'accéder au confort et au niveau de vie des Occidentaux sont les causes premières de la pollution et du réchauffement climatique. Les COP ne font qu'essayer de lutter sans succès sur les conséquences avec des solutions souvent pires que le mal et toujours à courte vue.

      • Mardi 20 Novembre à 19:30

        Il y a quelque chose de désespéré dans ce combat d'arrière-garde devant une croissance économique qu'il serait impossible et injuste de vouloir limiter dans les pays pauvres et une démographie en expansion dans ces mêmes pays, encouragée par les religions alors qu'elle pourrait être contrôlée.

    3
    Mardi 20 Novembre à 21:42

    Les problèmes que vous évoquez sont effectivement des problèmes difficiles à régler en trois coups de cuillère à pot, mais qu'il faudra régler d'une façon ou d'une autre en faisant des sacrifices. 

    Ce qui est rageant, c'est quand, comme également dans l'affaire des bonnets rouges de Hollande, les gouvernants prennent prétexte de ce sujet pour remplir les caisses de l'Etat sans aucune garantie que les fonds ainsi récoltés iront à l'écologie.

      • Mardi 20 Novembre à 22:13

        C'est le moins qu'on puisse dire:

        Taxe sur les carburants en 2018 : le gouvernement transfère 577 millions d’euros du budget de l’écologie vers le budget général...

        https://www.publicsenat.fr/article/politique/taxe-sur-les-carburants-en-2018-le-gouvernement-transfere-577-millions-d-euros-du#.W_K766DdoEA.twitter

        "Ne cédons pas à la démagogie", demande Gérald Darmanin, "Il faut aussi payer l’école, les armées et l’intérêt de la dette"

         

      • Mardi 20 Novembre à 23:07

        @ Carlus. Bedeau par son commentaire vient de répondre à votre remarque pour ce qui concerne la destinée des fonds récoltés au nom de l'écologie. On peut considérer ces taxations comme une arnaque. D'un autre côté, en jouant sur les taxes et les avantages on peut inciter les gens à changer leur comportement.

    4
    Souris donc
    Mercredi 21 Novembre à 08:51

    Du truc de bobos des grandes métropoles, pas encombrés par les vieux, prompts à dispenser des leçons de vertu du haut de leur Vélib, mais n'hésitant pas à prendre les avions dont jamais on ne dit quelle pollution ils nébulisent dans le ciel parisien. Fumer des clopes et rouler au diesel, c'est mal. Prendre l'avion, c'est bien y a pas de sujet.

    France : 1% de la population mondiale, parc automobile peu polluant en raison des efforts des constructeurs. Qu'ils aillent (en avion) dans les métropoles bidonvillisées de pays pauvres avec des tacots émettant des nuages noirs. Une chape sur la ville.

    Et ils verront ce que pollution veut dire.

      • Mercredi 21 Novembre à 09:21

        Mais on nous serine avec l'urgence de la transition énergétique (on ne sait pas trop en quoi elle consiste vraiment sur le plan pratique) en France, confetti terrestre, alors qu'ailleurs la pollution sur une vaste échelle fait partie du projet de développement.

      • Souris donc
        Mercredi 21 Novembre à 15:48

        Sur le plan pratique, ça veut dire taxer.

      • Mercredi 21 Novembre à 15:55

        Il n'y a pas loin de la taxe à la taxidermie.

    5
    Souris donc
    Vendredi 23 Novembre à 07:34

    Nicolas Hulot a seriné hier soir encore sur l'accompagnement social (= à coup de taxes) de la "transition énergétique et écologique".

    Il SAIT très bien que si nous arrêtions tout pendant un an, de respirer, de produire, de se déplacer, de se chauffer : ça ne changerait RIEN au sort de la planète. Donc, toutes ces fadaises écologiques ne sont qu'un moyen donné aux névrosés de plateau, aux sadiques* de la médiacratie pour déverser leur agressivité, pour se défouler sur un téléspectateur plouc fantasmé, sans approfondir la question (le poumon de la planète : les océans et non la forêt amazonienne si exotique avec ses Raoni reçus à l'Elysée).

    Hein, Yann Moix ?

      • Vendredi 23 Novembre à 08:21

        Nicolas Hulot, c'est un peu Don Quichotte, mais partisan des moulins à vent.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :