• Comme des mouches

     

    Comme des mouches

    Max Ernst : « Jeune homme intrigué par le vol d’une mouche non euclidienne »

    Comme des mouches, les dirigeants politiques d’opposition tournent autour des gilets jaunes en cherchant à y trouver leur nourriture en se posant dessus comme elles le feraient sur de la chair à canon. C’est que les mouches politiques sont affamées, elles n’ont rien à se mettre vraiment sous les mandibules depuis que leurs essaims ont été dispersés par le vol insolite d’un moustique zigzaguant qui pique à droite comme à gauche. Certaines, les rouges, sont attirées par le parfum enivrant bien que faisandé de la révolution qu’elles n’arrivent pas à fomenter elles-mêmes, d’autres, les bleues, enfilent le gilet pour bourdonner comme les autres en affirmant que les autres bourdonnent comme elles.

    Il faut savoir qu’un gilet se retourne encore plus facilement qu’une veste.

    « Mon côté « gilet jaune »Inanité »

  • Commentaires

    1
    Lundi 19 Novembre à 16:29
    Pangloss

    Les marcheurs de la République les voient et les entendent mais les ignorent. Ils affectent d'être au dessus de tout ça.

      • Lundi 19 Novembre à 16:33

        Ils risquent de prendre une veste.

    2
    Lundi 19 Novembre à 22:08

    Mais, en même temps, si les oppositions (ou ce qu'il en reste) ne réagissaient pas à ces mouvements, que ne dirait-on pas ?

    Dans l'autre camp, même l'insignifiante mouche du coche Cohn-Bendit est montée sur le créneau pour défendre son pote Macron, ses pompes (à essence) et ses (mauvaises) œuvres contre la chienlit qui s'installe, sans objectif bien défini ni meneur reconnu...

    (hors sujet, mais pas tant que ça, à la réflexion:

    )

     

      • Lundi 19 Novembre à 22:52

        Mais ce mouvement invertébré est un mouvement de protestation sans demandes précises et sans solution véritable. Tous les partis politiques qui ont été au pouvoir sont responsables de la situation et ceux qui ne l'ont pas été ont encore moins de solutions à proposer ou des solutions pires, alors le mieux est pour eux de rester discrets.

      • Lundi 19 Novembre à 22:56

        Cohn-Bendit a une curieuse définition de la démocratie. Mais elle permettrait aux groupuscules minoritaires de réclamer le pouvoir plutôt que de le confier à la majorité.

      • Mardi 20 Novembre à 10:47

        "Tous les partis politiques qui ont été au pouvoir sont responsables de la situation et ceux qui ne l'ont pas été ont encore moins de solutions à proposer"

        C'est évidemment exact, mais tous les partis politiques, qu'ils aient été au pouvoir ou pas, ont une part de responsabilité par leurs actions ou leur inaction dans tous les domaines de la vie courante: chômage, pouvoir d'achat, environnement, transports, santé, éducation, insécurité, immigration, etc... est-ce une raison pour se montrer, là aussi, humbles et discrets et laisser agir tranquillement le pouvoir en place et des mécontentements plus ou moins spontanés ?

      • Mardi 20 Novembre à 11:30

        Je parle des partis politiques qui veulent récupérer ce mouvement, alors qu'ils se sont montrés incapables ou dans l'impossibilité d'agir efficacement (un pays n'est plus seul et la situation mondiale a un impact majeur) et de ceux qui prétendent avoir des solutions qui risquent de se révéler pires que le mal. Je parle de la solution Vénézuélienne de Mélenchon et des absurdités économiques (qui ont été tempérées) du FN/RN.

    3
    Mardi 20 Novembre à 10:18

    Ce mouvement a bien appris de la CGT que ce n'est tant le nombre de manifestants qui compte que la capacité de nuisance des minorités.  En ce sens, il est très... ringard.

    Et toutes les mouches qui les soutiennent n'auront rien de plus pressé, arrivées au pouvoir, que d'augmenter impôts et taxes, seule réelle marge de manœuvre de la gouvernance moderne. En ce sens ils sont très tartufes et très... ringards. 

      • Mardi 20 Novembre à 10:34

        Les mouches hypocrites bourdonnent à l'unisson mais feront la même chose arrivées au pouvoir. Une nuisance qui ne fera qu'aggraver la situation économique locale ou générale dont les pauvres, avec ou sans gilet, seront les premières victimes.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :