• 314. Autocritique

    314. AutocritiqueDans mes précédents billets, je n’ai pas été avare de mes critiques sur la gestion gouvernementale de l’épidémie actuelle lors de son apparition : un certain retard, un manque d’anticipation notamment pour le matériel, des prises de décisions initiales timorées et contradictoires, alors que nous avions des modèles aussi bien lointains que proches de chez nous.

    Mais pour être honnête, je me dis qu’il est bien facile de critiquer lorsque l’on a aucune responsabilité, aucune décision à prendre et sans connaître tous les paramètres et tous les impératifs. Le pouvoir de critiquer fait partie de la démocratie libérale, et les partis extrémistes ne se privent pas à présent de le faire, j’ignore ce qu’ils auraient fait s’ils avaient été au pouvoir, mais il n’est pas certain qu’ils auraient fait mieux et peut-être auraient-ils fait pire. Quant à la blogosphère, la critique fait l’essentiel de sa substance, et elle serait en grande partie vide en son absence, mais c’est souvent une critique que la subjectivité et l’opinion préexistante rendent peu objective pour ne pas dire injuste.

    Il me semble, qu’aujourd’hui, il y a peu de choses à reprocher aux autorités dans la gestion de cette crise. Les hôpitaux et les soignants font le nécessaire et souvent dans des conditions difficiles et non sans pénurie de matériel que le gouvernement tente de réparer sans être maître de tous les paramètres, beaucoup de choses ne dépendant pas de lui. Le système de santé permet de soigner tous les patients gratuitement et à égalité, nous assistons à des transports de malades à travers la France et à l’étranger qui semblent bien organisés. En matière sanitaire, il y a mieux, mais nous ne sommes pas si mauvais.

    « Retournements315. Extension du domaine de la chloroquine »

  • Commentaires

    1
    Un cœur qui bât
    Samedi 4 Avril à 12:38
    Bonjour Doc,
    Vous avez parfaitement raison.
    L’art est difficile, là où la critique est facile.
    Excellent week-end
      • Samedi 4 Avril à 12:54

        Je vous souhaite également un bon WE. J'ignore si vous allez le passer entre quatre murs ou dans un jardin, le confinement à l'air libre étant la meilleure option.

    2
    Samedi 4 Avril à 14:00

    En effet, comme le disait Philippe Néricault en 1732 : "La critique est aisée et l'art difficile"! Mais on peut reprocher quand même au pouvoir ses atermoiements et ses contradictions, qui continuent encore...

      • Samedi 4 Avril à 14:21

        J'en suis d'accord et je l'ai dit dans mes billets précédents, mais la critique finit par effacer la réussite.

    3
    Samedi 4 Avril à 14:50

    Je partage votre modération. Car non seulement la critique est plus facile, mais elle l'est encore davantage a posteriori. 

    Et ceux et celles parmi les politiques qui se livrent à des critiques excessives et de mauvaise foi font un pari sur la bêtise et la haine, pari qu'ils sont d'ailleurs en train de perdre dans l'opinion.

      • Samedi 4 Avril à 15:14

        Les sondages ne sont que des instantanés particulièrement réversibles, mais pour l'instant ils ne sont pas mauvais pour l'exécutif

        NB Bravo à Saint John Carlus

    4
    Samedi 4 Avril à 17:47

    Bravo cher Dr WO pour ce billet ! Rien n'est parfait, bien sûr, mais je trouve comme vous que ce gouvernement ne se débrouille pas si mal que ça. Je crois sans en être sûre, que c'est un décret de F. Hollande qui a supprimé le stockage des masques en 2013... 

    Ce qui s'est passé était imprévisible et très sincèrement je préfère vivre cette pandémie e France plutôt que dans d'autres pays européens. Et ne parlons pas des USA ! 

      • Samedi 4 Avril à 18:03

        Une pandémie imprévisible, même l'OMS a mis longtemps pour s'apercevoir qu'il ne s'agissait pas simplement d'une épidémie localisée en Asie mais d'une épidémie mondiale. Certes la Corée du Sud a fait bien mieux que nous, mais elle avait connu le SARS précédent qui n'avait pas touché l'Europe.

    5
    Samedi 4 Avril à 20:20

    Le droit à la critique induit le droit à la critique de la critique. Et conclure que ça pourrait être pire ou plutôt que "nous ne sommes pas si mauvais" amène par ce "nous" à admettre que nous faisons partie des responsables de ces retards, atermoiements, erreurs dont les gouvernement successifs portent la culpabilité. C'est vrai "nous" avons voté. Mais avons-"nous" voté pour ça?

      • Samedi 4 Avril à 21:08

        Le "nous" exprime tous les Français impliqués dans cette crise, c'est à dire le corps de santé mais aussi les autorités responsables. Les critiques, je les ai faites, mais aurait-on pu faire beaucoup mieux dans le temps imparti et la suppression antérieure du stock de matériel de précaution, je ne sais pas. La position du critique est facile, mais quand on connait un peu les problèmes de l'intérieur, les choses ne sont pas aussi simples que le critique peut le penser. Nous verrons ce qui va se passer en GB et aux USA. Et croyez-vous que les autres politiques auraient mieux fait que le gouvernement actuel ? De toute façon, je crois que vous ne votez pas, donc vous n'avez aucune responsabilité.

    6
    Samedi 4 Avril à 22:19
    Bien, bien...
    Donc quand tout sera fini on pourra faire comme avant : fermer des hôpitaux, se séparer de masques inutiles, délocaliser la production de nos médocs.
    Et dire que l'épidémie n'était pas prévisible quand elle a démarré fin novembre en Chine.
    Pardon doc, mais c'est du grand n'importe quoi !!!
      • Samedi 4 Avril à 23:15

        Dans mes billets précédents (notamment Masques sans bergamasque qui date du 17 mars)  toutes ces critiques portant sur les décisions prises lorsque l'Italie a été touchée ont été faites. Mais je trouve qu'après ces premières erreurs, les autorités ont une conduite beaucoup moins critiquable, sauf à être mécontent systématiquement de tout ce que ce gouvernement fait et en supposant que l'opposition aurait mieux fait. 

      • Samedi 4 Avril à 23:28
        Et bien moi j'espère que l'on ne se contentera pas une énième fois de cette résilience que vous arborez avec un peu trop d'aisance.
    7
    Samedi 4 Avril à 22:37
    J'allais oublier Agnès Buzyn qui savait tout depuis le début....
    8
    Samedi 4 Avril à 22:47
    Quand on a la charge d'un pays on ne peut pas s'exonérer de ses imprévoyances.
      • Samedi 4 Avril à 23:29

        J'ajoute que tout ce que vous reprochez à ce gouvernement : fermeture des services, suppression du stock de masques etc ont été réalisées par les gouvernements antérieurs dont des gouvernements de droite. J'ai moi-même, il a 20 ans, protesté contre la fermeture de lits et la suppression des petites urgences. Il faut un peu connaître l'évolution historique du service de santé avant de tout mettre sur le dos de Macron (et je ne suis pas macroniste).

      • Samedi 4 Avril à 23:30
        Macron s'inscrit dans une logique qui le précède, c'est vrai.
      • Dimanche 5 Avril à 00:08

        Je vous signale par ailleurs qu'au mois de novembre, personne, y compris l'OMS, ne pensait qu'il s'agissait d'une pandémie. Se souvenir que Bachelot a acheté un stock de masques pour une pandémie qui n'a pas eu lieu et on le lui a beaucoup reproché. "Rien n'est plus exacte qu'une prévision rétroactive".

      • Dimanche 5 Avril à 00:18
        L'OMS n'avait rien prévu mais Agnès Buzyn avait tout prévu ?
        Y'a un loup...
      • Dimanche 5 Avril à 00:37

        J'ignore bien sûr ce que Mme Buzyn savait ou ne savait pas en novembre dernier, mais je pense qu'à cette époque tout le monde ignorait que cette épidémie localisée en Chine deviendrait une pandémie mondiale. N'oublions pas que des épidémies asiatiques précédentes, comme le SRAScov1, sont restées en Asie sans vraiment toucher l'Europe.

      • Dimanche 5 Avril à 07:52

        "Macron s'inscrit dans une logique qui le précède, c'est vrai."

        Si vous nous disiez dans quelle logique alternative vous vous inscrivez, Fredi M. cela donnerait une idée de la nature des solutions qui ont votre préférence et permettrait une discussion plus équilibrée.

         

        PS : Mes polémiques n'engagent que moi et pas du tout l'auteur de ce blog

      • Dimanche 5 Avril à 08:35

        Je laisse à Fredi M le soin de vous répondre. Je pense pour ma part que la logique qui a été suivie par la plupart des gouvernements est la logique économique en considérant que l'hôpital est une entreprise comme une autre.

      • Dimanche 5 Avril à 10:34
        @Carlus:
        Une logique souverainiste telle que la décrit Michel Onfray.
      • bebert
        Dimanche 5 Avril à 12:53

        https://www.who.int/influenza/resources/documents/pandemic_guidance_04_2009/fr/

      • bebert
        Dimanche 5 Avril à 12:54

        L'OMS avait fait des recommandationsque les politiques et administratifs français n'ont pas appliques

      • Dimanche 5 Avril à 13:10

        Ces recommandations de 2009 concernent en effet les éventuelles pandémies de grippe. J'ignore si les autres pays les ont suivies. A noter par ailleurs qu'il arrive aussi que l'OMS se plante (cf les masques). Vous voulez dire que les gouvernements français sont coupables de négligences depuis 11 ans. Les gouvernements sont toujours coupables, on l'a bien vu avec Roselyne Bachelot qui avait du se justifier devant une commission pour avoir armé la France contre une pandémie qui n'a heureusement pas eu lieu.

    9
    Samedi 4 Avril à 23:07

    Sibeth Ndiaye a dit (ou à peu près) :

    Les masques ne sont pas nécessaire si on n'est pas malade...

    Mettre un masque, c'est un geste technique ; je ne sais pas mettre un masque...

    On ne peut pas dire qu'il y a eu défaut d'anticipation, au contraire...

    A ce stade, il n'y a pas d'épidémie au sens médical du terme...

    La France ne va pas s'arrêter en passant au stade 3...

    et quelques autres perles...

    Sibeth Nfiaye a dit, très précisément :

    Nous avons réuni avec @cedric_o et @AdrienTaquet les plateformes numériques pour faire le point sur la lutte contre les fausses informations et les contenus haineux, en forte hausse durant cette crise sanitaire. La bonne information et la protection de tous sont notre priorité.

    10
    Souris donc
    Dimanche 5 Avril à 08:49

    La critique est aisée, l'art est difficile, oui.

    Je trouve que les médias ne ménagent pas les images positives des soignants, de la logistique, des aides spontanées, de la solidarité, mettant en évidence les équilibres naturels et culturels menacés par la mondialisation. Il n'y a que nos 2 imbéciles patentés, Mélenchon et Marine Le Pen, qui dissonent. J'ai même pas envie de chercher les citations.

      • Dimanche 5 Avril à 09:18

        Il est vrai que les médias valorisent les actions mais sans cacher les pénuries. Beaucoup d'articles sont également consacrés aux revers de la mondialisation et de la désindustrialisation. Nous verrons une fois passé le danger ce qu'il en restera. 

      • Dimanche 5 Avril à 09:29
        Il n'y a que nos 2 imbéciles patentés, Mélenchon et Marine Le Pen, qui dissonent.

        Jugement de valeur qui n'engage que vous...
      • Souris donc
        Dimanche 5 Avril à 10:18

        C'est mon avis, et je le partage.

    11
    Brindamour
    Dimanche 5 Avril à 10:11

    Ce sont d’ailleurs les mêmes qui hurlaient à la gabegie et moquaient la pauvre Roselyne Bachelot coupable d’avoir commandé des millions de masque lors de la précédente alerte sanitaire qui sont les premiers à hurler cette fois pour les raisons inverses.

    Voir par exemple le fond de commerce du Canard Enchaîné.

      • Dimanche 5 Avril à 10:54

        Toutes les occasions sont bonnes même lorsqu'elles sont usées

    12
    Dimanche 5 Avril à 10:22
    À mediter avant de verser dans une trop commode résilience :

    https://maximetandonnet.wordpress.com/
      • Dimanche 5 Avril à 11:05

        C'est un constat auquel je peux adhérer. La solution ne me parait pas évidente du type yaka.

    13
    Dimanche 5 Avril à 13:40

    https://youtu.be/RdMv57SvZWw

      • Dimanche 5 Avril à 14:24

        La question est de savoir s'ils s'agit de mensonges ou d'erreurs d'appréciation. "les masques inutiles" sont pour moi un mensonge mais à pondérer, d'abord parce que l'OMS disait au même moment la même chose, ensuite le stock de masques étant insuffisant, dire qu'ils étaient utiles aurait provoqué une panique aux dépens des soignants. Pour les erreurs d'appréciation, le défilé des censeurs rétroactifs est facile. N'oublions pas qu'au début de l'épidémie les médecins spécialistes parlaient pour la plupart de "grippette", Raoult en tête qui avec son aplomb habituel affirmait "ce n'est pas parce quelques Chinois éternuent qu'il faut avoir peur" et par la suite sortait que l'infection à coronavirus serait l'infection virale la plus facile à soigner. Alors on peut reprocher des choses au gouvernement mais les erreurs d'appréciation ont largement été provoquées par les gens censés connaître la question.

    14
    Brindamour
    Jeudi 9 Avril à 10:01

    Apparemment vous avez inspirez le nouvel article de Finkielkraut dans Causeur.

    il dit tout pareil que vous.

      • Jeudi 9 Avril à 10:42

        Je ne connais pas la teneur de son article (je ne lis éventuellement sur Causeur que les articles accessibles sans abonnement), mais je suis plutôt satisfait que nous puissions avoir le même avis sur une question.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :