• 270. Incongruence

    L’OMS a fait connaître le 18 juin dernier la 11ème version de sa classification internationale des maladies (CIM 11). Ce travail qui a demandé 10 ans sera présenté à l’Assemblée mondiale de la Santé, en mai 2019, pour adoption par les États Membres, et entrera en vigueur le 1er janvier 2022.

    Il est intéressant de noter que les classifications médicales internationales qui devraient ne tenir compte que des données de la science sont en fait influencées par l’évolution des normes sociétales et des problèmes judiciaires qui peuvent en découler.

    C’est ainsi que le transsexualisme considéré jadis comme une perversion sexuelle est devenu ensuite une maladie mentale, ce qui a soulevé les protestations des intéressés, pour devenir dans la dernière version une « incongruence du genre », utilisation inadéquate d’un terme habituellement employé pour qualifier le rapport des deux segments d’une fracture osseuse (le terme de « dissonance » est moins brutal). Il était également envisagé (je n’ai pas vérifié si cela a été fait) de sortir certaines paraphilies des perversions sexuelles comme le fétichisme, le transvestisme fétichiste ou le sadomasochisme dès lors qu’il est pratiqué avec le consentement des participants.

    Certains s’opposent au diagnostic « d’incongruence de genre » chez l’enfant, jugeant que cette « pathologisation » de la diversité de genre contrevient aux droits des individus transgenres. Ces opposants sont très imprudents car la CIM 11 en inscrivant « l’incongruence de genre » comme un des aspects relatifs à la santé sexuelle permet de l’extraire de la catégorie des troubles psychiatriques, tout en la conservant dans la classification des maladies, ce qui permet aux assurances maladie de prendre en charge les frais de la transformation sexuelle et de la prescription à vie des hormones pour maintenir l’artifice. Rejeter toute pathologie, c’est rejeter tout remboursement.

    Dans la CIM 10 la transsexualité était classée dans les "troubles de l’identité sexuelle" ce qui était considéré comme stigmatisant. Je veux bien croire que classer son ressenti parmi les maladies mentales soit mal vécu (attitude qui stigmatise d’ailleurs les malades mentaux), mais j’aimerais que l’on m’explique la différence entre « trouble de l’identité sexuelle » et « incongruence du genre » sinon par l’apparition du concept de « genre » car se considérer comme du genre opposé à son sexe biologique est évidemment un trouble de l’identité sexuelle puisque celle-ci est double et non superposable. La notion de genre est plus subjective qu'objective et plus sémantique que réelle car le sexe lorsqu'il est déterminé est invariable quel que soit le genre que l'on désire vivre.

    Quoi que l’on puisse dire, en l’absence d’anomalie organique à l’origine du ressenti d'appartenance à l'autre sexe (ou genre), celui-ci est forcément mental, ce qui n’a rien de péjoratif. Evidemment, si l’on considère que le transsexualisme est une modalité de la norme, il faut admettre que la norme n’existe pas, y compris celle qui a permis le développement et la pérennisation de l’espèce.

    On peut néanmoins penser que le transsexualisme a de l’avenir, surtout avec les progrès du féminisme. Je viens d’apprendre (Slate) qu’au Mexique où est imposée une stricte parité entre les hommes et les femmes pour toutes les candidatures au Congrès et que les transgenres ayant acquis le genre féminin peuvent se présenter dans le quota des femmes, quinze hommes auraient usurpé le statut de transsexuelles pour pouvoir se présenter. Les hommes « cisgenres » qui se sentent à leur place dans leur corps, ce qui est, j’en conviens, d’une banalité à pleurer, ont du souci à se faire.

    « La Honte ?Bien que cela n'intéresse personne »

  • Commentaires

    1
    Lundi 25 Juin à 10:30

    Genre ... viens pas.

      • Lundi 25 Juin à 22:47

        C'est un des aspects de la diversité.

    2
    Lundi 25 Juin à 14:30

    Ne vous faites pas de souci pour la pérennisation de l'espèce, Doc. On vient de découvrir un substitut très efficace : la migration. smile

      • Lundi 25 Juin à 22:49

          Un genre de transfert.

    3
    Lundi 25 Juin à 17:39

    Je viens de frôler le malaise, moi ! J'ai lu 2 fois pour être sûre d'avoir bien compris… Ils sont fous !

      • Lundi 25 Juin à 22:50

        Cela vous a mis en "trans"

    4
    Lundi 25 Juin à 17:54

    Peut-on parler d' "incongruence socio-culturelle"


      • Lundi 25 Juin à 22:51

        N'a-t-on pas parlé de fracture sociale ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :