• Un psychanalyste qui parle trop

    J’avoue ne pas avoir encore regardé sur Youtube « Le Média », webtélé « insoumise » dont un des responsables est Gérard Miller, toujours présenté comme psychanalyste de son état mais dont on se demande quelle est la part de son temps consacrée à exercer la psychanalyse.

    J’avoue également que je n’ai pas l’intention de passer du temps à regarder les émissions de cette webtélé sur laquelle je me garderais donc de porter le moindre jugement.

    J’avoue aussi que Gérard Miller m’a toujours profondément agacé à chaque fois qu’il s’est imposé sur mon écran TV, et il fut un temps où ses intrusions étaient envahissantes en tant que porte-parole du Bien. Je suppose que « Le Média » lui donnera l’occasion de pleurer sur la misère du monde, qui, elle, est nettement plus authentique que lui.

    Car Gérard Miller s’est toujours trompé (je conseille à Mélenchon de s’en méfier) : il a toujours été du côté des assassins : maoïste pendant un temps (pour Pol Pot, je ne sais pas) et compagnon des communistes qui furent staliniens.

    Alors c’est avec un certain plaisir que j’ai relevé cet extrait d’une chronique parue dans Le Point du 25/01/18. Elle est de Patrick Besson, écrivain qui, lui, a eu l’occasion de le connaître :

    Un psychanalyste qui parle trop

    « Billet chameauA L’EAU, poème téléphoné »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 26 Janvier à 18:37

    Je ne connaissais pas, car j'avoue que je me méfie de la TV, pas grand chose à voir de toute façon!

      • Vendredi 26 Janvier à 18:43

        Pour Miller, vous gagnez à ne pas le connaître.

    2
    Vendredi 26 Janvier à 20:21

    Miller m'a, comme vous, extrêmement agacé. Ses sympathies d'extrême-gauche l'exonéraient de ses sympathies pour les dictatures sanglantes. Ce qui était un peu effrayant, c'est qu'on lui donnait la parole sur la télé d'Etat.

      • Vendredi 26 Janvier à 21:35

        Et il passait souvent jusqu'au compte suisse attribué à son père.

    3
    Souris donc
    Samedi 27 Janvier à 09:36

    Un verrouillage familial du shaker de Lacan, quelques traits de maoïsme, secouez, vous obtenez le cocktail mondain entre bloody mary, punch et cuba libre. Servi sur tous les plateaux. Mais pas sur canapé. Hic !

      • Samedi 27 Janvier à 09:51

        Qu'en termes enivrants ces choses là sont dites.

    4
    Samedi 27 Janvier à 10:56

    Moi aussi, il m'agace profondément avec son air suffisant et son sourire condescendant. Miller c'est la psychanalyse pour les nuls. Il a gardé de Lacan l'utilisation systématique de jeux de mots en guise d'explication (1). Et la chance de sa vie a été que ses jeux de mots ont un jour fait rire Laurent Ruquier qui l'a rendu célèbre.

    (1) Il y a longtemps, il expliquait la défaite de Giscard par la formule "qui  va à la chasse perd sa place"  . J'avoue que ça m'avait fait rire à l'époque. 

      • Samedi 27 Janvier à 11:02

        Il avait un peu disparu des écrans mais il s'est accroché à Mélenchon.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :