• Réalité alternative

    J’ai vu à la TV de larges extraits du meeting de François Fillon à la Villette.

    J’ai éprouvé, comme beaucoup sans doute, un sentiment de malaise.

    Non pas en raison de son discours aux accents Gaulliens, mais parce qu’il a été prononcé par un De Gaulle au petit pied sans la probité qui devrait aller avec, ce qui rendait ses envolées peu crédibles. Un unanimisme de façade de ses soutiens politiques à l’image de Juppé assis, comme il se doit, au premier rang et qui, le visage figé, applaudissait avec retard et du bout des doigts.

    Bien sûr, Fillon est le candidat largement désigné de la droite, et il n’y en a pas d’autres pour représenter la droite républicaine. Compte tenu du panorama politique actuel, il est nécessaire qu’elle soit représentée. Alors va pour Fillon s’est dit l’assemblée, si la justice ne le rattrape pas d’ici les élections présidentielles (ce qui est peu probable).

    Mais tout de même, se présenter comme une victime alors qu’il est accusé avec de fortes présomptions d’enrichissement personnel, c’est vraiment gonflé.

    Parlant (le 29 janvier dans le JDD)) de « manipulation grossière », de « manœuvres qui puent la calomnie » imputées à des « officines » (on croirait un discours communiste). Accusant le « système » (chanson connue), critiquant les élites (en parlant de Macron) alors qu’il est dans la politique et qu’il en vit depuis au moins 35 ans, et qu’ayant été Premier ministre pendant 5 ans, il fait évidemment partie des élites et du « système ». Ces accusations sont risibles.

    Voilà un candidat à la présidence qui balaye les faits pour ne s’élever que contre leur révélation, arguant que ce que l’on veut abattre en lui est « une haute idée de la France ». On aimerait que l’idée de la France ne soit pas représentée par un chrétien proclamée mais qui s’est révélé finalement cupide.

    Ces contorsions font l’étonnement de la presse étrangère :

    « Il n'est pas surprenant que François Fillon n'ait pas interrompu sa campagne présidentielle –la fraude est une habitude dans la politique française… La défense en direct à la télévision par François Fillon de la mystérieuse carrière professionnelle de son épouse Penelope a constitué un rappel utile du fait que Paris est le berceau du surréalisme. [...] La vérité est que ce genre de scandale est on ne peut plus normal en France, et une des raisons principales pour lesquelles la classe politique est si inefficace. L'aisance avec laquelle des représentants élus peuvent écarter d'un revers de main des accusations bien étayées selon lesquelles ils remplissent leurs poches avec de l'argent public est véritablement stupéfiante. » (The indépendant).

    Ce meeting a, en outre, comporté des scènes frisant le surréalisme, sinon le ridicule : des fleurs offertes à Penelope Fillon visiblement émue, et que son époux a embarqué dans une galère, sans doute malgré elle. Fillon déclarant son amour pour sa femme et sa volonté de la protéger contre des « attaques politiques » alors que c’est lui qui l’a mis dans ce merdier et dans une situation délictueuse par son amour pour l’argent.

    Oui, j’étais gêné pour eux. Et triste pour la France. 

    « Nous voilà soulagésMacron, la voiture-balai ? »

  • Commentaires

    1
    Lundi 30 Janvier à 16:01

    Une attitude très chevaleresque, je vous l'écrivais ! Dans les allées de son château dans la Sarthe

    La petite famille devant le château

    Et après tout cela, comment croire à la probité de ce grand homme qui nous demande de continuer à nous serrer la ceinture ! Grrrrrr.......

    Bon début de semaine Doc

      • Lundi 30 Janvier à 16:15

        Merci Zaza pour ces illustrations de ce couple modèle dont le train de vie ne doit pas être donné.

    2
    Lundi 30 Janvier à 16:25

    Fillon n'a certainement pas de problèmes de fin de mois et je pense que les autres non plus même s'ils sont plus discrets. Je ne cherche pas à défendre Fillon mais quand je vois Hamon se poser en défenseur du "peuple" alors que lui aussi est un pur produit du système et que sa femme travaille (pas comme technicienne de surface) chez LVMH, j'ai envie de hurler !

      • Lundi 30 Janvier à 16:35

        La richesse ne me gêne aucunement, mais à condition qu'elle ne soit pas puisée illégalement dans les fonds publics.

    3
    Souris donc
    Lundi 30 Janvier à 17:46

    Stop avec les châteaux ! Ils font partie de notre patrimoine architectural, au même titre que les cathédrales. Dans ma campagne, chaque colline a son château, transmis de génération en génération. Les hoberaux meurent littéralement de faim, car ce sont des exploitants agricoles qui n'ont pas les moyens de les entretenir. Résultat, ils sont contraints de vendre, au showbiz et au monde de la publicité. Si Fillon a choisi d'investir son argent dans le trou sans fond d'un château, tant mieux !

      • Lundi 30 Janvier à 18:01

        Qu'il soit châtelain m'indiffère totalement, mais qu'il ait besoin possiblement de mon argent pour entretenir un lieu privé m'indiffère moins.

      • Souris donc
        Lundi 30 Janvier à 18:03

         PS Le papa de Julie Gayet, chirurgien, a succombé lui-aussi à l'envie de château.

      • Lundi 30 Janvier à 18:17

        Et pourquoi pas si l'argent investi lui appartient. Comme vous le dites, ces châteaux font partie de notre paysage, ils ne sont ni de droite, ni de gauche. C'est croire à la lutte des classes si l'on estime qu'il faut être pauvre pour être de gauche et riche pour être de droite.

    4
    Lundi 30 Janvier à 19:30

    Merci de citer le journal britannique. Il faut aller à l'étranger pour avoir un point de vue réaliste sur la politique française.

      • Lundi 30 Janvier à 19:37

        "Une certaine idée de la France" que Fillon prétend incarner. Il semble que l'étranger n'ait pas la même.

    5
    Lundi 30 Janvier à 20:51

    Ce qui est le plus étonnant dans cette affaire, c'est la désinvolture avec laquelle ils ont fait ça. Aucun souci des apparences, aucune précaution, pas un minimum de présence, Pour eux, à partir du moment ou la rémunération est déclarée, où l'impôt est payé, peu importe que la contrepartie soit effectuée ou pas.

    Mais ce qui me gêne le plus, dans l'autre sens, c'est le moment où l'on sort cette ancienne affaire (un spécialiste nous dit que sans le délit de Recel, il y aurait prescription).

    L'idée d'être manipulé par des apprentis sorciers qui possèdent des dossiers sur tout le monde et qui décident de les révéler aux moments les plus utiles pour eux, m'est insupportable. SI c'est Hollande ou son chef de cabinet ( ennemi intime de Fillon) qui sont à l'origine de ça,  ça ressemble beaucoup à du "Après moi, le déluge Le Pen" 

      • Lundi 30 Janvier à 21:08

        Il me semble que cette situation favorise plus Macron que Le Pen. Et d'ailleurs au cours du meeting, Fillon s'est attaqué à Macron. Je crois que les archives de l'Assemblée sont accessibles.

    6
    Lundi 30 Janvier à 21:20

    Fillon ne veut pas que Macron lui ravisse la deuxième place.  C'est ce qui risque d'arriver. Et je crois qu'un candidat aussi inconsistant que Macron laisserait à  Marine Le Pen toutes ses chances.

      • Lundi 30 Janvier à 22:31

        Macron ne me semble pas aussi inconsistant pour avoir acquis en si peu de temps et sans parti la place qu'il occupe.

    7
    Lundi 30 Janvier à 22:37

    J'espère que vous avez raison, car je serai peut-être bientôt amené à voter pour lui.

      • Lundi 30 Janvier à 22:49

        Nous sommes des électeurs non captifs et nous commençons à avoir le tournis.

    8
    Souris donc
    Mardi 31 Janvier à 09:40

    L'acharnement contre Fillon ressemble fort à la martingale gagnante de l'anti-sarkozysme qui a tenu lieu de programme et de ligne de défense pendant 5 ans. On est en difficulté, sur le chômage, la dette, un scandale Cahuzac ? Hop, on exhume une "affaire" montée de toute pièces pour occuper les médias, enfumer le bon peuple, désamorcer toute critique, provoquer l'indignation à bon compte, manipuler l'opinion avec des épouvantails faciles, genre les époux Balkany dont tout le monde s'en fout.

    Il y avait l'anti-sarkozysme, on crée l'anti-fillonisme. Il y avait l'acharnement thérapeutique, la gauche nous invente l'acharnement préventif. Avec la célérité du tribunal nouveau, le parquet national financier, pour échapper aux lenteurs de la justice normale et lui régler son compte avec les élections.

      • Mardi 31 Janvier à 10:28

        Il est évident que cette histoire n'est pas sortie par hasard. Mais s'interroger sur l'origine et le pourquoi des révélations n'effacent pas pour autant les faits qui, eux ne sont pas très reluisants s'ils sont avérés, surtout pour un homme qui se vantait de sa probité en critiquant vertement les magouilles des autres. Les époux Balkany apparaissent comme des escrocs, non, cela ne m'indiffère pas, je trouve leur impunité scandaleuse, mais ni l'un ni l'autre ne postule pour la plus haute fonction de l'Etat.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :