• Quand j’entends le mot pédagogie, mon poil se hérisse

    Quand j’entends le mot pédagogie, mon poil se hérisseDepuis des mois, les commentateurs de tous bords utilisent un mot passe-partout dans leurs commentaires : pédagogie. Une minorité réagirait mal aux injonctions sanitaires en raison d’un manque de pédagogie de la part des responsables qui ne fourniraient aucune explication compréhensible. Il est certain que nous assistons périodiquement à des contradictions et à des revirements liés à une situation incertaine et à un exécutif déboussolé, mais dans ces cas la pédagogie n’a pas à intervenir, sauf à expliquer que l’on ne sait pas et que l’on n’a rien à enseigner, une pédagogie que le gouvernement préfère éviter, il s’agit davantage d’un manque de clarté dans les décisions et donc d’une mauvaise communication. La déclaration réitérée du « manque de pédagogie » sur les ondes et les plateaux finit par me hérisser le poil pour deux raisons. La première tient au mépris qu’elle implique à l’égard du public et à l’infantilisation des masses que l'on considère comme composées d’élèves plus ou moins récalcitrants. La seconde est de constater que cela fait de longs mois que l’on répète la même chose sur tous les tons et par toutes les voix. La pédagogie sur cette pandémie abonde, elle est même en général bien faite et notamment par les médecins qui défilent sur les plateaux, à tel point que chacun se considère à présent comme un infectiologue compétent jusqu’à remettre en question les déclarations d’authentiques spécialistes des maladies infectieuses. Le mot « pédagogie » devrait donc disparaître des commentaires tout en continuant à être appliquée, mais quand on n’a rien à dire, le dégainer pour combler le vide du trop-plein des répétitions, en guise d’explication facile des oppositions ou de critique à l’égard du pouvoir manquerait cruellement. Je pense que les gens ont très bien compris ce qui se passe, mais une partie d’entre eux a une autre interprétation des faits et peuvent ne pas adhérer au récit officiel, soit parce qu’ils sont sensibles à d’autres arguments largement diffusés sur les réseaux sociaux et qui les arrangent davantage même quand ils sont discutables ou fallacieux, soit parce qu’ils n’adhèrent pas à ce récit officiel par principe et ce, quel qu’il soit. La pédagogie n’est efficace que pour ceux qui veulent apprendre.

    « La foire aux oubliésPerplexité »

  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Août à 21:44

    La pédagogie utilise soit l'appel à l'intelligence, soit le recours à l'autorité. Elle est inefficace sur ceux qui préfèrent les arguments irrationnels et sur ceux qui contestent l'autorité.

      • Samedi 14 Août à 22:00

        La meilleure pédagogie du monde est impuissante à convaincre celui qui ne veut pas être convaincu.

    2
    Dimanche 15 Août à 08:22

    Je suis tout à fait d'accord avec votre analyse. Ce mot m'agace profondément, comme auparavant celui (un peu tombé en désuétude) de "déradicalisation" qui relèvent tous deux du postulat qu'on peut convaincre des extrémistes et des hystériques  avec seulement des arguments et en refusant la moindre  forme de contrainte envers des gens violents (physiquement et socialement). 

      • Dimanche 15 Août à 08:35

        Ce que je n'arrive pas à comprendre c'est la persistance des commentateurs, même non radicaux, à utiliser ce "manque de pédagogie" pour expliquer une situation qui n'a rien à voir avec elle.

    3
    Souris donc
    Dimanche 15 Août à 08:44

    Pédagogie ? Au secours ! ça fait boomer, et pour tout dire, vieux con.

    C'est "influenceur" qu'il faut dire. Une sorte de gourou, mais qui fait vendre, avec ses followers. Il fait appel à l'inconscient (unboxing) alors que le pédagogue fait appel au raisonnement et se veut cartésien.

    L'influenceur rejoint finalement le pédagogue, l'unboxing utilisant la puérilité humaine à s'extasier en déballant un cadeau. 

      • Dimanche 15 Août à 09:02

        J'en apprends des choses ! Les gens semblent avoir ds centres d'intérêt qui frisent la débilité mentale. Sur ce terrain la pédagogie n'a aucune chance. Nous avons tout de même Raoult comme influenceur et Philippot aimerait bien suivre ses traces mais il ne pourra jamais acquérir sa tête de "savant fou" (dixit Julliard).

      • Souris donc
        Dimanche 15 Août à 09:14

        Exactement : la débilité mentale !

        Les "influenceurs" n'ont pas peur du ridicule. Ils publient des selfies où ils se mettent en scène sans complexe, et tout une branche du marketing a déjà récupéré le truc.

      • Dimanche 15 Août à 09:31

        La culture moderne s'est enrichie du narcissisme et de l'exhibitionnisme. Et "l'art" ne manque pas à l'appel de la médiocrité jusqu'à l'exposition par des "artistes" de leur merde ou de leur sexe dans les musées.

    4
    Dimanche 15 Août à 13:05

    En effet, malgré toute leur pédagogie démagogique, les dirigeants n'arrivent à rien !

      • Dimanche 15 Août à 15:05

        La pédagogie n'est pas démagogique car elle n'est pas destinée à flatter le peuple pour en tirer des avantages. Elle est bonne ou mauvaise, écoutée ou rejetée. A l'échelle mondiale la condition sanitaire de la France, si elle n'est pas exempte de critiques, n'est pas la plus mauvaise. Restons objectifs.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :