• Perplexité

    Aujourd’hui les chrétiens fêtent la montée au ciel d’une mère juive. Dans la gloire du Père de son Fils circoncis, du haut du ciel, elle doit regarder avec perplexité des croyants en sa progéniture divine brandir le Shabbat des pancartes haineuses contre les descendants de son peuple. Les paradoxes de l’humour juif auraient-ils touché ces chrétiens ? Dali : le plafond du palais du vent.

    « Quand j’entends le mot pédagogie, mon poil se hérisse« J’assume » »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Août à 20:20

    Perplexité en lisant votre article, sont-ce vraiment des chrétiens qui ont brandi des pancartes ? En êtes-vous bien sûr ?

      • Dimanche 15 Août à 20:51

        Vous avez raison de faire cette remarque. Bien sûr, je ne connais pas précisément les croyances des personnes qui ne cachent plus leur antisémitisme en brandissant ces pancartes dans des manifestations contre la politique sanitaire du gouvernement, rejoignant ainsi les chrétiens du Moyen Âge accusant les juifs de propager la peste. Mais l'antisémitisme chrétien est un fait historique qui persiste aujourd'hui et dont ce petit billet a voulu montrer le paradoxe. Mais à l'inverse, je pense que la plupart des chrétiens se sont débarrassés de cette maladie, surtout depuis Jean XXIII.

      • Dimanche 15 Août à 21:36

        Quand on entend Alain Escada, président de Civitas, organisation de cathos intégristes apporter son soutien à Cassandre Fristot, la jeune femme à l'origine de la pancarte antisémite, on ne peut qu'être d'accord avec vous que le vieil antisémitisme chrétien non seulement subsiste mais se montre de plus en plus décomplexé.

      • Dimanche 15 Août à 22:03

        Le phrasé de Mr Alain Escada (dont vous m'avez permis de faire la connaissance), me rappelle fâcheusement celui de certains orateurs de la Deuxième Guerre mondiale.

    2
    Souris donc
    Lundi 16 Août à 08:34

    Pancarte imbécile, jouant peut-être sur les mots "Peuple élu", donc élections ? à laquelle les journalistes donnent une importance démesurée pour faire diversion et détourner l'attention du bon peuple (non élu) des vrais problèmes : santé, immigration, banlieues, violence. Personne, dans la sphère politico-médiatique, n'évoque l'antisémitisme actif à la Mohammed Merah, ni celui, plus subtil de l'antisionisme des islamogauchistes.

    Si, Manuel Valls : un nouvel antisémitisme se cache derrière un antisionisme de façade (voeux aux responsables communautaires pour le nouvel an juif à la grande synagogue de la Victoire, 2012)

      • Lundi 16 Août à 09:20

        Actuellement l'antisémitisme meurtrier est musulman, mais celui-ci a toujours existé depuis le rejet de la révélation de Mahomet par les tribus juives de la péninsule arabique. Le repeuplement par les Juifs de la Palestine (nom donné par Hadrien à la Judée par mesure de rétorsion) n'a fait qu'amplifier cet antisémitisme. Mais au cours de l'histoire le plus virulent et le plus meurtrier des antisémitismes fut chrétien et européen et il persiste chez les catholiques intégristes et à l'extrême droite (qui, en France n'a jamais digérer la réhabilitation de Dreyfus), mais aussi à gauche (lire "l'idéologie française" de BHL) avec son avatar actuel : l'islamo-gauchisme. L'expression ouverte de l'antisémitisme est toujours le signe d'une société malade, alors je crois qu'il ne faut pas dire comme Le Pen père que si l'on ne parlait pas des manifestations de l'antisémitisme, celui-ci n'existerait pas, car pour lui, c'est un détail, mais c'est un détail qui peut se terminer mal et il est bon de ne pas le négliger, en parler n'exclut pas les autres problèmes.

      • Souris donc
        Lundi 16 Août à 09:40

        Au cours de l'histoire, oui, mais maintenant, les cathos intégristes tradis à la Civitas sont très minoritaires, pour ne pas dire inexistants.

        Les églises sont désertes, cf. l'analyse de Jérôme Fourquet (L'Archipel Français, 2019, au Seuil).

        Cf. l'analyse de Corto

      • Lundi 16 Août à 10:04

        C'est vrai que le catholicisme régresse comme religion pratiquée, mais l'extrême-droite progresse et l'antisémitisme, s'il est effacé de sa façade, est cultivé par beaucoup de ses militants et en ce domaine elle rejoint l'extrême-gauche. Si l'on ne peut plus parler d'antisémitisme chrétien, nombre de chrétiens s'y retrouvent. S'ils ne vont pas jusqu'au meurtre, ils contribuent à alimenter l'hostilité.

      • Lundi 16 Août à 11:21

        J'aurais tendance à penser que l'antisémitisme chrétien (ou plutôt de l'extrême droite occidentale) est une répulsion profonde, viscérale, obsessionnelle  qui finit par estomper tous les autres "vrais problèmes" .

        L'amitié sincère qui existe entre Jean-Marie Le Pen et Dieudonné ( Le Pen est le parrain du petit dernier de Dieudonné)  ne s'explique que par leur antisémitisme commun, par exemple.  Plus fort que le racisme de l'un, plus fort que le djihadisme ricanant de l'autre.

         

      • Lundi 16 Août à 11:46

        La haine des Juifs est une  véritable pulsion psychiatrique. Elle permet des convergences et elle donne une explication simpliste et complotiste des malheurs du monde.

      • Souris donc
        Mardi 17 Août à 08:20

        Comment, Salomon, vous êtes juif ? ... Ecoutez, ça fait rien, je vous garde quand même.

        Jamais Dieudonné, de toute sa carrière, ne fera le nombre d'entrées de Rabbi Jacob en un seul film.

      • Mardi 17 Août à 09:36

        De la part de Gérard Oury c'était de l'autodérision, un humour peu pratiqué par les antisémites.

    3
    Lundi 16 Août à 09:59

    Je ne sais pas s'il faut s'indigner, vomir, se mettre en rage ou réclamer une généreuse distribution d'infusion de manche de pioche à ces imbéciles criminels.

      • Lundi 16 Août à 10:10

        La maladie est incurable et même une infusion de manche de pioche ne pourra la guérir.

    4
    Lundi 16 Août à 21:38

    Questions pour un médecin :
    Combien de temps perdurent les anticorps dans l'organisme après une infection au coronavirus.

    Si le virus est peu immunisant, pensez-vous qu'un vaccin donne une immunité pérenne ?
    Si oui, expliquez pourquoi et comment !
    Merci d'avance

      • Lundi 16 Août à 23:31

        Je ne suis pas infectiologue, mais je pense que personne pourrait aujourd'hui avoir des réponses précises :

        1- Le SARS-CoV-2 est un virus nouveau.

        2- Les vaccins à ARN-m sont des vaccins nouveaux. La protection est élevée et a été estimée en moyenne à 8-9 mois.

        3- La circulation persistante du virus rend la probabilité de mutations élevée. L'une d'elle pourrait rendre les vaccins moins efficaces mais la possibilité d'une adaptation du vaccin à ARN-m existerait.

        4- La quantité d'anticorps ou le degré de la mémoire cellulaire et donc du degré de protection et de sa durée dépendent de chaque individu. Chacun a des capacités de défense immunitaire qui lui sont propres et qui dépendent de la génétique, de l'âge et des co-morbidités. Sur une courbe de Gauss : nombre (o) / protection (a), il est difficile de connaître à l'avance le position d'un individu donné mais il est probable qu'un immunodéprimé se situera à sa partie initiale et un trentenaire sain à sa partie terminale.

        5- Le virus est immunisant mais la protection acquise serait inférieure (quantité d'anticorps et persistance) à celle donnée par les vaccins. J'ignore pourquoi, que des hypothèses.

        La médecine n'est pas une science exacte et n'a jamais prétendu l'être car chaque individu est différent.

    5
    Mardi 17 Août à 11:18

    Je réfute totalement votre affirmation :

    La médecine n'a JAMAIS été une science, exacte ou approchée.

    La médecine a TOUJOURS été, est, et sera un empirisme.

    Après, une empirisme efficace est TOUJOURS bon à prendre, s'il vous sauve la Vie.

    Pour votre gouverne : un traitement symptomatique vaut mieux que pas de traitement du tout.

    Le médecin ne sait pas comment le traitement symptomatique fonctionne, but WO cares !

      • Mardi 17 Août à 11:35

        Il semble que vous n'ayez pas lu ma conclusion. Heureusement que la médecine possède autre chose que le traitement symptomatique. Votre mépris de la médecine vous égare un peu, mais je suis d'accord que l'empirisme fut prépondérant pendant longtemps et joue toujours un  rôle notable dans les pratiques.

      • Souris donc
        Mardi 17 Août à 11:59

        Dr Wo, à ce hors sujet, répondre : Cass' toi, pov' con !

        Bannir ce troll. Il se fout de vous. 

      • Mardi 17 Août à 12:22

        Sans aucun doute. mais être traité de con par un con est finalement amusant.

      • Mardi 17 Août à 18:55

        Oui , c'est Courteline qui disait "Passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est une volupté de fin gourmet" .

        Quand il s'agit de propos d'ivrogne, le plaisir est beaucoup moins évident et je suis moi aussi favorable à la méthode préconisée par Souris donc.

      • Mardi 17 Août à 19:13

        Ce personnage étale une prétention ridicule (il parle en outre de son pseudo à la troisième personne) et jouit de ses injures et de son mépris (en particulier à mon égard), bien sûr sous le couvert de l'anonymat. Ce sont deux traits que l'on retrouve fréquemment chez les ratés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :