• Le syndrome du premier de la classe

    Il arrive que le premier de la classe, à qui tout réussit, sans anicroche, avec un cursus bien lisse, bien comme il faut, éprouve une attirance secrète pour le voyou ou le marginal, pour celui qui n’obéit ni aux lois, ni à l’autorité.

    Il arrive que le premier de la classe soit fasciné par son contraire. A défaut d’un voyou authentique, il peut aimer s’acoquiner avec celui qui s’en donne l’allure. Peut-être que le premier de la classe avait-t-il rêvé d’être un voyou, mais qu’il n’avait jamais osé aller au bout de son rêve.

    Macron est le type même du premier de la classe, et il est même arrivé à la position qui est la sienne en sautant plusieurs classes. Autant il est hautain avec les mâles blancs, puisqu'il a lui-même repris cette expression si prisée par des féministes colorées ou pas, autant il bêtifie tout sourire devant des noirs expansifs et si possible marginaux comme lors de la fête de la musique à l’Elysée avec la troupe de DJ Kiddy Smile.

    Le syndrome du premier de la classe

    Mais notre premier de la classe a pleinement cédé à ses pulsions lors de sa visite aux Antilles comme le montre ce cliché largement diffusé et commenté mais que l’on ne se lasse pas d’admirer, où notre président de la République française en chemise et cravate, tout sourire et bienveillant, enlace quasiment un délinquant torse nu qui avait été emprisonné pour braquage, fraternellement pris en sandwich entre les deux jeunes noirs qui n’hésitent pas à faire un doigt d’honneur.

    Le syndrome du premier de la classe

    Je pense qu’avec ces doigts mal placés, notre premier de la classe aura bien du mal à remonter dans les sondages.

    « TrampolineLes "Saltimbanques dans la nuit" de Chagall pour Aznavour »

  • Commentaires

    1
    Jean-Claude HALLEY
    Lundi 1er Octobre à 15:55

    Geste insultant son interlocuteurIl consiste à présenter son poing  ferméde dos puis à lever le majeurCeci imiterait la pénétration  sexuelle.

    C'est trois doigts d'honneur !

      • Lundi 1er Octobre à 16:04

        Triple sodomie. Tant qu'à faire pourquoi se gêner.

    2
    Souris donc
    Lundi 1er Octobre à 16:07

    Je m'voyais déjà en haut de l'affiche.

      • Lundi 1er Octobre à 16:12

        Lui, mérite un grand coup de chapeau.

    3
    Lundi 1er Octobre à 17:49

    Ne serait-ce point là quelques images qui pourraient tomber sous le coup de l'article 706-47-1, très sollicité ces derniers temps, et nécessiteraient une expertise psychiatrique ?

    une pièce supplémentaire à joindre au dossier, où on voit le premier de la classe (de théâtre de madame Trogneux au lycée de La Providence d'Amiens)  raccompagner amicalement un des "zikos" ("noir, pédé et fils d'immigrés) de la fête de la musique élyséenne en lui mettant gentiment et ostensiblement une main présidentielle au cul

     

      • Lundi 1er Octobre à 18:09

        Mais non, c'est pour guérir les écrouelles (mal placées, il faut l'avouer)

    4
    Lundi 1er Octobre à 20:56

    Si ça c'est Jupiter, c'est toute la mythologie greco-romaine qu'il faut réécrire !

      • Lundi 1er Octobre à 21:14

        ...il y avait quand même le jeune et  "beau" (mais un peu pâlot...) Ganymède dont Jupiter fit son favori et pourvoyeur de boisson d’immortalité !

        ..."d'immortalité"... putain !

         

      • Lundi 1er Octobre à 22:45

        Je me suis laissé dire que les moeurs étaient plutôt libres sur l'Olympe.

      • Lundi 1er Octobre à 23:12

        pourvoyeur de boisson d'immoralité ?!?

    5
    Mardi 2 Octobre à 17:00
    Pangloss

    Charles Aznavour est mort hier. Aujourd'hui, il est toujours mort. Allez! Charles! Fais pas l'idiot! Reviens!

      • Mardi 2 Octobre à 18:51

        Je crois que sa bouderie va durer longtemps.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :