• Le roi est nu

    Le roi est nuEn ce moment les médias ne cessent de dire qu'Emmanuel Macron, qui n'est que président de la République encore française, décidera dans une dizaine de jours si ses sujets pourront avoir plus de liberté dans leurs activités sans aggraver l'état sanitaire. Manifestement l'état, c'est lui. Ne pourrait-on pas dire pour éviter une autre décapitation que c'est le gouvernement qui prendra cette décision et non pas un seul homme même s'agissant de Jupiter. Pour être honnête je ne sais pas trop si ce sont les médias qui personnalisent intégralement la gouvernance ou si cette tendance est favorisée avec une certaine gourmandise par la tête de l'Etat (voir ci-dessus).

    « Le brasseur de ventL’extension du domaine de la culpabilité »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Samedi 20 Février à 12:17

    L'état (sanitaire) c'est (pas) moi. C'est Jolitorax. Qui, pour ne pas dire "ch'ai pas", se fait accompagner par une Italienne de l'Inserm, laquelle explique longuement la différence entre prévision et projection. Que sera, sera ? What will be, will be.

    Ch'ai pas.

      • Samedi 20 Février à 12:25

        Cependant la tête a été couronnée par les médias de quelques lauriers pour ne pas avoir confiné malgré l'avis de nombreux médecins. Jolithorax brasse dans le sens du courant qui vient d'amont.

    2
    Samedi 20 Février à 12:33

    Le roi n'est "pas encore nu", mais...çà peut venir!

      • Samedi 20 Février à 12:38

        Le roi est nu dans la mesure où personne ne s'interpose entre lui et ses sujets.

    3
    Samedi 20 Février à 13:56

    Définitivement un petit con. Contre le terrorisme, il avait déjà créé un Comité de défense sous sa haute autorité nommé "Task Force" appellation qui, en France, sent bon le jeu vidéo.

     

    PS : Dans la constitution actuelle, je pense que les présidentiables 2022 qui feraient pire que lui en matière d'autoritarisme sont Mélenchon, puis Marine Le Pen, Bayrou, Piolle, Montebourg et Dupont-Aignan et comme lui : Hidalgo, Sarkozy, Jadot smile

      • Samedi 20 Février à 14:14

        Une panoplie guère encourageante. Il faut cependant remarquer que cette constitution a tenu le coup. Le tournant qui l'a fait virer vers une pseudo monarchie est la réforme Jospin-Chirac supprimant l'éventuelle cohabitation "abracadabrantesque" mais qui introduisait la possibilité d'une sanction démocratique à mi-mandat et notre régime est devenu présidentiel sans le dire, ce qui est boîteux.

    4
    Samedi 20 Février à 15:31

    Tout à fait. Et puisque le diable est dans les détails, c'est d'avoir fixé les législatives dans la foulée de la présidentielle qui a fait de notre système politique un régime plus présidentiel que celui des Etats-Unis, puisqu'il ne sera jamais plus question d'élections intermédiaires susceptibles de sanctionner un président et sa majorité.

     

      • Samedi 20 Février à 16:17

        C'est en effet la date des législatives (où le président élu pouvait difficilement être désavoué immédiatement) qui a fait disparaître la possibilité d'une cohabitation, démocratique, mais également boîteuse.

        NB. Macron n'ayant jamais été militaire se prend volontiers pour un chef de guerre en utilisant un vocabulaire guerrier. Une nostalgie des soldats de plomb.

    5
    Samedi 20 Février à 20:36

    Cela vire au pouvoir d'un seul. Ce que l'on reprochait à De Gaulle. La différence, c'est que Macron n'est pas De Gaulle.

      • Samedi 20 Février à 20:55

        Macron s'appuie sur la Constitution actuelle, comme d'autres l'ont utilisée, mais il le fait avec trop d'évidence et moins de charisme.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :