• Le « féminicide » est-il plus grave que l’homicide ?

    Le « féminicide » est-il plus grave que l’homicide ?

    « 150 personnalités dont Julie Gayet, Jeanne Cherhal ou encore Virginie Effira ont signé une tribune appelant à aller manifester le 23 novembre avec #NousToutes, contre les féminicides et violences conjugales » (les journaux).

    Je suis évidemment horrifié par les violences conjugales qui peuvent aller jusqu’au meurtre, mais je suis dubitatif sur l’efficacité d’une marche pour réduire la brutalité et la bêtise des individus qui veulent imposer leur domination à coups de poing ou qui considèrent que la personne avec laquelle ils vivent ou ont vécu leur appartient (à propos, Bertrand Cantat compte à nouveau se donner en spectacle l’année prochaine)

    Avec cette marche, nous dirons notre exigence d’un monde dans lequel les violences n’ont pas leur place”, déclaration d’une touchante naïveté que l’on peut qu’approuver. Par contre, il est possible que la pression exercée renforce l’attention de la police et de la justice lorsque les faits sont signalés.

    Avec cette marche, nous porterons la voix de celles qui ne peuvent plus parler. Celles qui ont été assassinées parce qu’elles étaient des femmes ». Cette dernière affirmation me semble discutable et a justifié l’introduction du néologisme de « féminicide ».

    Car pourquoi parler de « féminicide » ? Celles qui ont été tuées (plus de 120 en 2018) par la personne avec laquelle elles vivaient ne l’ont pas été, à mon avis, parce qu’elles étaient femme, mais parce qu’elles étaient l’épouse ou la compagne du meurtrier. C’est en quelque sorte leur fonction et non le fait d’être femme qui a conduit aux brutalités meurtrières. Devra-t-on parler de féminicide lorsqu’une lesbienne tuera sa compagne ?

    Introduire le terme de féminicide se réfère encore une fois à la notion de race : le meurtre d’un être humain différent et uniquement en raison de cette différence. Or si dans un couple un homme tue une femme ou une femme tue un homme, ce n’est pas parce que la victime est différente mais parce qu’il y a conflit entre les deux, la même raison que pour tout autre meurtre. Les seules particularités sont que le conflit réel ou imaginé se déroule dans le milieu familial entre deux personnes qui, au départ, se sont probablement aimés, et que l’homme est habituellement plus fort physiquement que la femme et qu’il abuse de cette force. Tuer une femme n’est ni plus grave, ni moins grave que de tuer un homme, même si juridiquement l’abus de faiblesse pourrait aggraver la peine du meurtrier. Mais il est toujours dangereux d’introduire une hiérarchie entre les victimes, ne serait-ce que par la sémantique.

    Illustration : Alexandre Colin  "La mort de Desdémone"

    « Mauvaise humeurLe sexisme bête »

  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Octobre à 20:09
    Pangloss

    Cette sémantique existe déjà: infanticide, parricide où le statut de la victime qualifie le crime. Le premier car, dans notre culture l'enfant est sacré, le second car il implique une attaque contre l'autorité, elle aussi sacralisée, du pater familias.

    En inventant le féminicide, on suggère que la femme est elle aussi en quelque sorte sacrée.

    "Les femmes et les enfants d'abord".

    Cependant la manière dont ce néologisme est employé par des militantes féministes me déplaît. 

      • Mardi 22 Octobre à 20:51

        Ce que vous dites est juste. C'est une autre façon de voir l'introduction du terme "féminicide", mais cela entérine aussi la séparation quasi "raciale" des sexes.

      • aristarkke
        Mercredi 23 Octobre à 23:58

        Objection, votre Honneur.

        Il y a aussi le matricide (le fait de tuer sa mère), certes quelque peu désuet...

      • aristarkke
        Mercredi 23 Octobre à 23:59
        aristarkke

        Désolé, j'ai mal tapé mon adresse mèl, Doc

      • Jeudi 24 Octobre à 10:53

        Mais la mère est tuée en tant que mère pas en tant que femme, comme la femme est tuée en tant que que compagne et pas en tant que femme.

        NB vous avez mal tapé votre adresse, où ?

      • Aristarkke
        Vendredi 25 Octobre à 00:24
        Mon gravatar n'apparaissait pas, Doc.
    2
    Mercredi 23 Octobre à 10:33

    Je comprends bien vos doutes sur la tendance moderne à tout vouloir "raciser" ( ou "sexiser"). Mais, certainement influencé par les femmes et les filles de mon entourage proche, je pense que ces crimes et violences répondent à des caractéristiques propres (1) qui peuvent justifier une qualification spécifique.  

    (1) par exemple que le conjoint violent a la conviction intime qu'il est dans son droit,  qu'il exerce un prérogative qui lui a été donné par la nature.

      • Mercredi 23 Octobre à 11:09

        Je suis bien d'accord avec le (2) et qu'il existe un abus de faiblesse. Mais comme le dit Pangloss le terme de féminicide introduit une "sacralisation" de la femme au même titre qu'infanticide, crime de l'enfant sacré, et souvent parce que l'on veut se débarrasser d'un enfant parce qu'il est enfant, alors que l'on ne tue pas une femme parce qu'elle est femme mais parce qu'elle est la compagne que l'on estime posséder dans cette fonction jusqu'à ce que mort s'en suive. Et cela au même titre que le meurtre d'un époux par son épouse.

        PS. dur "le cas social"

    3
    Mercredi 23 Octobre à 16:42

    On peut se torturer le méninges à l'infini pour trouver justification ou explication; pour moi, ça tient en un mot, toujours le même, avec des intensités variables:

    VICTIMISATION

    ATTENTION : Il ne s'agit pas de nier, ni de minimiser, ni d'excuser aucune des fautes, des erreurs ou des crimes commis depuis des siècles à la surface de la Terre, mais on peut s'interroger sur la réponse universelle  et indiscutable qui veut rendre compte de tout ça : le mâle blanc de plus de 50 ans est LE SEUL responsable de tous les malheurs de la planète et au delà:

    il est simultanément, successivement et en-même-temps... de droite, néo-colonialiste, raciste, français "de naissance", catho (traditionaliste), crypto-pétainiste, islamophobe, antisémite, négrophobe, anti-progressiste et anti-modernismeuh, hétéro (ou "cisgenre"), homophobe et anti-LGBT+++, pédophile, anti-jeunes, "spéciste", "carniste" (et alcoolique et fumeur), automobiliste, empoisonneur de la nature et pilleur des ressources du tiers-monde, alcoolique, violent et, bien sur... machiste, misogyne, phallocrate...

    Il existe aussi les mots "androcide", "jeunicide", "fliquicide", "catholicide", "xenocide (science-fiction)", "specicide", "naturicide" (selon BHL)... voire ou voir d'autres... à employer (ou pas) sans modération selon les cas constatés...! aww...

     

     

      • Mercredi 23 Octobre à 17:01

        Vous m'ouvrez des horizons. Le monde est en effet divisé en victimes et coupables. L'ennui est que les victimes des uns sont les coupables des autres et vice versa. On se tient tous par la  barbichette : c'est à celui qui tire le plus fort. Mais il semble que l'homme blanc perd de plus en plus ses poils.

      • Mercredi 23 Octobre à 21:50

        Ca ne date pas d'hier. Le mâle blanc de plus de cinquante ans a fait l'objet d'attaques sordides de la part de Molière, (notamment dans l'avare, le Bourgeois Gentilhomme et le Misanthrope). Alors que le grand Mamamouchi, lui,  était totalement épargné ! 

        Bon OK OK je sors ! smile

      • Mercredi 23 Octobre à 23:04

        Non, restez, c'est toujours un plaisir. yes

      • aristarkke
        Jeudi 24 Octobre à 00:07
        aristarkke

        De l'avis de beaucoup de critiques et même de l'auteur lui-même, Alceste est un jeune homme. Assurément âgé de moins de cinquante ans.

        L'exception de confirmation, probablement...tongue

      • Jeudi 24 Octobre à 10:08

        Au temps pour moi ! Je me suis peut-être laissé abuser par la cinquantaine flamboyante du dernier interprète en date, Lambert Wilson.

        J'enlève donc Alceste et j'ajoute Argan.

      • Jeudi 24 Octobre à 10:48

        Le talent n'a pas d'âge.

    4
    Mercredi 23 Octobre à 18:27
    Pangloss

    Quand la femme était "sacralisée" parce que considérée plus faible que l'homme et surtout idéalisée dans sa fonction de mère il était culturellement nécessaire de la protéger quitte à sacrifier l'homme (voir mon commentaire précédent "les femmes et les enfants d'abord").

    De nos jours, il existe une contradiction dans les revendications féministes qui veulent faire de la femme l'égale de l'homme de tous les points de vue et qui en même temps réclament pour elle un statut particulier fait de leur faiblesse.

    Ce qui n'empêche pas qu'on puisse et qu'on doive lutter en les sanctionnant plus sévèrement contre les violences conjugales, le harcèlement sexuel, les viols etc

    Je me demande si ce que je viens d'écrire est politiquement correct.

     

      • Mercredi 23 Octobre à 18:53

        Politiquement correct, je ne sais pas, mais judicieux, sûrement.

    5
    aristarkke
    Jeudi 24 Octobre à 00:02
    aristarkke

    Ah, si Desdemone avait vécu au temps des kleenex, que d'ennuis aurait-elle évités, n'est-ce pas?

    Et William n'aurait pu écrire pareil tragédie...

      • aristarkke
        Jeudi 24 Octobre à 00:08
        aristarkke

        rhôô ! pareilLE ! cry

      • Jeudi 24 Octobre à 09:11

        Il n'est pas sûr qu'elle les aurait évités. Les tragédies existent toujours, mais on en fait plutôt des séries

    6
    Souris donc
    Jeudi 24 Octobre à 08:36

    Voilà qui devrait faire le bonheur des dames de la tribune. L'embarras du choix.

    Mon préféré : herbicide. Mais bio, comme Attila.

    Comme déjà signalé dans un autre commentaire, homicide suffit. En latin, homo = être humain. Celui qui tue une femme commet un homicide. Désolée. Que les hystériques mégères fassent un peu de linguistique.

    C'est "vir" qui désigne le mâle ("viril").

      • Souris donc
        Jeudi 24 Octobre à 10:04

        Contre l'hystérique mégère de gauche, le pesticide est souverain.

      • Jeudi 24 Octobre à 10:59

        Le néologisme "féminicide" n'a pas encore d'existence officielle, mais les médias n'utilisent plus que ce mot pour l'homicide d'une femme par son compagnon. Ce qui en fait un crime singulier comme infanticide, ce qui, d'une certaine façon, infantilise la femme en mettant l'accent sur sa faiblesse.

      • Jeudi 24 Octobre à 11:03

        Vous considérez donc "l'hystérique mégère de gauche" comme une petite peste.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :