• Je m’ingère, donc je suis.

    Je m’ingère, donc je suis.

    Il n’est pas du tout de ma compétence de juger s’il fallait ou non intervenir en Syrie par des frappes ciblées sur les lieux de fabrication des produits chimiques que le gouvernement de ce pays semble avoir utilisés contre sa propre population civile. Les uns sont pour, les autres sont contre, et dans ces derniers figurent, bien sûr, les ténors de l’opposition, et notamment l’extrême droite et l’extrême gauche qui ne cessent de se rejoindre sur bien des points.

    Un des arguments de ceux qui sont opposés à cette intervention française et anglo-saxonne est que la Syrie est un état souverain, et que les membres du Conseil de sécurité n’ont pas à se mêler de cette guerre civile, même si des armes unanimement interdites après leur utilisation lors la Première Guerre mondiale auraient été utilisés par le gouvernement syrien alors que celui-ci est déjà sorti vainqueur du conflit intérieur avec l'appui de ses alliés russes et iraniens.

    Mais l’ingérence dans les conflits d’un pays souverain existe depuis longtemps. Cette ingérence peut être justifiée pour la mauvaise cause. L’exemple le plus spectaculaire fut la destruction le 26/04/1937 de la commune basque de Guernica par les aviateurs de la légion Condor envoyé par Hitler pour soutenir Franco dans son coup d’Etat contre la République. A l’inverse, l’ingérence est souvent réclamée par les associations humanitaires pour faire cesser des massacres comme ce fut le cas au Rwanda - Etat souverain - où l'ingérence, que ce soit celle de l'ONU ou celle de la France, a bien trop tardé pour interrompre le génocide.

    A notre époque où chaque événement est connu pas tout le monde dans les minutes qui le suivent, et où on peut faire le tour de la planète en quelques heures, la notion d’Etat intouchable, quoi qu’il fasse, parce que souverain, a pris un coup de vieux. Le rapport entre les souverainetés est remplacé par le rapport de forces et la possibilité ou non d’intervenir en dehors de son pays sans prendre trop de risques, quel que soit le motif invoqué. Notons que les Russes ont été prévenus de l’intervention occidentale en Syrie et que celle-ci n’a heureusement provoqué la mort d’aucun soldat russe.

    Quant à l’efficacité même de cette l’intervention symbolique (mais onéreuse), nous verrons…

    Picasso : « Guernica »

    « La bêtise pour tousQuand il ne dit rien, il ne fait rien »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 15 Avril à 17:48

    florilège légèrement partiel et fortement partial de quelques réactions recueillies de part le monde:

     

    Amnesty International :

    "Le peuple syrien a déjà enduré six années d'un conflit dévastateur, et des attaques chimiques dont beaucoup sont des crimes de guerre", a déploré Amnesty International. "Toutes les précautions doivent être prises pour minimiser le tort causé aux civils dans les actions militaires" menées en représailles à l'usage présumé d'armes chimiques par Damas contre sa population, a exigé l'ONG de défense des droits de l'Homme (communiqué).

     

    Rigoberta Menchu (prix Nobel de la paix 1992):

    "Je lance un appel énergique à tous les pays membres des Nations unies pour qu'ils interviennent énergiquement afin de freiner les opérations menées en Syrie par les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne", a déclaré sur Twitter la Guatémaltèque Rigoberta Menchu,

     

    ONU :

    "J'appelle les Etats membres à faire preuve de retenue dans ces dangereuses circonstances et à éviter toute action qui pourrait conduire à une escalade et à aggraver la souffrance du peuple syrien", a déclaré le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres. (communiqué)

     

    Turquie :

    Les frappes sont "une réaction appropriée" à l'attaque chimique présumée de Douma. "Nous saluons cette opération qui exprime la conscience de l'humanité tout entière face à l'attaque de Douma que tout porte à attribuer au régime" syrien, a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères (communiqué).

      • Dimanche 15 Avril à 18:03

        Les réactions importent peu. La question est celle de l'efficacité : le Bachar continuera-t-il à intoxiquer son peuple ? La Russie pensera-t-elle qu'il y a des limites à ne pas dépasser ? Quant au Nobel de 1992, il est possible qu'il ait pris un coup de vieux puisqu'il n'y a rien à freiner.

    2
    Souris donc
    Lundi 16 Avril à 09:32

    Je reste perplexe. Les informations sont toujours fournies à l'AFP par la même ONG, L'Observatoire Syrien des Droits de l'Homme. Comment fait une ONG pour savoir d'où vient une attaque armée, chimique ou conventionnelle ? Surtout quand il s'agit d'une ONG aussi douteuse, une émanation des Frères Musulmans financée par les Saoudiens. Quant aux victimes : des photos trafiquées, voire des mises en scène, ça s'est déjà vu.

    L'attaque au gaz neurotoxique d'il y a 5 ans pourrait être le fait de rebelles syriens djihadistes eux-mêmes contre leur population, du moins celles qu'ils contrôlent. Ce que le rapport LLoyd-Postol semble confirmer.

      • Lundi 16 Avril à 10:36

        Bien entendu, nous ne savons que ce que l'on nous rapporte, mais la victimisation de Bachar El Assad me laisse également perplexe. Il semble que les produits chimiques utilisés sont trop sophistiqués pour être fabriqués par n'importe qui. Le bombardement semble avoir été très ciblé sur des zones de production gouvernementales. On ne peut tout de même pas faire abstraction des témoignages des médecins français qui se sont trouvés sur place et ce sont les troupes gouvernementales qui encerclaient la zone atteinte et les seules à disposer d'une aviation. Par contre, en dehors de la volonté de terroriser, je ne vois pas l'intérêt qu'aurait le dictateur syrien à intoxiquer sa population alors qu'il est en passe de remporter cette guerre civile. Il faut y ajouter le rapport que vous signalez mais qui date de 2013, depuis les choses ont changé quant à l'occupation du terrain.

    3
    Lundi 16 Avril à 11:40

    En fait, on ne sait pas grand chose. Sinon qu'on a envoyé des missiles en Syrie.

      • Lundi 16 Avril à 11:46

        C'est  vrai. Mais d'un autre côté, il ne serait pas de bon sens de considérer que nos gouvernants (comme ceux de l'Angleterre et des USA) se trompent toujours.

        NB Je n'ai pas pu laisser un commentaire sur votre blog. Cette impossibilité revient périodiquement.

    4
    Lundi 16 Avril à 16:17

    Le service des serveurs laisse désirer.

      • Lundi 16 Avril à 16:25

        Ce qui ne nous rend pas service. N'ayant pas pu laisser un commentaire sur votre article sur la Syrie, pour éviter une rétention aiguë, j'a rédigé le petit billet ci-dessus.

    5
    Lundi 16 Avril à 23:57

    Oui, malgré toute l'horreur que m'inspire l'utilisation d'armes chimiques, je ne peux pas ne pas être surpris que Bachar décide d'utiliser des armes interdites à la dernière minute d'une guerre qu'il est en train de gagner. Et pas sur un objectif militaire stratégique. Juste sur quelques civils, dont des enfants (abondamment filmés, évidemment ).  

    En plus, les dits "rebelles" qui contrôlaient le quartier touché ( Armée de l'Islam et Combattant de la Miséricorde) annonçaient depuis plusieurs semaines que le régime de Bachar préparait une attaque chimique. 

    Et Macron et Theresa May qui ont des preuves mais ne les communiquent pour l'instant ni aux journalistes ni à leurs parlements respectifs

    Dans cette affaire, je  n'exclus rien : ni un crime commis par un dictateur imbécile, ni une énorme manipulation de l'opinion par des gens qui s'en sont fait une spécialité

      • Mardi 17 Avril à 08:44

        Nous ne pouvons rien exclure puisque nous sommes exclus des informations détenues en haut lieu. Mais si ce sont les rebelles (Combattants de la Miséricorde !!!) qui se sont auto-intoxiqués, pourquoi cette démonstration de force inutile, critiquée, et onéreuse ?

      • Souris donc
        Mardi 17 Avril à 09:44

        Oui, manipulation de l'opinion, quand ce ne sont pas des mises en scène délibérées. Voir la fiche Wiki de l'OSDH, unique source de l'AFP, de Reuters, d'Associated Press. Invraisemblable ONG islamiste,  évidemment relayée par Amnesty International et Human Rights Watch.

        C'est ainsi qu'ils montent l'opération de la "martyre" des geôles de Bachar, torturée, corps mutilé reconnu par la famille, emblème sur les banderoles des opposants au régime, symbole incontesté. Icône. Appelée "La Fleur de la Syrie" avec page FB dédiée.

        Avant qu'on ne la retrouve, pétante de santé, en train de faire son shopping, de nier elle-même le moindre bobo.

        Et que disent les ONG démasquées ? Que c'est Bachar qui a monté toute l'opération pour les discréditer. Façon diabolisation à la Marine Le Pen. Même pas honte.

        Mais qu'est-ce que nous, Français, sommes allés faire dans cette galère ?

      • Mardi 17 Avril à 10:03

        Je veux bien croire à la manipulation qui existe dans les deux camps. On appelait ça jadis de la propagande. Mais ce qui m'inquiéterait est que trois puissances soient aussi naïves et aussi peu informées pour tomber aussi facilement dans le panneau. Il est vrai que nous avons déjà vu ça avec les faux charniers en Roumanie...

    6
    Mardi 17 Avril à 10:35

    Pour être précis : smile selon la presse 

    • Jaïch al-islam (Armée de l'islam)  et 

    • Faylaq al-Rahman (Légion du Tout Miséricordieux) 

     

    PS : Naïveté ? selon certains  Syriens chrétiens réfugiés en France, la raison serait que, à  présent que la guerre est gagnée sur le terrain, la question qui obsède le monde musulman sunnite est : va-t-on laisser une terre d'Islam dans les mains d'un chien d'hérétique (alaouite chiite) soutenu par des chrétiens ? 

    Et celle qui obsède les grandes puissances est : on ne va quand même pas laisser un petit dictateur de merde nous exclure de la reconstruction de ce pays !

      • Mardi 17 Avril à 10:46

        On pourrait donc penser que les 3 puissances occidentales ont contribué à la destruction du pays afin de pouvoir le reconstruire. Je doute que Bachar El-Assad fasse appel à eux pour la reconstruction, les Russes, les Chinois et... les Allemands sont mieux placés.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :