• Je commence à avoir de la sympathie pour Valls, est-ce normal docteur ?

    D’après les échos que j’ai pu avoir, Valls est plutôt difficile à vivre et assez caractériel, si bien qu’il semble se faire plus d’ennemis que d’amis. Ses tentatives pour rejoindre "En Marche" en vain, car il ne s’était pas fait un ami de Macron lorsque celui-ci était son subordonné, furent plutôt pathétiques.

    Reste que Valls a des convictions qu’il maintient sans en dévier, notamment sur le danger de l’islamisme avec son socle inaltérable d’antisémitisme allant jusqu’au meurtre d’enfants.

    Les médias ont rapporté le flot d’injures dont il fut récemment la cible de la part de Mélenchon et dont vous pouvez avoir un aperçu dans ce petit article du Canard enchaîné du 11/10/17.

    Je commence à avoir de la sympathie pour Valls, est-ce normal docteur ?

    Ce déchaînement de Mélenchon frise la pathologie et n’a aucun sens, sinon celui de rallier des musulmans sous sa bannière aux couleurs opportunistes. On peut se demander si la santé mentale du « tribun » (qui parle fort et insulte vite) n’est pas altérée par son statut de gourou à qui ses adeptes semblent pardonner toutes les sorties aussi excessives et farfelues soient-elles.

    Pour ce qui concerne le fond du débat, quand on entend la députée LFI Danièle Obono, quand on la lit, quand on voit son attitude, l’islamo-gauchisme sans voile dont l’avait accusé Valls sur RTL ne fait aucun doute*.

    La haine de Mélenchon pour Valls me le rend évidemment plus sympathique. Dis-moi qui tu admires, je saurais qui tu es – et on connaît les admirations de Mélenchon, toutes plus infréquentables les unes que les autres - de la même façon, on peut acquérir de la sympathie pour celui qui est détesté par celui que l’on n’aime pas.

    * Elle considère que "la radicalisation n'est pas un concept scientifique suffisamment arrêté". A noter également que la suppléante de François Ruffin soutient une élue communiste ayant qualifié de "martyr" le tueur de Marseille ! (Le Point).

    « Un nouveau socio-type : le radicaliséLe bégaiement pour tous ! »

  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Octobre à 19:05

    Coucou Doc,

    Cela devient grave ce genre d'invectives dans la classe politique. Mélenchon a toujours en travers de la gorge les soit disant les 600 000 voix qui lui manquaient pour accéder au second tour. Le succès rend fou !

    Bonne soirée

      • Samedi 14 Octobre à 19:18

        Mégalomane qui a enfin trouvé une assemblée d'admirateurs.

    2
    Samedi 14 Octobre à 20:15

    C'est pas faux...yes

    (merci Jean-Luc .)

      • Samedi 14 Octobre à 20:30

        Merci pour quoi ?

      • Samedi 14 Octobre à 20:57

        merci Jean-Luc... merci de nous rendre Valls (presque) sympathique  (...si, toute fois, il n'essaie pas de trouver un positionnement original et "populiste" pour se repositionner comme un éventuel recours sur l’échiquier politique)

      • Samedi 14 Octobre à 22:37

        C'est ce qui s'appelle pour Mélenchon une manoeuvre contre-productive.

    3
    Samedi 14 Octobre à 20:15

    Bien que je ne supporte pas Méchant-con, j'avoue ne pas développer comme vous de la sympathie pour Valls, je n'oublie pas les c.......s qu'il a fait durant les cinq ans passer à Matignon, et puis, que n'a-t-il fait à l'époque ce qu'il prône aujourd'hui ?

    Quand à Obono, on aimerait bien qu'elle l'a ferme un peu, on ne comprends pas comment elle se retrouve à la chambre ?

     

      • Samedi 14 Octobre à 20:34

        Il n'a pas passé 5 ans à Matignon mais 3, et je ne pense pas qu'il pouvait faire avec Hollande tout ce qu'il aurait voulu faire. Ce fut également le cas pour Macron lorsqu'il était à l'Economie.

    4
    Samedi 14 Octobre à 20:40

    Entre deux maux, il faut choisir le moindre.

      • Samedi 14 Octobre à 20:48

        Et entre les deux il n'y a pas photo, quels que soient les griefs que l'on pourrait reprocher à Valls.

         

    5
    Souris donc
    Dimanche 15 Octobre à 09:02

    Valls a la gestuelle, les mimiques, les intonations de la conviction. Il aurait pu être la colonne vertébrale qui manquait à Hollande. Mou-Président-Je (merci Nafissatou, merci Dodo la Saumure), la risée de la terre entière qui a mené la France à la faillite.

    Valls a cautionné un gouvernement du politiquement correct avec ses faux débats de société masquant l’urgence des vrais réformes, ses alibis ethniques (Taubira, Najat) à des ministères décisifs, dont on n’a pas fini de payer les inconséquences (magistrats laxistes du Mur des cons, fin fond du classement PISA).

    Qu’il mouche Mélenchon, parfait, mais anecdotique.

      • Dimanche 15 Octobre à 09:16

        Bien sûr que c'est anecdotique, d'autant plus que Valls ne représente plus rien et que l'on peut lui reprocher bien des choses, mais il n'est pas certain qu'il ait eu les coudées franches sous Hollande. Dans cette histoire il s'est révélé le faire-valoir dans un sens négatif de Mélenchon et c'est une bonne chose. Ce qui n'empêchera pas ses adeptes de l'applaudir même dans ses délires.

      • Souris donc
        Dimanche 15 Octobre à 10:54

        Pas les coudées franches, certainement, mais bien dans le dogme socialiste du faut pas stigmatiser le nouveau prolétariat terranoviste.

        Rappelez-vous.  

        En janvier 2015, juste après les attentats de l’hypercacher et de Charlie Hebdo, Valls se rend à Brie-Comte-Robert-ton-univers-impitoyaable, et assène à une classe de lycée agricole : 

         

        Les jeunes français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats.


        Il parle de terrorisme, d’attentats. Les mots islam et islamisme sont tabous. Les dessinateurs (Cabu !) sont assassinés pour un dessin blasphémant le Prophète. On ne doit pas nommer, et Valls ne nomme pas. S'habituer à vivre durablement ! Le début de la soumission houellebecquienne.

      • Dimanche 15 Octobre à 11:09

        Je ne suis pas le défenseur de Valls. Mais actuellement - sans doute parce que plus libre - il nomme les choses par leur nom jusqu'à parler d'islamo-gauchisme où il implique la gauche de Mélenchon dans ses sympathies suspectes (voir son interview dans Le Point du 12/10/17). 

    6
    Dimanche 15 Octobre à 11:42

    Je pense que la composante psychopathe de Mélenchon se développe proportionnellement à la vénération que lui vouent ses troupes ! Comme chez tout bon gourou ou dictateur... 

      • Dimanche 15 Octobre à 11:47

        Oui, je le pense aussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :