• Dites-le avec des fleurs

    Dites-le avec des fleurs

    Par cette journée splendide, en traversant le square des Batignolles, nous avons pu admirer de beaux parterres. Il se trouve que ces parterres de fleurs, dont les responsables sont de véritables artistes, ont comme sujet la fin du massacre survenu il y a un siècle, dernière guerre à grande échelle où l’on s’étripait à l’arme blanche les yeux dans les yeux, et premier acte de la fin de la prééminence des nations européennes dont la deuxième guerre mondiale allait parachever la chute, engloutissant au passage ses prétentions humanistes et inaugurant leur culpabilité qui paralyse aujourd’hui la mise en œuvre des actes nécessaires à leur survie.

    Ci-dessous une partie du commentaire figurant près de la couronne florale.

    Dites-le avec des fleurs

     

    J'avoue que je sais pas trop ce qui passé de particulier sur les champs de bataille ce 28 juin 1918 car donner le nom  du Président Wison à une partie de l'avenue du Trocadéro ce jour est plutôt pacifique et il semble surtout marqué - lorsque que l'on consulte internet - par une décision du Conseil d'Etat qui rejette la requête d'un fonctionnaire révoqué. On voit que pendant le massacre la vie ordinaire continuait et que les procéduriers ne désarmaient pas.

    « La démocratie est-elle passée de mode ?Un faux bon personnage »

  • Commentaires

    1
    Dimanche 2 Septembre à 18:15
    Evelyne

    Que de belles fleurs beau partage bonne soirée à toi bisous

     

    http://l-univers-magique.over-blog.com/

      • Dimanche 2 Septembre à 18:29

        Comme le disait Brel : "les fleurs c'est périssables" (contrairement aux bonbons)

    2
    Souris donc
    Dimanche 2 Septembre à 20:59

    A visiter, Chaumont-sur-Loire. Sur le thème de la pensée, cette année. Horticulture, arts plastiques, Weltanschauung.

      • Dimanche 2 Septembre à 23:05

        Il y a tellement de choses à voir. C'est décourageant.

    3
    Dimanche 2 Septembre à 22:28

    Taisez-vous, malheureux !

    Si monsieur Louis-Georges Tin lit votre article, il va demander à madame Anne Hidalgo de débaptiser cette voie:

    Des étudiants de Princeton revisitent le passé raciste de Woodrow Wilson

    La Black Justice League, un groupe d'étudiants afro-américains, demande à l'université de rebaptiser des lieux et un institut portant le nom du 28e président américain, un admirateur du Ku Klux Klan

    Ceci dit...

    Et moi, je trouve sympa la symbolique du parterre de fleurs, même si la notice est presque indispensable.

     

      • Dimanche 2 Septembre à 23:08

        L'histoire étant pleine de bruit et de fureur, on va bientôt manquer de noms pour baptiser les rues.

    4
    Lundi 3 Septembre à 13:31
    Pangloss

    Espérons qu'on ne manquera jamais de fleurs. Nous avons besoin de beauté.

      • Lundi 3 Septembre à 13:44

        Ce sont des merveilles que l'on ne se lasse pas de contempler.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :