• D’une île à l’autre

     

    D’une île à l’autre

    En tant qu’homme de peu de foi, ce que j’aime dans les églises orthodoxes, ce sont les lustres. Ce lustre a été photographié dans une petite église de Réthymnon, la troisième ville de Crète. Curieusement, je suis entré dans des églises orthodoxes loin de chez moi : en Russie, en Grèce et même en Turquie, mais je n’en ai visité aucune à Paris ! Je vous l’accorde, c’est particulièrement stupide.

    Beaucoup de faste dans les églises orthodoxes, mais les vitraux sont plus sobres. J’ai travaillé jadis avec un médecin, ancien séminariste catholique, qui me disait être attiré par la religion orthodoxe uniquement en raison du faste qui accompagne toutes les cérémonies.

    Bien sûr, la ville comporte des mosquées. La Crète, comme la plupart des îles du bassin méditerranéen, a essuyé toutes les invasions : romaine, byzantine, arabe, vénitienne, turque (plus de deux siècles). Les Vénitiens ont laissé une forteresse pour défendre la ville contre les Turcs et les Turcs ont laissé des mosquées et un phare après l’avoir prise. Puis, brièvement, les Russes sont venus et plus récemment les Allemands.

    Les Crétois, eux, sont restés toujours Crétois. De hautes montagnes (en particulier les Montagnes Blanches) et des gorges profondes permettent de résister, mais après les massacres arabes et turcs, il a fallu repeupler l’île.

    D’une île à l’autre

    Je peux me tromper (je n’ai qu’une connaissance très superficielle de la Crète), mais je pense qu’il existe une analogie entre les Crétois et les Corses. A noter, cependant, que la Crète a été indépendante au début du XXème siècle pendant 15 ans, et a préféré finalement être rattachée à la Grèce.

    « Petit salut de CrèteMystère »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 24 Mai à 19:45

    Je suis comme ce séminariste, non que je veuille troquer ma religion, mais je regrette les fastes d'antan de la religion catholique, cela aidait à prier!

      • Vendredi 24 Mai à 20:02

        Il est certain qu'un cérémonial solennel influence l'esprit.

      • Samedi 25 Mai à 17:32

        Le faste ou la solennité peuvent être justifiées en tant que louanges ou hommages, mais n'incitent pas nécessairement au recueillement et à la prière: les modestes églises romanes en sont l'exemple...

      • Samedi 25 Mai à 17:43

        Bien que n'ayant aucune expérience en la matière, je suppose que chaque individu a sa façon de vivre sa foi.

    2
    Vendredi 24 Mai à 20:29
    Pangloss

    J'ai lu quelque part que lorsqu'il s'est agi de choisir une religion d'état, le tsar de l'époque préféra la religion byzantine à cause du faste de sa liturgie.

      • Vendredi 24 Mai à 20:39

        Impressionner, impressionner, il en restera toujours quelque chose.

    3
    Vendredi 24 Mai à 22:44

    Cérémonies fastueuses mais aussi... interminables ! La plus petite messe chez les orthodoxes dure entre deux et trois heures ! 

      • Samedi 25 Mai à 07:30

        C'est qu'il faut entrainer le fidèle pour le purgatoire.

      • Souris donc
        Samedi 25 Mai à 09:02

        Peut-être interminables, mais on peut aller et venir. A Moscou, j'ai vu des ménagères avec le poireau dépassant du cabas rester 10 minutes et repartir. On est debout, fatigant, mais fasciné par l'iconostase. Et le pope.

        Je vous conseille la messe de Pâques. Du temps de Boris Eltsine, le pope était démuni et n'avait qu'une balayette de chiottes pour l'aspersion d'eau bénite. Ensuite on entrechoque les oeufs de Pâques en disant "Christos Woskres !" (Mais pas les œufs de Fabergé)

      • Samedi 25 Mai à 11:03

        Ah ! Si la religion ne pouvait être vue que comme un spectacle.

    4
    Samedi 25 Mai à 14:17
    Pangloss

    Un spectacle qui séduit les foules. Un peu comme le foot.

      • Samedi 25 Mai à 14:37
        Avec ses hooligans.
      • Samedi 25 Mai à 17:44

        La politique, la sociologie, la moralité, l'art, et même la science ont leurs "hooligans"... qui assassinent, au sens propre mais, tout autant et plus impunément, au sens figuré.

          

         

      • Samedi 25 Mai à 20:04

        Donc, il est tout à fait  normal que les religions aient leurs hooligans. Nous sommes en quelque sorte dans l'ordinaire.

      • Samedi 25 Mai à 20:32

        "...il est tout à fait  normal que les religions aient leurs hooligans..." oh ?

        Pas plus que dans le foot... ni ailleurs !

         

        (J'ai du mal m'exprimer...)

      • Samedi 25 Mai à 20:53

        Je voulais dire que vous mettez la religion sur le même plan que les autres activités humaines. D'une part, c'est abaisser la transcendance au niveau du vulgaire, d'autre part je pense,  malheureusement, que la violence d'origine religieuse a connu et connait toujours un haut degré (plus élevée que celle du football)

      • Samedi 25 Mai à 21:21

        Je m’inscrivais tout simplement dans la droite ligne des deux ou trois commentaires qui précédaient:

        Dr WO Ah ! si la religion ne pouvait être vue que comme un spectacle...

        Pangloss Un spectacle qui séduit les foules. Un peu comme le foot.

        Dr WO Avec ses hooligans.

        ... voulant faire ressortir l'évidence que la violence semble avoir envahi plus ou moins divers domaines de l'activité humaine, les plus essentiels comme les plus superflus (chacun mettant dans ces deux qualificatifs ce que bon lui semble)

      • Samedi 25 Mai à 22:18

        OK.

    5
    Souris donc
    Dimanche 26 Mai à 10:03

    Sur la Grèce, royaume pendant quelque temps avec des souverains cherchés au Danemark, dictature avec les colonels, retour à la démocratie dont elle est le berceau, on peut lire l'autobiographie du Prince Michel de Grèce "Avec ou sans couronne", Stock, janvier 2019. Pleine de verve et d'érudition.

      • Dimanche 26 Mai à 10:52

        Une lecture à prévoir après avoir quitté la Grèce.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :