• Courts-circuits synaptiques

    Ce petit billet est un rectificatif à l’article précédent. Je disais dans ce dernier que je m’étais contenté de survoler l’entretien avec Macron publié dans Le Point, mais s’il est permis de survoler un texte quand il est trop long, il est aussi souhaitable de ne pas faire d’erreur de pilotage si l’on se permet, comme je l’ai fait, de porter un jugement sur son contenu.

    Un reliquat de rigueur scientifique m’a poussé à atterrir. Dans le billet précédent, en me basant sur l’intertitre : / Réforme du travail « Une révolution copernicienne » /, j’avais attribué par un court-circuit synaptique simplificateur le qualificatif de « révolution copernicienne » à la loi travail contenue dans les récentes ordonnances. Or le court-circuit neuronal favorisé par la formulation de l’intertitre a été à l’origine d’une erreur : d’après le texte dans lequel j’ai finalement atterri, le terme de révolution ne concerne pas la réforme du code du travail – ce qui avait justifié mon ironie mal placée – mais ce que seront, d’après Macron et d’une façon générale, la conception et l’organisation du travail dans l’avenir.

    Les médias ont la perversité de rédiger volontairement des intertitres simplificateurs et biaisés qui deviennent des sources de polémiques artificielles.

    Pour me consoler je pense que je ne suis pas le seul à être victime de courts-circuits synaptiques. Dans cet entretien avec Macron, un autre intertitre : / Terrorisme « Pour en finir avec la politique victimaire » / a scandalisé les associations de victimes des attentats qui, se sentant visées, sont immédiatement montées au créneau pour protester, sans avoir lu apparemment le texte qui suit. Or que dit Macron dans le texte ? « Il faut définir ces nouveaux horizons, ces nouvelles terres de conquête, ces nouvelles formes d’engagement, pour sortir de l’esprit de défaite qui nous habite encore trop aujourd’hui, pour en finir avec la politique victimaire. Nous sommes un pays de conquête ». Quelle que soit l’opinion que l’on peut avoir sur ce paragraphe, il n’y a là aucune allusion aux victimes des attentats, il s’agit d’un esprit victimaire qui, d’après Macron, toucherait l’ensemble de la nation.

    Beau travail journalistique dont l'un des objectifs est de créer la polémique là où elle n’a aucune raison d’être mais qui, pour éclore, nécessite la complicité de l’esprit superficiel des lecteurs (dont je suis).    

    « Frimeur ?Tragicomiques troupiers »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Samedi 2 Septembre à 18:49

    Pas de repentance, Dr Wo ! Un bon résumé, si Le Point a été trop touffu : .

      • Samedi 2 Septembre à 18:59

        L'entretien (long mais pas touffu) ne détaillait pas les ordonnances et mon propos visait surtout à montrer la manipulation médiatique subtile dont des esprits superficiels comme le mien pouvaient être victimes. Superficiel mais honnête.

    2
    Dimanche 3 Septembre à 09:56

    Il n'empêche que "révolution copernicienne" est un peu (et même beaucoup) exagéré.

      • Dimanche 3 Septembre à 10:05

        Sans aucun doute, c'est une image grandiloquente, mais elle ne concerne pas son action mais une évolution sociale nouvelle à mettre en parallèle avec l'analyse de Hamon sur la "disparition du travail".

    3
    Un Cœur qui bat
    Dimanche 3 Septembre à 16:27
    Cher Doc,
    Comment voulez-vous aujourd'hui vendre de la presse sans faire le "buzz" ?
    Dans cette Société de spectacle, il faut pour attirer la lumière et vendre du papier soit provoquer soit montrer....confère le numéro de l'hebdomadaire "Elle"....record battu grâce à Mme MACRON...... heureusement cette semaine ils ont acheté un chien à la SPA.....
    Très bonne fin de dimanche
      • Dimanche 3 Septembre à 16:48

        Bien sûr, il faut accrocher le lecteur, au besoin par un faux hameçon. Les intertitres sont probablement de la rédaction et certains font des rapprochements ambigus par rapport au texte qui, lui, a été relu par Macron.

    4
    Lundi 4 Septembre à 07:56

    Dans le premier article, vous n'étiez pas si loin de SA vérité, Doc. Ce type qui ne pense qu'en terme de communication veut nous faire associer de façon pavlovienne des mots à sa politique  :  révolution copernicienne associée à ses réformettes (cf "une nouvelle ère commence" de VGE) , Jupitérien associé à sa personnalité, refus de la "politique victimaire" pour nous faire oublier ses déclarations en Algérie et ses nombreuses commémorations victimaires...

      • Lundi 4 Septembre à 08:31

        J'aurais donc été victime (politique victimaire !) d'un double piège : rapprochements ambigus voulus par Macron et effectués par le journal. Subtile mais hasardeux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :