• Avis de recherche

    Tolbiac outragé, Tolbiac brisé, Tolbiac martyrisé mais Tolbiac libéré.

    La Commune de Tolbiac enfin libérée de sa prison universitaire où elle était incarcérée dans des conditions déplorables, continuera à s’opposer à la dictature démocratique, et s’adresse à tous pour trouver un blessé grave, un blessé sanglant, un blessé comateux ou mieux un mort que l’on pourrait attribuer aux forces de répression.

    Prendre contact avec les membres de la Commune* qui glandent activement sur le parvis universitaire.

    * Ou à défaut avec Mr Gerard Miller qui exerce une de ses nombreuses activités subversives successives mais toujours dans l'erreur à Le Média

    « Préparation à la défaite de l’empire américain265. Les tas de droits »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Avril à 16:26

    Si on parle du même, il n'est pas nécessaire de prévenir Gérard Miller:

      • Jeudi 26 Avril à 16:32

        C'est le même, c'est un voyant extra-lucide : il indique toujours la direction à ne pas prendre.

      • Jeudi 26 Avril à 17:49

        Un site officiel pas très coruscant...


        définition de "coruscant" quelque-part sur cette page, à l'attention de "Jean", un de ses fans

        (un commentaire sans aucun intérêt, je crois...)

         

      • Jeudi 26 Avril à 18:00

        Admirable l'attitude du penseur profond, mais chiant, bavard, trop long, prétentieux, sans parler du fond...Et pas coruscant.

    2
    Souris donc
    Jeudi 26 Avril à 19:11

    Il fallait un martyr à Tolbiac. Voir le fake. Surtout les 2 vidéos.

      • Jeudi 26 Avril à 19:19

        D'où mon avis de recherche pour aider ces jeunes en perdition dans leur délire persistant.

    3
    Jeudi 26 Avril à 19:31

    D'ici à ce qu'ils le fabriquent eux-mêmes, leur mort, j'espère qu'il y a encore loin. Mais mourir pour la cause, n'est-ce pas le sort le plus beau? Et s'il n'y a pas de volontaire, on peut toujours le désigner "démocratiquement".

      • Jeudi 26 Avril à 19:58

        Un mort pour l'exemple en quelque sorte.

        Bien sûr, je lis vos articles mais sans pouvoir laisser le moindre commentaire. A noter (à propos de votre dernier article) que dans mes articles j'emploie également le J et le j : J quand il s'agit du peuple (issu de mère juive) et j quand il s'agit de pratiquants du judaïsme (moins nombreux que les non pratiquants). Jusqu'à la création d'Israël l'absence de terre faisait que le même mot était utilisé pour la personne et la religion même non pratiquée. Même ceux qui se convertissaient à autre religion pouvaient difficilement effacer leur ascendance juive aux yeux des autres dans le cas où ils l'auraient voulu. 

    4
    semaphore
    Jeudi 26 Avril à 23:09
    semaphore

    Alors, Docteur ? Vous reconstituez une opération Mincemeat 2.0 ???  oh

      • Jeudi 26 Avril à 23:20

        C'est une affaire d'espionnage, non ? Pourquoi ?

    5
    semaphore
    Vendredi 27 Avril à 00:11
    semaphore

    Dans cette opération vraie de WW II, les services secrets anglais, pour mystifier les Allemands et les Italiens de l'Axe, avaient créé un personnage totalement fictif mais doté d'un vrai cadavre (issu d'un SDF mort en asile de soins) largué en mer au large de l'Espagne avec une serviette liée à son poignet par chaîne, remplie de faux rapports accréditant que le débarquement (pour la reconquête de l'Italie) aurait lieu en Sardaigne en première étape (alors qu'il aura lieu en Sicile).

    Et dans un livre qui retrace cette opération "L'Homme qui n'avait jamais existé", il y a toute une développement de quête d'un cadavre "présentable" par rapport au personnage important qu'il était censé être et à tout le montage de la fiction...

      • Vendredi 27 Avril à 08:21

        Je ne me souvenais plus de cette quête de cadavre et votre commentaire devient clair (et astucieux)

    6
    Souris donc
    Samedi 28 Avril à 08:04

    Faut leur reconnaître le mérite d'avoir renouvelé le vocabulaire. Leur fameuse Juliette nous a appris qu'on ne disait plus homme blanc hétéro, colonisateur et saccageur de planète, mais homme cis blanc oppresseur.

    Ne me demandez pas ce que signifie cis, mais à mon avis, ce ne doit pas être un compliment.

      • Samedi 28 Avril à 08:14

        On ne sait pas trop s'il faut en rire ou en pleurer.

      • Samedi 28 Avril à 13:00

        ...EN PLEURER !

        sinon:

        Le mot latin cis signifie "du même côté" et est le contraire de trans, et dans les Gender studies et les études sur le transgénérisme, ou pour certains militants LGBT, cis est une abréviation de cisgenre.

        et :

        Kristen Schilt et Laurel Westbrook définissent cisgenre (en anglais cisgender) comme un terme pour "les individus dont le genre de naissance, le corps et l'identité personnelle coïncident", complémentant ainsi le terme transgenre. Dans le détail, d'après Julia Serano, cissexuel est un adjectif utilisé dans le contexte des questions de genre pour décrire "les personnes qui ne sont pas transsexuelles et qui ont toujours connu leurs sexes physique et mental alignés" ("leurs sexes alignés ?" -note de bedeau), alors que cisgenre est un terme désignant ceux qui ne se considèrent pas transgenres (une catégorie culturelle plus large que le terme transsexuel, qui est plus médical.../...Alexandre Baril écrit : "Le cisgenrisme est un système d’oppression qui touche les personnes trans, parfois nommé transphobie. Il se manifeste sur le plan juridique, politique, économique, social, médical et normatif. Dans ce dernier cas, il s’agit de cisgenrenormativité. Je préfère la notion de cisgenrisme à celle de transphobie, car elle s’éloigne des origines pathologiques et individuelles de la  phobie"

         

        FASTOCHE !!!

         

    7
    Samedi 28 Avril à 13:36

    Précisions lumineuses mais qui assombrissent ma vision sur le monde contemporain.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :