• 367. Souvent virus varie, fol qui s’y fie

    367. Souvent virus varie, fol qui s’y fieVous avez sans doute remarqué que le virus SARS-CoV-2 original est à présent traité « d’ordinaire » avec un certain mépris par les journalistes, malgré qu’il ait fait ses preuves en tuant à ce jour près de 2500000 êtres humains dans le monde. Ce sont les variants qui ont pris la vedette, l’Angleterre a le sien, le Brésil et l’Afrique du Sud également, et si la France n’a pas encore le sien, pas de panique, elle est loin d’être la seule. Ces variants viennent heureusement alimenter et renouveler les débats sur les plateaux TV. Le cheptel médical, avec ses stars qui nous sont devenues familières, vient défiler pour dire ce qu’il en pense. A présent, les acteurs de la troupe connaissent bien leur rôle, les uns dans celui du pessimiste, les autres dans celui de l’optimiste, et les journalistes ont le plaisir de les opposer avec gourmandise mais en les appelant par leur prénom. Il faut se rendre à l’évidence, les journalistes finissent par en connaître autant que les médecins qu’ils interrogent, les uns comme les autres puisant aux mêmes sources, et leur discours varie autant que les variants au fur et à mesure que varient les connaissances. Et le public regarde ce petit monde vibrionner dans l’incertitude, ce qui alimente sa peur et/ou sa dépression, le poussant à courir après le vaccin souvent inaccessible dans les grandes villes et dont il n’est pas sûr qu’il le protègera longtemps. Nous avons l’impression de vivre dans une « réalité augmentée », l’image se substituant à la réalité par écran interposé. Le monde est devenu encore plus l’image que l’on nous en donne : réunions masquées, villes sans foule, nuits sans noctambules, concerts sans public, spectacles sans spectateurs, musées sans visiteurs où les tableaux et les statues se regardent les uns les autres dans leur solitude sans humains pour les admirer.

    « 366. Les médecins parallèlesDe l'huile et du feu »

  • Commentaires

    1
    Claire
    Dimanche 14 Février à 11:11

    Le variant doit être en France mais à mon avis il doit être en gréve. Vous avez raison pour les vaccins, je ne voulais pas mais j'ai cédé à la peur et nous avons enfin un rendez-vous..

     

     

     

      • Dimanche 14 Février à 11:49

        C'est bien la première fois que j'encouragerais une grève.

    2
    Dimanche 14 Février à 13:55

    Le Canard enchainé et le Monde ont depuis longtemps l'habitude de "feuilletonner" leurs scoops : à partir d' une révélation principale, dévoiler inlassablement dans les jours suivants des révélations secondaires ou annexes du scoop principal mais qui ont l'apparence de nouvelles révélations.

    La Covid-19 s'est peut-être inspirée de ce principe pour créer ses variants...sarcastic

      • Dimanche 14 Février à 15:39

        Si le virus s'inspire des médias, on n'est pas sorti de l'auberge (actuellement fermée).

    3
    Dimanche 14 Février à 20:07

    Quand je serai vacciné (encore quinze jours avant la seconde injection si Dieu le veut), apprendrai-je que je ne suis pas immunisé contre un nouveau variant et qu'il me faudra attendre encore quelques mois pour qu'un labo sorte le vaccin nouveau (qu'on attendra aussi longtemps que le prochain Beaujolais nouveau)? Et que dès que ce nouveau vaccin sera enfin disponible, il sera trop tard: un nouveau variant encore plus méchant que les autres s'attaquera non seulement à nous mais aussi aux veaux, vaches, cochons et couvées?

      • Dimanche 14 Février à 20:55

        On peut en effet avoir cette vision défaitiste de la situation. Cependant, il semble que si la vaccination actuelle n'empêcherait pas d'attraper la maladie de certains mutants, il éviterait les formes graves. Par ailleurs, l'adaptation des vaccins à ARNm serait rapide (quelques semaines) encore faudra-t-il les produire à nouveau. Le probable est que l'on soit obligé de se vacciner chaque année comme pour la grippe où le  vaccin est modifié en fonction des souches nouvelles et avec lequel la protection est relative.

    4
    Souris donc
    Lundi 15 Février à 08:13

    Les variants viennent heureusement alimenter et renouveler les débats sur les plateaux TV.

    Film d'horreur à épisodes, avec sérial killer, destiné à nous saper le moral.

    Ils sapent, je zappe.

    Le taux d'incidence pourtant faible (quand on voit sur la bande défilante, car pour mieux saper, quel que soit le sujet, neige ou inondations, la bande défilante rappelle le COVID pour saper) devrait minimiser l'intérêt de ce perpétuel radotage : 450 morts sur 67 millions d'habitants, je n'ai pas le courage de calculer le pourcentage. 0,0000002% ? Le même que les transgenres dont, pareil, on avait fait le problème vital dans les années 2010.

    Ils sapent, je zappe.

      • Lundi 15 Février à 08:28

        Comme ils ne me sapent pas, je les observent comme j'observerais une faune douée d'une parole excessive et répétitive.

      • Souris donc
        Lundi 15 Février à 08:49

        La faune trouve des appuis dans tous les médias et sites. Là, ils ont 167 morts ces dernières 24 heures. Demain, ils vont rectifier, c'était le week-end, et tous les chiffres ne leur étaient pas parvenus.

      • Lundi 15 Février à 08:53

        Transparence ! Que de crimes on commet en ton nom !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :