• 246. Ne vaut-il pas mieux prévenir que guérir ?

    L'intervention de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, à la conférence internationale du sida a été perturbée par des militants scandant "Shame on Macron". Pourquoi ? Trois associations de lutte contre le sida (Coalition Plus, Act-Up Paris et Aides) ont regretté l'absence d’Emmanuel Macron à cette conférence, alors qu’elle se déroule à Paris jusqu’au 26 juillet. Elle est le signe, selon elles, d'un "désengagement de la France", "comparable à celui de Donald Trump".

    Il faut avouer que les associations de lutte contre le sida foisonnent, et le fait que la maladie a préférentiellement touché les homosexuels masculins n’est pas étranger à cette émergence, d’autant plus qu’elle les touchent encore largement puisque la prévalence de la séropositivité dans cette population atteint presque les 15% !

    Ces associations ont toujours été très politisées, parfois à mauvais escient. Lorsque la maladie est apparue et qu’à l’époque elle était toujours mortelle et ne touchait pratiquement que les HSH (les hommes ayant des rapports sexuels avec les hommes), on interdisait aux médecins de rechercher une contamination éventuelle sans avoir la permission du patient afin d’éviter toute stigmatisation. Cette décision politique stupide sous la pression des associations d’homosexuels a évidemment contribué à étendre la maladie.

    Si Macron devait assister à toutes les conférences médicales pour prouver qu’il ne se désintéresse pas de la maladie concernée (il reçoit cependant des délégations concernant le sida et son absence à la conférence ne prouve aucunement le "désengagement de la France"), il a du pain sur la planche. On doit tout de même faire remarquer à ces associations de lutte contre le sida qui semblent très susceptibles, que l’on meurt aujourd’hui bien plus souvent du cancer ou de maladies cardiovasculaires que du sida, et que les participants aux conférences sur le cancer ou le cœur n’exigent pas à chaque fois la présence du président de la République.

    Pour changer de président, dimanche dernier, la conférence a appelé le président américain à maintenir les aides du pays. En prévenant que si les Etats-Unis réduisaient leurs aides en faveur de la recherche pour le sida, « cela se traduirait par des morts et des nouvelles contaminations supplémentaires ».

    Je suis évidemment partisan de maintenir ou d’augmenter les crédits pour la recherche médicale et ce, quelle que soit la maladie. Mais en matière de sida, on peut se demander pourquoi la réduction des crédits pour la recherche conduirait obligatoirement à plus de morts et de contaminations. Certes, trouver un vaccin serait l’idéal, mais en son absence, aujourd’hui, le traitement existe (même s'il peut être amélioré et mieux diffusé) et a permis de transformer une maladie toujours mortelle en une maladie chronique contrôlée.

    Et si l’on parle de nouvelles contaminations, autant que des crédits ne faudrait-il pas aussi parler du comportement des populations le plus souvent touchées par le VIH ? La façon de vivre sa sexualité est le principal facteur en matière de contamination, la multiplicité des partenaires, le type de rapports et l’abandon du préservatif, en sont les premières causes. Un changement de comportement, dont ne semble pas vouloir nombre de jeunes, serait bien plus efficace que tous les crédits du monde, mais il ne semble pas pour demain depuis que l’on a montré que la prise préventive d’antirétroviraux (fort onéreuse) diminue nettement les risques de contamination et conduira peut-être à ne plus prendre de précautions pour ceux qui ne veulent mettre aucun frein à leur sexualité et demande à la société de le leur permettre.*

    Voir aussi : "192. Comment jouir sans entrave aux frais du contribuable"

    *Actuellement, à l'AP-HP, 2500 personnes bénéficient de la prévention PrEp (préexposition) en prenant du Truvada (association d'anti-rétroviraux) de façon quotidienne ou ponctuelle.

    « Quand l’islam est consommé avec modérationLa mondialisation des chaises »

  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Juillet à 17:19

    Je comprends votre point de vue en tant que médecin, mais ces personnes qui attrapent le Sida ne devraient ne s'en prendre qu'à elles-mêmes, ces homo et hétéros (il y en a aussi) à la sexualité débridée et ne se souciant que de plaisir !

    Ils sont punis par où ils pêchent !

      • Lundi 24 Juillet à 17:40

        Je suis étranger à la notion de punition. Je regrette simplement que des personnes se comportent de façon irresponsable et contribuent donc à diffuser la maladie et que la société est ainsi obligée de faire face aux conséquences de leur irresponsabilité. Parallèlement, les associations contre le sida ne cessent de revendiquer auprès des pouvoirs publics, ce que je trouve un peu déplacé.

    2
    Lundi 24 Juillet à 18:46

    Les associations contre le sida fortement revendicatives sont souvent dirigées par des homosexuels. J'ai lu quelque part que la majorité d'entre eux est favorable à la gauche. De là à y voir un rapport ...

      • Lundi 24 Juillet à 18:53

        Il est vrai que la droite n'a jamais été favorable aux homosexuels.

    3
    Souris donc
    Lundi 24 Juillet à 19:25
    Souris donc

    Le HIV nous a fait passer de la joyeuse insouciance sexuelle à la notion de conduite à risque. Dans les années 85, Cabu sortait son "Catherine saute au paf", et maintenant, on a les lugubres gaypride.

      • Lundi 24 Juillet à 20:39

        La nature tient en réserve de nombreux virus ou de germes sexuellement transmissibles. Les relations sexuelles ne sont jamais décontractées.

      • Souris donc
        Mardi 25 Juillet à 22:07
        Souris donc

        Oui, la nature nous réserve des virus pas toujours sexuellement transmissibles comme le singe vert pour le SIDA. Des grippes aviaires dont Roselyne Bachelot a fait les frais avec sa campagne de vaccination. Et maintenant le chat.

      • Mardi 25 Juillet à 22:22

        Il est conseillé de ne pas caresser les animaux suspects, mais comme cette maladie (SFTS) est en principe transmise par les tiques, il faut être un peu vicieux pour les caresser.

    4
    Mercredi 26 Juillet à 17:43

    Une amie qui a longtemps travaillé pour la prévention du SIDA m'a dit que nombre d'hommes mariés ont des relations homosexuelles occasionnelles non protégées avec de parfaits inconnus ! Ces hommes sont des criminels en puissance... Les associations, au lieu de revendiquer, seraient bien inspirées de faire plus d'éducation et de prévention ! 

      • Mercredi 26 Juillet à 17:49

        Il y a même des hommes qui ont été jugés pour avoir transmis le virus dont ils se savaient porteurs sans prendre la moindre précaution.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :