• 240. En marche sur ordonnance

    240. En marche sur ordonnanceIl est maintenant de notoriété publique qu’il est sain d’avoir une activité physique régulière. D’ailleurs ce conseil (« bouger ») est répété sur le bandeau inférieur des écrans de télévision lorsque ceux-ci font la publicité de nourritures dont l’abus peut conduire à l’obésité.

    L’activité physique la plus simple, la plus efficace et à la portée de toute personne autonome est la marche régulière et si possible la marche rapide ou la course légère.

    A présent, depuis le 1er mars les patients atteints d’une affection de longue durée (environ 10 millions) pourront marcher sur prescription médicale, mais à leur frais. Ce qui est logique, car rembourser la marche aurait soulevé trop de difficulté pour distinguer la marche nécessaire de la marche thérapeutique et certains fraudeurs auraient pu joindre l’utile à l’agréable.

    Mais si la marche régulière ne nécessite pas d’ordonnance, elle nécessite de la volonté et une discipline personnelle.

    La prescription, elle, permet de diriger le patient qui répugne à marcher seul vers un kinésithérapeute, un professeur de sport spécialisé ou ergothérapeute qui règlera son activité physique en fonction de ses moyens (physiques dans un premier temps, pécuniaires dans un second), et surtout le patient inclus dans un groupe pourra se faire des amis, en s’ennuyant moins, si l’ambiance est bonne, que s’il marchait seul.

    En définitive, on se demande pourquoi une ordonnance est nécessaire, il suffirait que le médecin indique le mentor adéquat et le lieu puisque cette activité se fait de toute façon aux frais du patient.

    Mais attention, nous sommes en France et le décret d’application précise les choses : non seulement le médecin doit faire une ordonnance (on se demande toujours pourquoi) sous forme d’un formulaire à remplir, évaluer l'état de santé du patient, et l'adresser à l'un des professionnels habilités à la prise en charge du sport sur ordonnance et « Avec l’accord des patients, l’intervenant transmet périodiquement un compte rendu sur le déroulement de l’activité physique adaptée au médecin prescripteur »

    Les médecins vont adorer cette nouvelle usine à gaz et le fardeau administratif supplémentaire dont l’intérêt m’échappe complètement.

    NB. Je suis heureux d’avoir pris ma retraite, je n’aurais pas supporté.

    Giacometti : "L'homme en marche"

    « Brèves du 6/03/17La chevelure des femmes »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Mardi 7 Mars à 23:00

    Je ne comprends rien du tout à cette histoire de marche sur ordonnance. Mais si Madame Touraine veut bien que la Sécu me rembourse ma cotisation annuelle de golf, 1000 €, je veux bien m’engager à marcher en poussant mon chariot, plutôt que de louer une voiturette de feignasse.

      • Souris donc
        Mardi 7 Mars à 23:14

        La location de la voiturette coûte 35 € le parcours.

      • Mercredi 8 Mars à 09:28

        Je suppose que l'idée est de convaincre les gens que le sport, ou pour être exact, l'activité physique est un traitement, d'où la prescription médicale. Cela ressort de la communication. Par contre les modalités d'application me paraissent farfelues. D'un autre côté que la société prenne en charge la marche ou son équivalent alors que le patient devrait n'avoir besoin de personne pour ne pas être sédentaire serait scandaleusement ruineux et infantilisant. Se torcher devrait être remboursé par mesure d'hygiène.

      • Souris donc
        Mercredi 8 Mars à 10:36

        Il est vrai que la Fédération Française de Golf exige, depuis toujours, un certificat médical. Au moins de non contre-indication. Ce que j'aime, c'est qu'on oublie qu'on marche, on croit qu'on joue. Les 18 trous font environ 4 km. Et plus, quand on envoie régulièrement la balle dans le rough. Aucun tueur en série derrière les fourrés, et quand bien même, un coup de fer 7 derrière les oreilles lui règlerait son sort. Alors que la marche sur les sentiers, on est sûr d'être importunée.

        En bord de mer, on avait naguère des gens contents d'aller respirer l'air iodé, se faire fouetter le visage par les embruns, écouter et regarder les vagues et les oies bernaches en migration. Maintenant ils sont équipés de bâtons de ski, marchent en fronçant les sourcils, concentrés au point d'en oublier de regarder le paysage. En plus, ils ont sûrement la montre connectée qui compte le nombre de pas et les pulsations cardiaques. La marche, un médicament, une purge.

      • Mercredi 8 Mars à 13:17

        La marche thérapeutique exige quelques instruments d'autosurveillance pour faire sérieux. Le skieur de fond regarde à peine le paysage. La promenade n'est plus ce qu'elle était.

    2
    Mercredi 8 Mars à 10:33

    La marche régulière, certes Doc, mais n'oublions pas le sexe qui, pratiqué de façon régulière routinière, est également à la portée de tous et dont les bienfaits pour la santé sont démontrés

    Je m'étonne d'ailleurs qu'un gouvernement aussi soucieux de la santé de ses concitoyens n'ait pas pensé à ajouter à l'ordonnance la prescription d'une activité sexuelle régulière et exigé des conjoint(e)s une formulaire mensuel attestant que la victime de l'ALD a bien rempli ses obligations en la matière.

      • Mercredi 8 Mars à 13:24

        Voilà une négligence que ne ferait pas une théocratie à dominance masculine et soucieuse de procréer.

        L'acte sexuel fait plus pour l'équilibre psychologique que l'équilibre physique. Un effort habituellement bref équivalent à la montée de deux étages, qui suffit néanmoins pour arriver au septième ciel.

      • Souris donc
        Mercredi 8 Mars à 21:23

        A défaut, la corde à sauter.

      • Mercredi 8 Mars à 22:45

        Mais sans faire le même effet

    3
    Mercredi 8 Mars à 17:33

    Bientôt, ils vont faire une ordonnance aux motards pour les inciter à se pencher dans les virages.

      • Mercredi 8 Mars à 18:33

        Gouverner par ordonnances ça se fait.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :