• Le « wokisme » est-il une maladie ?

    Le « wokisme » est-il une maladie ?Les personnes atteintes de "wokisme" se disent « éveillés » aux discriminations et aux injustices subies par les minorités dans les pays occidentaux, mais semblent indifférentes à celles qui sévissent ailleurs, ce qui est une forme d’hémiplégie mentale.

    Le "wokisme" est censé être « inclusif » pour ne pas exclure afin éviter toute oppression, Le paradoxe est que les « woke » ont une attitude agressive à l’égard de ceux qui ne le sont pas, car ils rejettent la neutralité. Ils prétendent ne pas exclure mais ils tentent de renverser les hiérarchies (à défaut d’égalité) en mettant les minorités en avant, le dominé supérieur au dominant, ce qui est une façon d’exclure la majorité ou ceux qui sont censés posséder le savoir, donc le pouvoir.

    Un paradoxe de plus : le pouvoir, c’est mal, mais les « woke » le recherchent en tant que dominé et de victime, le statut de persécuté est très prisé et même parfois faussement acquis pour en tirer des avantages. On voit déjà que le patient atteint de wokisme est incohérent.

    Autre symptôme : le « woke » cherche à être protégé car il est d’une grande fragilité et est aisément blessé, il recherche donc la « sécurité émotionnelle » qui lui est assuré dans des safe spaces, à l’abri de tout contradicteur. Cette fragilité mentale conduit le « woke » à estimer qu’il a toujours raison car il ne supporte pas d’avoir tort. Il interprète donc les faits, quels qu’ils soient, de façon à conforter sa vision, autre signe de son hémiplégie mentale.

    Peggy Sastre rapporte le 20/08/2021 de quelle façon le "woke" Marc Lamont Hill (chercheur et journaliste américain) interprète dans sa chronique du 17 août sur Black News Channel la raison qui pousse Clarissa Ward, correspondante de CNN à Kaboul, à se couvrir de la tête aux pieds une fois les talibans revenus au pouvoir en Afghanistan. Selon lui, ce nouvel accoutrement traduit « la manière dont le hijab est utilisé comme outil politique, d’abord pour diaboliser l’islam, pour le faire passer pour plus oppressif et répressif que toute autre religion ou culture dans le monde », et ensuite pour « justifier l’impérialisme américain ». Et le journaliste de terminer son intervention en exhortant son public à ne pas gober ce « mensonge total ». À ne pas tomber dans le panneau « du hijab et des burkas », une « mise en scène » qui ne cache rien d’autre qu’un « bon vieux colonialisme » s’affairant en coulisses.

    Autre signe possible du « wokisme » : la stupidité.

    Sources : Pierre Valentin, Peggy Sastre (articles parus dans Le Point)

    « Afghans de fer386. Fin de partie ? »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Dimanche 22 Août à 09:25

    Encore du truc conçu dans les campus des plus médiocres universités américaines, pour pouvoir défouler son agressivité en se donnant le beau rôle, la défense des opprimés.

    Les mégères néo-féministes sont un peu passées de mode, le wokisme prend le relais.

      • Dimanche 22 Août à 09:40

        Mais c'est une maladie contagieuse qui diffuse en Occident avec son variant européen. La France n'est pas épargnée. Il faut voir le nombre de thèses touchées et l'isolement des intellectuels qui ne sont pas testés positifs comme "antiraciste" et indigéniste.

    2
    Dimanche 22 Août à 10:01

    Marc Lamont Hill est, dites-vous, "chercheur". Après lecture de l'article qui le concerne sur Wikipedia, on apprend que ça signifie qu'il enseigne à Philadelphie -entre autres choses- "L'urban education" mais aussi qu'il intervient sur Al Djezira et qu'il a été viré de CNN pour anti-sémitisme.

    Voilà, voilà

      • Dimanche 22 Août à 10:08

        Je n'ai pas dit ce qu'il cherchait. Je pense qu'il avait déjà trouvé avant de chercher.

    3
    Dimanche 22 Août à 10:05

    Une publication tous les quatre jours pendant quarante ans! Bravo Raoult! Les a-t-il toutes lues?

      • Dimanche 22 Août à 10:17

        Ce qui est étonnant est qu'il a donné ce chiffre en bombant le torse lors de sa parution devant la commission parlementaire sans se rendre compte qu'il est impossible qu'il puisse être l'auteur de toutes ces publications. Il faut des mois pour faire une publication scientifique sérieuse, c'est même difficile à croire pour l'ensemble de son équipe. Si le chiffre de 3500 est exact, on peut logiquement penser que la même publication a été répétée x fois dans x revues.

    4
    Dimanche 22 Août à 18:57

    Moi je lui aurais volontiers offert un voyage à Kaboul avec sa femme et sa fille ( ou seul s'il est gay...) pour lui permettre de nous démontrer la pertinence de ses analyses politiques.

      • Dimanche 22 Août à 19:09

        C'est très généreux de votre part de qualifier d'analyses politiques  une interprétation aussi imbécile que fanatique.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :