• Le sexe ravageur

    Le sexe ravageur

    Le retrait de sa candidature à la mairie de Paris de Benjamin Griveaux, le jour de la Saint Valentin, à la suite d‘une vidéo (que je n’ai pas vue) où il se serait montré en posture favorable pour les érections municipales, mise en ligne par un soi-disant artiste russe dont les activités sont plus anarchiques qu’artistiques et que la France a eu la bonté (qui la perdra) d’accueillir comme réfugié, illustre bien la chanson de Souchon : tout se passe « sous les jupes des filles ».

    Le nombre d’individus coincés par leur pénis baladeur ne fait que croître. Une épidémie. Certes, le sexe a toujours joué un grand rôle dans l’histoire et notamment dans les religions, mais les galipettes d’alcôve ne dépassaient guère le baldaquin. Aujourd’hui, la prise facile des images (surtout quand on les prend soi-même !) et leur diffusion en chaîne dans le domaine public font qu’un homme en vue ne peut plus baiser tranquille, surtout en dehors de la couche conjugale.

    L’œil à la serrure était réservé au petit personnel, à présent les ébats risquent de se dérouler sur la scène médiatique devant des spectateurs se réjouissant de les mater à l’œil.

    Il faut se rendre à l’évidence, ces dernières années, le sexe nous a envahi : d’un côté la révélation des agressions sexuelles, de l’autre une flopée d’hommes politiques, de spectacle ou sportifs finissant par avoir leur quart d’heure pénien avec le sexe opposé ou le même sexe, quand ils n’en changent pas pour brouiller les pistes.

    Jadis toutes ces coucheries, consenties ou en échange d’avantages, donnaient lieu à des grivoiseries (bien mal venues quand il s’agissait d’agressions sexuelles), aujourd’hui, elles sont devenues affaires d’Etat ou en tout cas un spectacle permanent au besoin alimenté par le passé quand les écarts de conduite étaient moins sanctionnés.

    Illustration : Watteau : "La nymphe et le satyre"

    « L’archipel littérairePour un amendement à la déclaration du patrimoine »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 14 Février à 17:20

    Aujourd'hui, effectivement, certaines griveauseries deviennent affaires d'état.

      • Vendredi 14 Février à 17:28

        C'était tentant. smile

    2
    Vendredi 14 Février à 19:01

    Quel dommage ! juste avant la défaite annoncée ! smile

      • Vendredi 14 Février à 19:06

        Cette révélation arrangera peut-être LAREM. yes

        NB je n'ose pas mettre ma signature sur votre pétition à la suite de noms aussi prestigieux.

    3
    Souris donc
    Samedi 15 Février à 08:07

    Les griveauseries, comme dit Bedeau, nous viennent du puritanisme anglo-saxon, devenu névrose obsessionnelle déclinée sous toutes ses formes, y compris le gender qui se donne pour mission de défendre les minorités sexuelles.

    Rien à voir avec nous, qui serions plutôt fiers des galanteries de nos hommes politiques.

      • Samedi 15 Février à 09:13

        Les lubies américaines franchissent de plus en plus vite l'Atlantique et les féministes radicales assurent leur réception. La galanterie devient la parade du mâle dominant et la grivoiserie une agression sexuelle. 

      • Souris donc
        Samedi 15 Février à 09:41

        La gauloiserie fait partie du patrimoine national. Les autres ont des ours et des lions, nous, notre emblème : le coq gaulois.

        Le coq se doit d'avoir des poules dans son poulailler.

      • Samedi 15 Février à 10:19

        Le patrimoine n'est plus ce qu'il était. Finkielkraut est pour la conservation de ce patrimoine dans les relations H/F mais il est toujours attaqué lorsqu'il expose son point de vue.

    4
    André
    Samedi 15 Février à 08:56

    Il n'a peut-être fait qu'appliquer les conseils du Docteur Rut(h), histoire de pimenter un peu sa vie de couple? En tout cas, je n'arrive pas à prendre cette affaire au sérieux.Le pouvoir, a-t-on dit, est un puissant aphrodisiaque alors qu'on s'étonne de ce genre de débordement... Ca rendrait le bonhomme presque sympathique si on ne se rappelait pas qu'il voulait déplacer la gare de l'Est ailleurs.

      • Samedi 15 Février à 09:23

        Le seul sérieux de l'affaire est le déballage de la vie privée du quelqu'un (mode anglo-saxonne) jetée en pâture à la meute en réseau. Griveaux avait de moins en moins de chances d'être élu, ainsi évite-t-il la défaite et la Gare de l'Est peut respirer. Mais il faut avouer que les projets pour Paris concoctés par tous ces candidats ne sont pas rassurants, c'est à qui aura le projet le plus farfelu.

    5
    André
    Samedi 15 Février à 10:31

    En tout cas, le fait qu'il se retire met la LREM en pleine débandadehehehe

      • Samedi 15 Février à 10:41

        A moins de présenter un candidat plus crédible que Griveaux, mais je crois que les personnalités d'une certaine stature n'ont pas l'intention d'y aller. Nous allons avoir la récidive d'Hidalgo qui pourtant était mal partie. Notons que le monde politique est tellement attaqué jusqu'à la violence physique que les Français vont avoir que ce qu'ils méritent : un personnel politique de plus en plus médiocre.

    6
    Samedi 15 Février à 14:50
    Pangloss

    Chacun a droit à son quart d'heure de célébrité internationale https://www.courrierinternational.com/article/vu-de-belgique-laffaire-griveaux-plombe-la-macronie-paris: pour Griveaux, c'est fait.

    Il a fait avec ce qu'il avait.

      • Samedi 15 Février à 15:35

        Il me semblait qu'il ne volait pas très haut, mais il s'est tout de même fait mal en tombant.

    7
    Aristarkke
    Dimanche 16 Février à 22:56
    Peut-être un sabordage orchestré par son grand patron pour justifier la tôle parisienne qu'il va prendre. La troisième place ou la cinquantième, en mode électoral, c'est kif kif...
      • Dimanche 16 Février à 23:01

        Un peu tortueux, rien n'est impossible, mais trop de gens dans le coup.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :