• Le prurit révolutionnaire

    Le prurit révolutionnaireDepuis le moment où les Français sont passés de la Monarchie à la Première République, en coupant la tête de leur roi, entre autres, ils sont devenus des maniaques de la révolution. Faire à nouveau une révolution est pour eux comme un prurit permanent, et cette démangeaison atteint toutes les classes. Chacune rêve à sa façon d’un « Grand soir », bien sûr au nom du peuple. Le peuple, concept malléable que l’on peut monter et démonter comme un Lego.

    En ne se bornant qu’à quelques évènements récents, il y a de quoi montrer que les Français n’ont de cesse que de se gratter. La révolution est dans leur peau :

    Nous avons eu les « Indignés ». Formule lancée par un vieillard qui était loin d’être parfait sous tous rapports.

    La place de la République a longtemps été envahie et maculée par des révolutionnaires partisans de la palabre nocturne en orthostatisme.

    Les « Insoumis » (à la réflexion ?) veulent faire quelque chose comme une « révolution bolivarienne », en prétendant résister (on se demande à quoi), avec à leur tête un admirateur de Robespierre.

    Les frontistes aimeraient instaurer une « révolution patriotique » en louchant, pour ceux dont le front va jusqu’à la nuque, sur un modèle qui s’était un peu compromis jadis.

    Même l’instigateur, on ne peut plus centriste, modéré et propre sur lui, du mouvement « En marche » n’a-t-il pas écrit un opuscule intitulé « Révolution » ?

    Le prurit révolutionnaire est une maladie française que l’étranger regarde tantôt avec commisération, tantôt avec envie jusqu’à vouloir l’imiter car c’est une dermatose contagieuse.

    "Le 27/04/2017, des étudiants prennent part à une manifestation contre l'affiche du second tour Le Pen-Macron" Lionel Bonaventure/AFP.

    Le prurit révolutionnaire

    Pour paraphraser Bertold Brecht : dans ce cas ne serait-il pas plus simple de dissoudre le peuple et d'en élire un autre ?

    « DélicatesseLe matamore »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 27 Avril à 20:30

    Révolution, révolution ... que dans les mots Doc ! Pas grand monde pour descendre dans la rue et soutenir ces apprentis révolutionnaires !

    Bonne soirée

      • Jeudi 27 Avril à 20:40

        Il vaut mieux que cela reste au niveau des mots si l'on veut éviter les maux.

    2
    Souris donc
    Vendredi 28 Avril à 09:40

    La conférence gesticulée de votre affiche doit être particulièrement révolutionnaire. Plus encore que les défilés vociférants pour la défense des zakis les plus conservateurs. Et, plus même, que les zadistes incrustés à Notre-Dame-des-Landes, un meilleur des mondes hippie où on se partage le joint et le quinoa, un phalanstère loqueteux de soixante-huit-tares et de paumés au RSA.

    De temps en temps, le révolutionnaire syndiqué va jusqu'à déchirer la chemise du patron exploiteur qui ne doit son salut qu'au grillage. Devant les caméras. Pour dissuader l'investisseur. Ensuite, la justice magnanime le relaxe.

      • Vendredi 28 Avril à 11:04

        Oui, l'affiche est un condensé dansant sur le fil du rasoir révolutionnaire bobo. Les participants à cette fête sont sans doute pour beaucoup entretenus par l'Etat ou par papa maman.

    3
    Vendredi 28 Avril à 14:03

    L'aube du grand soir annonce les lendemains qui chantent. Mais pas avant les massacres nécessaires. Tout ça pour avoir Napoléon Ier après Louis XVI. Louis Philippe après Charles X, Napoléon III après Louis-Philippe et Staline après Nicolas II.

      • Vendredi 28 Avril à 14:27

        Les lendemains chantent souvent faux (comme la faucheuse)

    4
    Vendredi 28 Avril à 17:13

    Et le révolutionnaire de pacotille Ruffin, éphémère leader de Nuit Debout, est devenu la coqueluche des médias. On l'invite sur les plateaux, on veut savoir pour qui il appelle à voter...

    La révolution marxiste est devenu un must. 

      • Vendredi 28 Avril à 17:26

        Moi qui suis pour la liberté indispensable des médias, je dois constater également sa nocivité car elle est plus dominée par le souci de l'audience que par sa responsabilité.

      • Souris donc
        Vendredi 28 Avril à 17:52

        Incroyable, ce nouveau maître à penser. Bref, le prurit révolutionnaire, ça les gratouille ou ça les chatouille. Knock le Zut.

      • Vendredi 28 Avril à 18:02

        ça les chatouille, mais ça nous gratouille et ça peut aller jusqu'au sang.

      • Vendredi 28 Avril à 19:36

        Il y a aussi, dans le genre tête à claque, Raphaël Glucksmann  qui commence sérieusement à me courir sur le haricot.

      • Vendredi 28 Avril à 19:51

        C'est vrai qu'il me semble qu'on le voit beaucoup. Mais je zappe largement cette campagne électorale qui n'en finit pas...Cela devient un gag pas drôle.

    5
    Souris donc
    Samedi 29 Avril à 11:26

    Le changement brechtien de peuple, c'est fait. Terra Nova.

    6
    Samedi 29 Avril à 12:18

    Compte tenu de l'état du parti socialiste, ce truc à penser n'a pas donné le bon peuple.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :