• La grandiloquence ne sert pas une cause

    Nous avons eu le « nous sommes en guerre » de Macron, formule martelée en début de phrase dans son discours au début de l’épidémie de covid-19. Certes, l’épidémie a provoqué plus de 30000 morts en France car il faut compter les morts par d’autres maladies dont les soins n’ont pas été assurés, mais on voit bien que Macron est trop jeune pour avoir vécu une guerre, et il ne lui déplaisait pas de jouer au chef de guerre sans avoir jamais revêtu l’uniforme. Pour ce qui me concerne, cette anaphore présidentielle, loin d‘augmenter le sérieux de son discours m’a paru l’amoindrir tant il sentait l’artificiel et la rhétorique.

    Nous avons à présent le nouveau maire de Bordeaux, l’écologiste Pierre Hurmic, ceint de son écharpe tricolore qui a décrété dès son élection « l’état d’urgence climatique » à Bordeaux. Une grandiloquence et une disproportion qui frisent le ridicule, car que compte-t-il faire ? Abaisser la température de la planète par des mesures imposées d’urgence aux Bordelais ? Changer le climat à Bordeaux ? Pour être sérieux, il faut rester modeste. Les écologistes purs et durs, ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnaît.

    « 331. Certaines ne masquent pas les chosesPauvre Monde »

  • Commentaires

    1
    Samedi 4 Juillet à 18:36

    Le service militaire pur et dur devrait être rétabli pour tous ceux qui envisagent une carrière politique.

      • Samedi 4 Juillet à 18:50

        Pourquoi pas. Un service national, quel qu'il soit, serait peut-être souhaitable pour notre archipel.

        NB. Vous avez tiqué sur le "pur et dur". Les écologiques sont parfois radicaux, la radicalité n'est pas un garant de l'efficacité.

    2
    Samedi 4 Juillet à 19:04

    Non, je n'ai pas tiqué sur ça. Je voulais dire un "vrai" service militaire avec chambrée, crapahut par tous les temps, discipline parfois imbécile, promiscuité, corvées, fréquentation de gens originaires de toutes les couches sociales et encore crapahut, crapahut, crapahut et, pour changer un peu, crapahut. Un bon moyen d'être dégoûté de la guerre car le crapahut, c'est comme la guerre sauf qu'en plus, on se fait tirer dessus.

      • Samedi 4 Juillet à 19:20

        Je suis d'accord. Mais ce service pur et dur obligatoire ne serait plus accepté. Faudrait-il le réserver aux postulants politiques hommes, femmes ou trans ? Voilà un referendum intéressant à proposer.

    3
    Samedi 4 Juillet à 21:12

    Moi aussi , j'ai trouvé que ce "nous sommes en guerre"  était très surjoué, très artificiel et à la limite du ridicule. Bien que je le soutienne (puisqu'en face il n'y  a que Jean-Luc et Marine) je trouve que ce type a une absence de charisme et de profondeur incompatible avec la fonction qu'il occupe. Je ne supporte ni ses clins d'oeil, ni ses sourires complices, ni ses blagues. Je fais partie de cette majorité de Français qui trouve qu'Edouard Philippe incarne beaucoup mieux que lui la force tranquille et bienveillante qu'on attend du pouvoir central. 

    PS : Concernant le "terrestre" maire de Bordeaux, j'attend avec impatience de voir si la ville "100% marchable"  va marcher  !

      • Samedi 4 Juillet à 21:55

        Oui, cette inversion des rôles était assez inédite. On écoutait plus attentivement Edouard Philippe qu'Emmanuel Macron et on prenait le premier plus au sérieux.

        L'ambition des maires écolos est de transformer leur ville en Venise sans lagune, mais aussi sans vaporetto.

      • Souris donc
        Dimanche 5 Juillet à 08:01

        L'artifice et la rhétorique.

        C'est Marine Le Pen qui nous a amené Macron avec sa prestation caricaturale lors du débat entre les 2 tours de la Présidentielle (je me suis demandée si j'hallucinais) où on a vu cette logorrhée de Macron, confirmée ensuite lors de ses tournées de bavardage performeur, catégorie "j'ai réponse à tout" (re-je me suis demandée si j'hallucinais).

        Edouard Philippe, infiniment plus convaincant. Ils l'ont mis sur la touche, comme François Fillon, en moins scandaleux, sans le secours de ce PNF providentiel.  

      • Dimanche 5 Juillet à 08:44

        En fait nous ne connaissons pas les dessous de sa "démission". E.P avait-il lui-même le désir de partir ? N'était-il pas d'accord avec la politique future ? Faisait-il de l'ombre à Macron ?.. A noter que la popularité d'E.P est plutôt élevée alors qu'il défendait des options impopulaires comme la limitation à 80km/h, guère prisée par les gilets jeunes, et l'âge-pivot, guère prisé par les syndicats. On voit que sa popularité ne vient pas de ses décisions, mais de sa personnalité opposée à celle de Macron.

      • Souris donc
        Dimanche 5 Juillet à 08:57

        Oui, Edouard Philippe a du charisme. Emmanuel Macron est joli.

      • Dimanche 5 Juillet à 09:04

        Le terme de "joli" est bien trouvé yes.

      • Dimanche 5 Juillet à 12:01

        "sa popularité ne vient pas de ses décisions"... C'était déjà le cas de Fillon qui  promettait tout ce qui faisait horreur aux syndicats ( rigueur budgétaire, réforme de la Sécu...) . Je crois qu'au fond les électeurs, quand la situation est difficile,  aiment bien les gens qui leur promettent du sang de la sueur et des larmes plutôt que les démagogues adeptes du moins d'effort - gagnant-gagnant - bon pour l'économie - bon pour la planète...

        En apprenant la mission qui lui a été confiée par Macron, je me pris à rêver que dans deux  2 ans, ce dernier, conscient, au vu des sondages, qu'il risque de faire gagner Marine, cède la place à son ancien premier ministre beaucoup plus rassembleur que lui en échange d'une place confortable dans les institutions européennes. 

        Rassurez-vous, je suis conscient d'être très naïf. Parfois seulement smile

      • Dimanche 5 Juillet à 12:19

        Il est possible que les gens aiment les dirigeants "droits dans leurs bottes" à condition de les obliger à se déchausser.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :