• Hystérie collective

    Hier, une hystérie étonnante s’est emparée de la France à l’occasion de la finale de la coupe du monde d’un jeu consistant à pousser une balle avec les pieds ou la tête pour tenter de la mettre dans une cage malgré une équipe adverse qui s’y oppose en cherchant à s’approprier à son tour cette balle avec les pieds ou la tête dans le but de faire la même chose mais dans une cage opposée. Les cages étant gardées chacune par un joueur, toujours vêtu d’une tenue flamboyante, et à qui il est permis par dérogation spéciale d’utiliser toutes les parties de son corps qu’il ne manque pas de projeter dans tous les sens afin que la balle le frappe jusqu’à s’écrouler durement sur le sol sous les yeux admiratifs de ses petits camarades et dépités du frappeur. De la même façon, la foule fascinée par les évolutions pédestres et céphaliques des 22 joueurs ne disposant que d’une seule balle qui se déroulent sur la pelouse est partagée entre admiration et dépit et le fait bruyamment savoir quand elle ne réagit pas par la violence.

    Hier nous avions décidé de déjeuner tranquillement à la terrasse d’une brasserie. Mais dès 13 h, les deux brasseries contiguës furent envahies et ceux et celles qui ne trouvèrent pas place restèrent debout à attendre.

    Hystérie collective

    Attendre quoi ? Mais la finale de la coupe du monde de football (c’est le jeu que j’ai succinctement décrit ci-dessus). Chacun dispose pourtant d’une télévision à domicile, mais ces gens allaient poiroter 4 heures, debout, pour voir le match sur un grand écran disposé au fond de la salle dont ils n’auront qu’une vision partielle entre les têtes. Mais ils auront les cris, les réflexions et l’émotion partagée.

    L’être humain est tout de même un drôle d’animal ! Une attente de 4 heures ! Et pendant ce temps les voitures en passant klaxonnaient déjà, anticipant la victoire d’une équipe de France à majorité d’origine africaine mais qui sait chanter la Marseillaise et la chante sans réticence.

    Après cette victoire, une l’hystérie s’est propagée non seulement dans l’hexagone mais aussi parmi les Français vivant à l’étranger. Rassemblements dans les rues, les avenues et les places, le drapeau tricolore sur les épaules, embrassades, hurlements, coups de klaxon en mesure. Déambulations plus ou moins avinées dans tous les quartiers de Paris jusque tard dans la nuit et je suppose qu’il en était de même partout.

    Curieux, non ? Communion nationale et unité d’une nation disloquée qui ne peut se faire aisément qu’autour d’un jeu de ballon quand il ne s’agit pas d’une tragédie.

    « 271. Ce qui n’est pas dit ou montré, n’existe pas.Une très brève et incomplète histoire de l'amour masculin »

  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Juillet à 17:48

    Le pouvoir (comme tous ceux qui l'ont précédé) a tort de favoriser un tel engouement pour le foot. Il croit détourner l'hostilité des populations "sensibles" en créant un patriotisme de pacotille et une unité nationale de façade. En réalité, il ne fait que conforter les profondes divisions qui se sont créées entre les différentes communautés.

      • Lundi 16 Juillet à 18:06

        C'est en effet une unité de façade. Je crois d'ailleurs que plus de 100 voitures ont été brûlées pour marquer comme il se doit l'évènement

    2
    Lundi 16 Juillet à 17:50

    En dehors de l'hystérie collective dont vous parlez (et qui me laisse rêveuse) ce sont ceux qui ont dépensé des fortunes, quitte à faire des emprunts, pour aller voir jouer leurs idoles qui me choquent le plus ! Ce sont souvent les mêmes que l'on va retrouver dans les manifs pour réclamer "des sous" ! 

    Je crois que le foot a sur moi l'effet d'un puissant allergène ! intello

      • Lundi 16 Juillet à 18:11

        Et balle qui roule n'amasse pas mousse. smile

    3
    Lundi 16 Juillet à 18:16

    Le plus étonnant dans cette affaire est que le sélectionneur de cette brillante équipe a quand même été qualifié de raciste par au moins deux personnages de premier plan du foot-ball français : Benzema et Cantonna qui estimaient qu'il n'y avait pas assez de Français d'origine maghrébine dans cette équipe. 

    Cantona a même ajouté l'insulte suprême : (Deschamps a) un nom vraiment français. Personne dans sa famille n’est mélangé avec quelqu’un . 

     

      • Lundi 16 Juillet à 18:28

        Je suppose que la diffamation portait sur l'accusation de racisme et non sur le fait que Deschamps porte un nom très français.

      • Sémaphore
        Lundi 16 Juillet à 19:18
        Sémaphore

        Très aventurée en France, cette supposition d'absence de "mélange" dans les générations précédentes, basée sur le nom actuel de la personne visée...

        Après toutes les campagnes militaires qui ont été menées hors et dans le pays au cours des siècles précédents à une époque où la guerre ne se faisait guère que de Mars à Octobre (pas de trêves estivales, alors!!!), les soldats tuaient le temps mort des automnes et hivers à courir les ribaudes et laissaient fatalement des traces de passage quand ils ne restaient pas ultérieurement sur place au lieu de rentrer "au pays"...

        Beaucoup, s'ils dressaient leurs arbres généalogiques éprouveraient probablement et plus souvent qu'à leur tour de grands étonnements devant certains de leurs aïeux...

        La grand-mère maternelle de mon père (au nom de famille furieusement picard) portait, comme jeune fille (née en 1878), un nom typiquement tudesque, très courant dans le land du Brandebourg, bien que native de Roubaix...

        Et je ne vous parle pas de la relative abondance dans le Nord des noms à consonance espagnole, restes attestant d'une longue occupation par des troupes étrangères remontant maintenant à la période pré-Louis XIV...

      • Lundi 16 Juillet à 19:29

        Bien entendu, ce qui prouve que Cantona réfléchit comme un pied...qu'il avait habile.

    4
    Souris donc
    Lundi 16 Juillet à 20:21

    Bravo, Dr Wo, de votre description de l'hystérie collective. Toutes les chaînes d'info en continu, BFMTV, FranceInfo, nous ont gavé de foot. Et ça continue sur TF1.

    1998 : black-blanc-beur. Et coup de boule de Zidane, immortalisé à Beaubourg.

    2018 : black-black-black. Sauf Griezmann, l'alibi.

      • Lundi 16 Juillet à 20:50

        J'ai néanmoins noté une différence avec les équipes précédentes. Il me semble que cette équipe est plus multicolore que multiculturelle, et les joueurs n'ont pas cessé de se référer à la France. En les observant, j'ai remarqué qu'ils ont tous chanté l'hymne national à pleine voix. On se souvient des Benzema et autres qui n'ouvraient pas la bouche. C'est intéressant, ces joueurs sont des idoles pour les gamins de banlieue.

    5
    Jean-Claude HALLEY
    Lundi 16 Juillet à 21:05

    D'autres arguments sont possibles... J'aime ce sport ascenseur social à nul autre pareil. J'aime ce sport pour ces milliers de bénévoles qui animent dans nos quartiers des groupes de jeunes et calmant le jeu social, retarde l'explosion. Le foot est à lui seul un plan pour nos quartiers.

    Jean-Claude

      • Lundi 16 Juillet à 22:45

        Je crois aussi que la pratique d'un sport surtout en équipe et notamment le football n'a que des avantages sur le plan social et personnel. Mais pour ce qui concerne l'ascenseur il y a peu d'élus et beaucoup de déçus. 

    6
    myriam
    Mardi 17 Juillet à 10:56

    dans cette equipe , seulement 2 ne sont pas nés en france !je n'y connais rien en foot mais il faut avouer que la joie , le dynamisme de cette equipe fait du bien !!

    quand a la vision des champs elysées hier soir ,elle  m a donne des frissons , tout ces gens de tout ages agglutinés !!! meme la police a du remplir des bouteilles d eau !!!tout ça pour ne rien voir et etre asphyxiés par les fumigenes !!!pauvre monde !!

    bonne journée

      • Mardi 17 Juillet à 11:07

        Frissons de peur ou frissons de joie ?

      • myriam
        Mercredi 18 Juillet à 11:05

        j'aurais pu le préciser !! mais je pensais que c'etait evident !! cette "marée " humaine est "pour moi " effrayante 

        bonne journée 

         

      • Mercredi 18 Juillet à 11:08
        Je m'en doutais. Je suis dans la même tonalité.
    7
    Vega
    Mardi 17 Juillet à 11:10

    la France a besoin de cet évènement pour combler son désir de liesse et d appartenance à ce pays (  Régis Debray  France Inter )

      • Mardi 17 Juillet à 11:33

        En souhaitant que le désir d'appartenance n'ait pas la même fugacité que l'évènement.

    8
    Jean-Claude HALLEY
    Mercredi 18 Juillet à 16:40

    Vos commentaires à tous les commentaires de vos lecteurs sont spectaculaires et éclairant encore mieux vos articles...  Il serait dommage de s'en priver.

      • Mercredi 18 Juillet à 16:54

        J'ai conscience de la qualité des commentaires des visiteurs et je les lis avec plaisir et intérêt. Ils apportent beaucoup et méritent d'y répondre avec soin

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :