• Contre

    Contre

    En France les manifestations se multiplient, s’entrecroisent, s’associent, ou se heurtent. Nombre de Français finissent par vivre plus dans la rue ou sur les routes que chez eux. Rues et routes sont devenues des sites de rencontre courus où les amitiés et parfois les amours peuvent se nouer. Une aubaine pour les retraités qui sortent ainsi de leur solitude télévisuelle et sédentaire jusqu’à trouver leur âme soeur.

    Pour ceux et celles qui revêtent un gilet jaune, on ne sait plus très bien les motivations (qui au départ étaient justifiées) qui les poussent à prendre l’air de façon aussi obstinée et régulière, en dehors de la rencontre avec son prochain ou sa prochaine dont la situation est semblable et le fait d’être tout simplement contre, ce qui donne un but dans la vie pour ceux et celles qui n’en ont plus ou n’en ont pas encore. Si le gilet est revenu à la mode, on se demande qui va prendre une veste.

    En matière de mode, le foulard rouge tente également de se manifester. Notons que sur le plan esthétique le jaune et le rouge forme un joli couple coloré bien que désuni.

    Pour enrichir cette agitation productive, des protestations météorologiques se manifestent « contre le réchauffement climatique », ce qui laisse, il faut bien l’avouer, le climat totalement froid.

    Pour compléter ce tableau dynamique, nous attendons les grèves dont la France est la championne et l’on s’étonne qu’elle n’ait pas encore essayé d’améliorer son record à l’occasion de ces mouvements de foule désorientée.

    Finalement on peut se poser la question : parmi les peuples européens, en existe-t-il un autre plus con que le peuple français ? Un peuple capable de scier la branche sur laquelle il est assis parce qu'elle n'a pas le confort souhaité. Mais la question pourrait également se poser pour ses gouvernants.

    Illustration : "Lille (France). 19 janvier. Ces femmes déguisées en Marianne “blessée” participent à une manifestation antigouvernementale organisée par le mouvement des “gilets jaunes”. Une partie de ces derniers ont annoncé cette semaine vouloir présenter une liste aux élections européennes de mai prochain ».  PHOTO DENIS CHARLET / AFP (photo victimaire parue dans Courrier international)

    « « Le premier qui dit la vérité il doit être exécuté »Musique française »

  • Commentaires

    1
    Sémaphore
    Dimanche 27 Janvier à 19:03
    Sémaphore

    Des pariannes blessés pourraient aussi y figurer... frown

      • Dimanche 27 Janvier à 19:12

        Sûrement. Mais l'étonnant est qu'il n'y ait pas davantage de blessés et de plus graves compte tenu de la multiplicité, de la durée des manifestations et de la violence de certains manifestants jointe à la fatigue des forces de l'ordre..

    2
    Dimanche 27 Janvier à 19:48

    Un exercice d'équilibre assez périlleux et inattendu entre "la multiplicité, la durée des manifestations et la violence de certains manifestants..." et "...une aubaine pour les retraités qui sortent de leur solitude télévisuelle jusqu'à trouver l'âme sœur"...

    Mais si, en plus, les retraité(e)s se mettaient à se battre entre-eux(elles) à cause de rivalités galantes -et plus si affinité- pour l'amour d'un(e) jeune stigmatisé(e) des banlieues sacrifiées, alors là...?

     

      • Dimanche 27 Janvier à 20:46

        Ce n'est pas un problème d'équilibre mais d'hétérogénéité dans la composition des "gilets jaunes" et des lieux des manifestations. Curieusement, on parle moins des banlieues sensibles.

      • Dimanche 27 Janvier à 21:17

        En parlant de "banlieues sensibles", j'ai répondu à un commentaire sur un de mes derniers articles:

        • ni les valeureux djihadistes aux 72 vierges, ni les disiquilibris aux antécédents psychiatrique et connus des services de police ne semblent soucieux de faire parler de leurs exploits face à des rues et places emplies de policiers légèrement énervés depuis quelques semaines

        Un des avantages collatéraux des manifestations ?

        J'ajoutais cependant, en contrepoint:

        • le ministre de l'Intérieur et "des" cultes appelle les "citoyens musulmans" à voler au secours de la mac(r)onnerie en péril, entre supplique mielleuse et ordre impératif : "Je compte sur vous pour peser sur les débats qui traversent la société française. Le grand débat national s'ouvre. Vous y avez toute votre place comme citoyens musulmans, toute votre place comme citoyens français... Emparez-vous de ce débat..."

         

      • Lundi 28 Janvier à 11:34

        Et aucun appel aux citoyens chrétiens, juifs et bouddhistes ? Une discrimination intolérable !

    3
    Souris donc
    Lundi 28 Janvier à 08:51

    En marche ! est devenu une valeur absolue du bougisme et du progressisme réunis. Mais qui s'inscrit dans une longue tradition de processions, pèlerinages, et autres transports en commun à ciel ouvert. A l'initiative de l'Eglise et dans la "foulée" des suppliques aux dieux pour faire tomber la pluie.

    Je me souviens de processions de la Fête-Dieu où nous étions équipées de petits casiers en bois noués par un ruban autour du cou, contenant des pétales de rose qu'il fallait jeter au passage du dais avec l'ostensoir. La fanfare jouait "Aux champs" . Sur lequel nous marmonnions les paroles suivantes "C'est la procession qui passe, pas si vite, pas si vite, le curé a des coliques".

    J'ai assez donné dans l'instinct grégaire et le mimétisme. Suffit. La promiscuité me fait fuir. Je serais une adepte de Jean-Christophe Ruffin (Immortelle Randonnée. Compostelle malgré moi) ou de Sylvain Tesson (Sur les Chemins Noirs). Seule à travers champs (ou golf).

      • Lundi 28 Janvier à 11:41

        Je suis comme vous, j'aime la marche solitaire et j'évite les troupeaux.

        NB Je sais que la formule "celles et ceux" vous irrite. Je l'ai employée dans ce billet en raison du rôle majeur joué par les femmes à l'origine du mouvement et dans sa continuation.

      • Souris donc
        Lundi 28 Janvier à 16:28

        Celleszetceux : il vous reste des progrès à faire, vous avez écrit : "ceux et celles". Mettre le mâle devant est du sexisme honteux mais néanmoins avéré.

        Ce que je trouve exaspérant dans le gender appliqué à l'orthographe, c'est qu'ils ne vont pas au bout de leur logique. Votre collègue médecin femme devrait s'appeler "une médecine", et on ne devrait plus trouver dans l'armée une sentinelle ou une estafette.

        Et Johnny Hallyday était un vedet de la chanson.

      • Lundi 28 Janvier à 16:49

        Pourtant, habituellement, je m'efface devant les dames. Les modifications de l'orthographe pour que le masculin ne l'emporte pas sont absurdes car il s'agit essentiellement  d'une convention sans intention machiste. Par contre, dire Français, Françaises ou celles et ceux (et vice versa, le sexe intermédiaire ou indéterminé ne s'est pas encore introduit dans la langue) n'est pas une distorsion du langage mais une prise en considération.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :