• Homéopathie et placebo

     

    Dans le lexicon (H) j’avais défini l’homéopathie comme une preuve de l’efficacité du placebo, définition avec laquelle une de mes amies n’a pas été d’accord. J’ai consacré une petite chronique médicale à ce sujet (42. « Rien c’est déjà quelque chose »). L’effet placebo est l’« effet thérapeutique induit par une substance inerte ou une procédure inactive » et elle entre pour 30% dans l’action de toute thérapeutique. Les dilutions à la base de l’homéopathie sont telles qu’il n’y a pratiquement plus de produit initial dans la préparation (ce qui a conduit des chercheurs à tenté de démontrer que l’eau avait la « mémoire » du produit qui avait baigné dedans)

    Beaucoup considèrent que l’amélioration spontanée ou avec une thérapeutique inefficace est la conséquence de modifications biologiques induites  par la conviction d’avoir été traité à laquelle s’ajoute peut-être un effet Hawthorne qui correspond à la situation dans laquelle les résultats d'une expérience ne sont pas dus aux facteurs expérimentaux mais au fait que les sujets ont conscience de participer à une expérience ce qui se traduit par une plus grande motivation. L’effet placebo peut être aussi expliqué par une réduction du stress, de l’anxiété et une amélioration de l’humeur où intervient la façon de donner.

    L’attente des patients est influencée par la culture, la personnalité de ceux-ci et les caractéristiques des thérapeutiques : gélule plus que comprimé, prix plus cher du traitement,  injection plus que voie orale, chirurgie plus que médicaments. Certains travaux ont montré que l’arthroscopie thérapeutique était aussi efficace qu’une simple incision et qu’il existe un effet placebo dans la chirurgie du Parkinson.

    Le système nerveux central est probablement le principal médiateur de l’effet placebo par l’activation de certaines structures corticales et sous corticales.[1]

    Il n’y avait donc aucun mépris de ma part pour l’homéopathie. Ce qui compte en médecine c’est l’amélioration de l’état du patient quelle que soit la méthode choisie et la méthode choisie doit l’être en fonction de la gravité du cas. En outre, il est indéniable que l’effet placebo joue un grand rôle dans l’efficacité des médicaments allopathiques, ce qui permet parfois de douter des résultats de certains essais thérapeutiques lorsqu’il n’y a pas de comparaison avec un placebo.

     

    [1] Oken BS : Placebo effects: clinical aspects and neurobiology. Brain (2008), 131, 2812-2823

     

    « Humour chinoisRecyclages »

  • Commentaires

    1
    Mardi 12 Janvier 2010 à 19:15
    Je ne nie pas l'effet placebo mais est-il honnête de laisser croire qu'il y a autre chose dans les médicaments homéopathiques?
    2
    Mardi 12 Janvier 2010 à 19:41

    Non, mais s'ils disaient qu'il n'y a rien on ne viendrait plus les voir. Alors les homéopathes avancent deux arguments : la mémoire de l'eau (que feu Benvéniste avait tenté démontrer mais ses expériences n'ont jamais pu être refaites par d'autres) et l'efficacité apparente qu'ils ne veulent évidemment pas attribuer à un effet placebo. La polémique existe depuis 1796, date où l'Allemand Hahnemann a énoncé les principes de l'homéopathie.
    Dr WO

    3
    Mardi 12 Janvier 2010 à 20:48
    Un article très éclairé, j'aime bien...
    L'effet placebo a ses petits adeptes...
    On me l'avait expliqué sous une autre forme que l'homéopathie lors de mes études, j'avais bien aimé aussi.
    bonne soirée à vous
    4
    Mardi 12 Janvier 2010 à 21:03
    Quelle autre forme ?
    Dr WO
    5
    Mardi 12 Janvier 2010 à 22:30
    Bonne illustration de l'effet placebo. Oui le cerveau est mis en condition, mais dans les cas sérieux cette illusion ne dure pas.
    Dr WO
    6
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 14:44
    Mon petit Zidane a souffert d'eczéma sévert pendant de longs mois. Son état n'a cessé d'empirer . La cortisone est devenue inévitable puis obligatoire . In fine deux fois par jour ! Un jour que mon fils s'était réveillé le dos purulent et des coupures dans les plis de la peau, j'ai décidé de suivre le conseil d'une amie. La rencontre avec l'homéopathe fut extraordinaire. Une heure de pur bonheur au cours de laquelle il me décrivit les causes mais aussi les moyens de soigner l'eczéma dont souffrait Thomas. Le traitement fut contraignant (il faut jongler avec plusieurs tubes !) mais ses effets spectaculaires ! Je n'en suis toujours pas revenue.
    7
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 16:37

    L'eczéma, comme nombre de maladies de peau, est très particulier. Je ne m'étonne pas que la consultation de l'homéopathe (qui prend son temps) ait été efficace alors que la corticothérapie finissait par provoquer des complications.
    Dr WO

    8
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 16:57
    C'est un phénomène que nos contemporains on définitivement adopté ! aujourd'hui par exemple, on est cultivé en ayant lu un 10.000ème de livre !
    9
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 17:20
    Très pertinent !
    Dr WO
    10
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 18:51
    pourquoi n'êtes-vous pas étonné ?
    PS : "sévère" et non "sévert". Mille excuses ...
    11
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 19:03

    En dehors des réactions allergiques spécifiques, l'eczéma comporte des facteurs psychologiques et à mon avis un bon homéopathe joue sur ces facteurs.
    Dr WO

    12
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 19:08
    Thomas n'avait que quelques mois !?
    13
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 19:17

    Alors, je ne sais pas ou l'arrêt de tous les autres traitements a été bénéfique, les corticoïdes peuvent prolonger la maladie surtout si leur arrêt n'a pas été très progressif et il y a même des allergies aux corticoïdes.
    Dr WO

    14
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 19:23
    En clair, vous ne croyez pas à l'efficacité du traitement homéopathe.
    15
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 19:41

    C'est moins simple : je ne crois pas au produits donnés mais la prise en charge par l'homéopathie peut être efficace pour les affections qui ne comportent pas de risque vital.
    Dr WO

    16
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 21:06
    Cash et limite-abusé mais bon faut y comprendre l'Esprit. Tous les traitements sont placébo.
    Des patients peuvent résister à de puissants neuroleptiques. Le Tercian ou peu-importe comme les hypnotiques for exemple.
    Si on résiste, l'action se fait minimum moindre.
    Le Vrai Effet Placebo : le Charisme du Médecin.
    Et puis pour finir peu importe les moyens finalement si on se sent mieux.
    La Prescription prime. Ainsi que l'Adhésion du soigné (ou du soignant ?).
    PS : Ton Blog c'est d'la Balle Chéri. J'adoooore.
    17
    Mercredi 13 Janvier 2010 à 23:23
    Entièrement d'accord Magikw.
    Dr WO
    18
    Jeudi 14 Janvier 2010 à 20:34

    Et c'est tant mieux.
    Dr WO

    19
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 16:07
    Il y a quelques temps j'ait lu un entretien d'un responsable d'un grand fournisseur Français d'homéopathie (en fait je bossait indirectement pour lui).
    A la question, pourquoi les tests que tout médicament est censé subir avant la mise sur le marché, n'étaient pas fait, il a répondu "Les test sur animaux ou in vitro sont impossibles, l'homéopathie est essentiellement basée sur la relation entre le patient et le médecin homéopathe". (Je cite de mémoire)
    Ce qui ne l'a pas empêché, deux ans plus tard, de sortir des "médicaments" homéopathiques pour chiens et chats de compagnie...
    Mais, d'un autre coté, l'homéopathie a des cotés très positifs, elle évite à bien des personnes angoissées de se gaver de tranquillisants ou d'antibiotiques en leur proposant à la place un placebo...
    20
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 18:04

    L'homéopathie a en effet une place, disons spéciale, dans la thérapeutique. Les essais avec respect des protocoles sont rares et le plus souvent non significatifs et la mise sur le marché des produits ne respecte aucun des critères exigés pour les autres. La raison en est simple : ils ne sont pas nocifs puisqu'il n'y a pratiquement rien dedans.
    Dr WO

    21
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 18:38
    Euh, désolé, scientifiquement, à 10 CH, il n'y strictement RIEN dedans...
    22
    Vendredi 15 Janvier 2010 à 18:47

    Exact. Le "pratiquement" a été ajouté pour ne pas ne pas heurter les partisans de l'homéopathie (diplomatie, que d'erreurs on commet en ton nom !)
    Dr WO

    23
    Mardi 19 Janvier 2010 à 10:15
    Toujours intéressantes tes explications, Doc....
    24
    Mardi 19 Janvier 2010 à 10:49
    Merci. Cela ouvre la discussion qui existe depuis le 18ème siècle.
    Dr WO
    25
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:21
    En gros, le cerveau quand il est trompé participe au traitement?
    J'ai le souvenir de mon beau père qui toute sa vie a pris des somnifères parce qu'il ne pouvait dormir. Un jour croyant avoir mis des gouttes dans son verre il a en fait bu de l'eau sans rien, eh bien il a dormi comme un loir. Bon il a repris quand même ses habitudes quand même.
    26
    Marie-Hélène
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:21
    Merci paul pour ce développement concernant ta définition de l'homéopathie. PLacebo ou non en tout cas cela marche pour moi trés souvent!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :