• Vide politique

    La foudre jupitérienne ayant frappé les partis, le débat politique a pratiquement disparu au profit du discours sur le discours. Car en dehors du métadiscours, quels sont les débats qui occupent en ce moment les Français ?

    On débat à peine sur l’économie et le social ou la politique étrangère de la France. Les reliquats des partis n’ont rien à proposer, sinon des perspectives qui ont toutes échoué ailleurs ou dans le passé, ce qui explique qu’ils les défendent du bout des lèvres, sans grande conviction et leurs projets (s’ils existent) sont inaudibles.

    Les territoires perdus de la République sont soigneusement mis de côté, et Macron a même le culot de parler du « radicalisme de la laïcité » en mettant sur le même plan le radicalisme islamique meurtrier et la neutralité par essence de la laïcité.

    Vide politique

    En faisant l’impasse sur les problèmes gênants ou en minimisant leur impact, il reste comme débats :

    - Celui qui oppose les bonnes âmes qui veulent accueillir tous les migrants, ce qui leur donne bonne conscience à peu de frais car ils savent que c’est impraticable, et ceux qui sont montrés du doigt pour vouloir sélectionner les entrants, mais qui ont bien des difficultés à le faire. La quasi impuissance de ces derniers devraient satisfaire la compassion des premiers.

    - La farce cinquantenaire de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Une farce, certes, mais qui nous coûtera la peau des fesses, et qui a déjà coûté celle d’un jeune homme.

    - Est-ce qu’une drague grossière est l’équivalent d’un viol criminel ? Et les hommes sont-ils tous des porcs ? Un truisme pour les féministes radicales.

    - Les djihadistes sont-ils plus dangereux dans les prisons qu’en liberté ?

    - Le gouvernement doit-il examiner le lait des biberons ? Il a tout de même d’autres crèmes à fouetter.

    - La publication des pamphlets antisémites de Céline aurait-elle encore augmenté l’antisémitisme des banlieues ? En admettant que les habitants des quartiers défavorisés sachent lire couramment et pour du Céline délirant c’est pas donné.

    - Comment dépister les fausses nouvelles et sévir contre leurs auteurs ? Je crains que l’annonce d’une nouvelle législation (car il en existe déjà une) ne soit qu’une « fake new ».

    - Est-ce que l’association de Duflot mise sur les rails intéresse quelqu’un ?

    - Quel est le dernier tweet merdique de Trump ? A ne pas négliger, car par contraste les Français pourront se glorifier d’avoir élu un président qui présente bien et s’exprime mieux, bien que parfois trop longuement.

    - Qui est raciste ? Diallo ou l’Etat ? J’ai mon idée.

    - Dans peu de temps il faudra ajouter un autre débat : les lesbiennes pourront-elles disposer gratuitement de sperme in vitro ?

    Je n’ai pas horreur du vide politique, c’est reposant. Mais la nature ayant horreur du vide, il est probable qu’il disparaîtra, mais avec quoi ? Là est le débat.

    Vide politique

    « 257. Quand le féminisme devient idiot et nocifNarcissisme et exhibitionnisme »

  • Commentaires

    1
    Samedi 13 Janvier à 17:06

    Les seuls bonnes nouvelles se sont celles que le chat propose!

      • Samedi 13 Janvier à 17:15

        Le chat est un sage.

    2
    Samedi 13 Janvier à 19:33

    Ce nouveau pouvoir a réussi à mettre un éteignoir sur la République qui n'est pas en marche mais anesthésiée. Non pas qu'il ne se passe rien mais plutôt que tout ce qui se passe le fait loin et en dehors de nous. Il y a des partis d'opposition mais il n'y a pas de parti de gouvernement ou plutôt un parti inexistant dont le seul rôle est de chanter les louanges de l'exécutif qui fait ce qu'il veut, quand il veut, comme il veut. 

      • Samedi 13 Janvier à 19:41

        Dans mon billet j'ai failli utiliser le mot "anesthésie". Je crois que le terme de "sidération" est plus exact. Mais cette sidération n'aura qu'un temps si les résultats ne sont pas à la hauteur de l'attente, et les résultats ne sont jamais ceux que l'on espérait.

    3
    Samedi 13 Janvier à 21:42

    La presse unanime salue pourtant un fait important:

     

    Le premier panda né en France, véritable star depuis sa venue au monde le 4 août 2017, s'est révélé au public pour la première fois ce samedi 13 janvier. Au zoo de Beauval (Loir-et-Cher), Yuan Meng, «accomplissement d'un rêve», au pelage gris et blanc rosé, est apparu au côté de sa mère Huan Huan, dans son enclos.

     

    Le public a pu admirer Yuan Meng qui déambulait dans la loge intérieure aménagée. La boule de poils de plus de 10 kg a descendu une à une les roches sous les yeux d'une soigneuse prête à intervenir en cas de chute. Il a ensuite déboulé sur sa maman pour lui faire un câlin. De son côté, le papa, Yuan Zi, imperturbable, mangeait du bambou dans un autre espace. Le couple de pandas adultes a été prêté par la Chine à la France en 2012, pour dix ans.

     

    En décembre, Brigitte Macron avait rendu visite au bébé panda à l'occasion d'une grande cérémonie de baptême en présence de dignitaires chinois. Conformément à la tradition, la femme d'Emmanuel Macron est, avec Peng Liyuan, l'épouse du président chinois Xi Jinping, la marraine du petit ours herbivore qui ne pesait que 142 grammes à sa naissance.

     

     

    Je sais pas ce qu'il vous faut...

     

      • Samedi 13 Janvier à 23:42

        C'est pandable.

      • Souris donc
        Dimanche 14 Janvier à 09:15

        Le mignon petit panda, c'est l’infantilisation bien pratique pour manipuler les foules sentimentales. A la liste des désenchantements du Dr Who, ajouter le discours de ¾ d'h du Premier Ministre sur la réduction à 80 km/h sur les routes secondaires. Est-ce le rôle d’un PM ? En même temps comme on dit, la pittoresque Schiappa qui vient se mêler de la tribune des dindes galantes contrées par les lesbiennes qui voient le mâle partout avec en point de mire la GPA/PMA.

         

      • Dimanche 14 Janvier à 09:45

        Très en verve dans les expressions

    4
    Dimanche 14 Janvier à 11:39

    Les djihadistes sont dangereux en prison, mais apprécient quand même leur confort douillet par rapport aux prisons d'autres pays amis. A la différence des chefs d'entreprises,  artistes, tennismans, footballeurs et animateurs télé, les serviteurs d'Allah refusent absolument l'expatriation !

    "Avec l’imminence de sa libération le 24 janvier, il était sous le coup d’une extradition vers les Etats-Unis afin d’être entendu dans le cadre d’une enquête sur les attentats du 11 Septembre, ce qu’il voulait à tout prix éviter. C’est ce qui aurait joué le «déclencheur»".

     

      • Dimanche 14 Janvier à 16:02

        Comme quoi le confort pousse à la violence.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :