• Une dure école de la vie

     

    En ce dimanche gris et pluvieux sur Paris, je ne résiste pas au plaisir de retranscrire le texte (illustré à ma façon) de Rodolphe Casso en ligne sur le blog . et paru le 19/05/16 sur Marianne.net à propos de l'interview de Léa Seydoux et de Xavier Dolan pour Madame Figaro. 

    R. Casso donne une interprétation personnelle des déclarations pleines de philosophie de l'actrice.

    Léa Seydoux a dit : « Je ne sais pas comment j’ai appris à jouer… mais on vient tous les deux de l’école de la vie. »

    Traduction : « Ma famille n'est que la 69ème fortune de France. Réaliser que 68 familles sont plus riches que nous est un traumatisme que j'ai dû quotidiennement apprendre à surmonter."

    Ajoutons que "Léa Seydoux est la fille de Valérie Schlumberger, de la famille Schlumberger, et de l'entrepreneur Henri Seydoux, et la petite-fille de Jérôme Seydoux, le président de Pathé. Elle est également la petite-nièce de Nicolas Seydoux, le président de Gaumont5, et de Michel Seydoux, le président du LOSC. Elle est aussi la cousine de Sidonie Dumas, l'actuelle présidente-directrice générale du groupe Gaumont." (Wikipédia)

     

    « Je suis inapte à la vie domestique. Le temps me pèse. Je n'arrive pas à organiser mes journées. »

    Traduction : « Ce n'est pas moi qui passe la balayette dans les toilettes après avoir fait caca, j'ai quelqu’un pour ça. Je m’ennuie vite parce que j'avais déjà fait sept fois le tour du monde à l’âge de 4 ans. Comme mon agent me réveille au plus tôt à 17h, je vis la nuit. »

     

    « Je ne suis jamais habitée par un personnage. Je suis habitée par moi-même et par les émotions qui me traversent. Le personnage est un contour, inscrit dans une réalité fuyante, au centre de laquelle je cherche la vérité. »

    Traduction : « J’apprends mon texte une demi-heure avant la prise. »

     

    « C’est vrai que mon engagement politique, par exemple, passe par mes choix artistiques. »

    Traduction : « J’ai accepté de jouer dans le dernier James Bond pour dénoncer les exactions quotidiennes perpétrées par l’ethnie majoritaire Dinkas sur les Nuers au Sud-Soudan. »

     

    « Depuis que j’ai commencé, je n’ai fait que ça, au point, par moment, d’avoir peur de passer à côté de la vie. Mais même si la vie a plus d’importance, c’est dans la fiction que je m’épanouis. D’ailleurs, je suis étonnée quand j’entends des acteurs dire qu’ils ont envie de rentrer chez eux. Retrouver leur famille. Moi, ça ne m’arrive pas. Quand je suis sur un plateau, je suis à ma place. »

    Traduction : « Je suis en thérapie depuis l’âge de 12 ans. »

     

    « La célébrité n’a pas de valeur en soi, mais cela m’ouvre des portes, les gens sont sympathiques à mon égard. Ce serait hypocrite de nier que c’est agréable et, pour l’instant, sans le moindre inconvénient. Je ne suis pas connue au point de ne plus pouvoir sortir dans la rue. »

    « Je me déplace sur le nuage magique de Son Goku, ce qui me permet d’éviter de salir ma paire de Manolo Blahnick et d’avoir à parler à des gens qui, de toute façon, sentent mauvais de la bouche. »

     

    « Je suis excessive dans ma façon de ressentir le monde. »

    Traduction : « Je suis une gigantesque chieuse. »

     

    « 214. "Le mal divin"L’anticapitalisme de luxe »

  • Commentaires

    1
    Souris donc
    Dimanche 22 Mai 2016 à 11:03

    Merci, Dr Wo, de nous avoir fait connaître ce site, on n'a pas l'occasion de rigoler tous les jours.

    On attend maintenant la traduction de la Weltanschauung de Julie Gayet, elle aussi issue d'une famille qui a beaucoup souffert, sur les sans-dents et autres nauséabonds qui puent du bec.  Mais peut-être en réserve-t-elle la primeur à l'éditeur de son futur brûlot "Merci pour les croissants"?

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 11:57

        Un subtil décodage qui m'a fait rire et que j'ai voulu partager avec ceux et celles qui n'étaient pas tombés dessus. En fait, cet interview est une caricature de beaucoup d'entretiens que l'on entend sur les ondes et qui exposent les (petites) affres subies par des personnalités du spectacle et ayant contribué à forger leur âme exceptionnelle.

      • Souris donc
        Lundi 23 Mai 2016 à 08:18

        Pas seulement sur les ondes. "La dure école de la vie des fils/filles de" est un marronnier de la presse féminine, en ce moment c'est "Maigrir pour être montrable sur la plage". Il y a comme ça des thèmes vendeurs sans vraiment se fatiguer puisqu'on recycle les articles de saison en saison. Les francs-maçons, le salaire des cadres, le palmarès des hôpitaux, des universités, des écoles de commerce, la mode masculine, les cadeaux à Noël. Le numéro spécial "montres", dura lex sed Rolex, qui permet au FigMag de remercier ses annonceurs de la haute horlogerie. (1 lecteur : Julien Dray).

      • Lundi 23 Mai 2016 à 09:17

        Bien sûr la presse pipole regorge de ce genre. J'ai parlé des ondes (radio et TV), d'une part parce que je ne lis pas la presse pipole, et d'autre part parce que les intéressés expriment leurs confidences en direct.

        Oui, les marronniers fleurissent chaque année à la même époque et on serait déçu dans le cas contraire car ils donnent l'impression que le temps ne bouge pas.

    2
    Dimanche 22 Mai 2016 à 11:52

    Elle veut faire croire qu'elle est entré par hasard dans les studios ?

    Ils sont tous  fils de quelqu'un, et en général ne savent pas  jouer!

    Le cinéma n'est plus ce qu'il était, en tout cas surement pas le" 7e art" !!

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 12:07

        Il reste tout de même de bons films et des acteurs intelligents et plus modestes.

    3
    Dimanche 22 Mai 2016 à 14:40

    Très drôle !  

    J'ai écouté hier Lily-Rose Deep ( 17 ans et déjà 4 films à son actif ) expliquer sans aucune vergogne  que d'être la fille de Johnny Deep et de Vanessa paradis avait été plutôt un handicap dans sa carrière. sleep

     

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 15:20

        Sous entendu : "c'est uniquement parce que je suis géniale que j'ai déjà joué dans 4 films à 17 ans."

    4
    Dimanche 22 Mai 2016 à 18:15

    Bravo pour la traduction, en effet c'est tout à fait ça!

    Amitiés.

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 18:42

        Féroce, mais méritée

    5
    Dimanche 22 Mai 2016 à 18:35

    Elle est mûre pour se mettre en ménage avec le fils d'un de nos politiciens (Fabius, Sarko, Pépère ou autre). Ils pourront échanger leurs souvenirs d'enfance malheureuse et de débuts dans la vie difficiles.

      • Dimanche 22 Mai 2016 à 18:40

        En écrasant une larme dorée. Encore que certains rejetons tournent mal.

    6
    Lundi 23 Mai 2016 à 14:04

    Très drôle et tellement vrai ! Et merci pour ce moment hilarant qui m'a un distraite d'une superbe tendinite à l'épaule. Je ne connaissais pas mais j'avoue que ce genre de connaissance....cry

    7
    Lundi 23 Mai 2016 à 14:14

    Douloureux, mais ça se soigne...

    8
    joelle
    Lundi 23 Mai 2016 à 20:37

    Excellent!!!

      • Lundi 23 Mai 2016 à 20:59

        Oui, le texte méritait d'être diffusé.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :