• Souriez ! On vous regarde.

     
    4,2 millions de caméras de surveillance – une pour quatorze personnes –  sont opérationnelles en Grande-Bretagne. Ce réseau CCTV est installé dans les magasins, les entreprises ou au centre des villes afin de démasquer d’éventuels délinquants.

    4,2 millions de caméras ! Mais on n’en regarde qu’une sur mille d’après Tony Morgan. Celui-ci a donc eu l’idée d’utiliser les internautes pour assurer une surveillance plus serrée, 24 heures sur 24, en créant le service Internet Eyes et d’en faire…Un jeu, dès ce mois de novembre à Stratford-upon-Avon avec le projet de l’étendre à tout le pays et au-delà.

    Des milliers d’yeux sur des milliers d’écrans (en principe deux par écran) connectés au réseau CCTV. Les “joueurs” accumuleront des points en regardant les flux vidéo en temps réel des caméras et pourront cliquer sur un bouton quand ils observeront un comportement suspect et gagneront un point chaque fois qu’ils signaleront un risque de délit et trois points s’ils en sont témoins. En revanche, ils perdront des points si la personne responsable de la caméra estime qu’ils ont lancé une fausse alerte. Les joueurs qui contribueront à l’arrestation du plus grand nombre de malfaiteurs gagneront jusqu’à 1 000 livres par mois [1 100 euros]. Le site d’Internet Eyes comportera également une galerie où figureront les photos des supposés “criminels”, ainsi que la liste de leurs délits et le nom de l’internaute qui aura permis leur capture (ce qui, à mon avis n’est pas sans danger).

    Le service sera facturé 20 livres [22 euros] par semaine et par caméra à ses utilisateurs : commerçants, autorités locales ou même commissariats de police.

     

    Ce « jeu » amène quelques observations :

    1° Les délinquants dûment avertis s’arrangeront pour être méconnaissables, ce qui risque de rendre moins efficace cette toile d’araignées à l’affût.

    2° Le délit de faciès sera probablement à l’origine des clics les plus nombreux.

    3° Le vilain penchant des voyeurs sera flatté, quasi officialisé.

    4° Ce sera une excellente école pour l’espionnage et la délation, activités qui servent toujours lorsque les choses vont mal.

    5° Pour paraphraser Esope, ce genre d’application montre à nouveau que l’internet est la meilleure et la pire des choses. Et pour paraphraser Hugo, que l’œil nous suit jusque dans la tombe.

    « Venise 8Métamorphose de Narcisse »

  • Commentaires

    1
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:04
    Ah... ils vont en installer aussi dans les cimetières!!!

    Je ris, mais c'est pour ne pas hurler devant ce maillage de nos libertés qui se resserre chaque jour un peu plus.. avec le consentement (parfois juste par non réaction) et même la participation active de certains..
    2
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:28
    L'encouragement à devenir pour de l'argent ou par plaisir un délateur et un voyeur.
    Dr WO
    3
    Lundi 2 Novembre 2009 à 17:41
    En France, on confond dénonciation et délation. Dommage pour les victimes qui ne peuvent compter sur personne pour se faire secourir. Les voisins: "On a bien entendu des bruits, mais c'était pas nos affaires".
    4
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:03
    Ici c'est une délation car c'est une dénonciation pour l'argent. Le voisin qui intervient prend un risque, pas celui qui est à distance.
    Dr WO
    5
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:07
    Le passé ne sert jamais de leçon. Chaque naissance est un recommencement.
    Dr WO
    6
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:19
    Help.....Mais ou va-t-on ???? Dans quel monde vivons nous ????
    Déjà, se servir d’INTERNET, c’est prendre un gros risque de se faire, tracer, pister, délatter.... Mais si en plus on installe des caméras via ce système « Internet Eyes », facturé de surcroît 22€ le mois....!
    Que devient notre sacro-sainte liberté ?
    Bonne soirée, Doc et merci pour ce scoop.
    Bizzzzzzzzzz
    ZAZA
    7
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:28
    En Grande-Bretagne il y a quelques protestations mais des commerçants et des commissariats semblent intéressés par ce flicage via internet.
    Dr WO
    8
    Lundi 2 Novembre 2009 à 18:57
    Ne pas dénoncer un coupable (pour de l'argent ou non) c'est implicitement prendre parti contre la victime. La délation pratiquée sous l'occupation était d'un ordre différent: on dénonçait des victimes à des coupables!
    9
    Lundi 2 Novembre 2009 à 19:14
    Une simple question : que ressentiriez-vous en retrouvant votre véhicule rayé d'un bout à l'autre ? Que diriez-vous si un abruti vous arrachait votre rétroviseur et vous piquait l'antenne et vos enjoliveurs parce qu'ils feront un effet boeuf sur sa voiture à lui ?
    10
    Lundi 2 Novembre 2009 à 19:27

    La délation est une dénonciation pour de mauvaises raisons (dont l'intérêt) ou simplement pour nuire (ce qui s'est passé pendant l'occupation). La dénonciation peut en effet se justifier pour protéger les victimes lorsque le délit est flagrant. Dans "Internet eyes" il s'agira le plus souvent d'une délation car une personne considérée comme suspecte par l'internaute peut être dénoncée sans que le délit ait eu lieu.
    Dr WO

    11
    Lundi 2 Novembre 2009 à 19:36

    Bien sûr, je ne serais pas content. Mais faut-il pour cela admettre un système de surveillance par ds inconnus qui auront intérêt à suspecter même ceux qui n'ont rien fait. A mon tour de poser une question : êtes vous partisane d'un système de surveillance permanente par plus de 4 millions de caméras des faits et gestes de tout un chacun ?
    Dr WO

    12
    Lundi 2 Novembre 2009 à 19:49
    Quand je suis dans la rue, tout le monde me voit. Il y en a même qui me regardent!
    Au secours!
    13
    Lundi 2 Novembre 2009 à 19:57

    C'est intolérable ! Cependant, la différence c'est que vous pouvez aussi regarder ceux qui vous regardent.
    Dr WO

    14
    Lundi 2 Novembre 2009 à 20:43
    L'excès engendre l'excès.
    15
    Lundi 2 Novembre 2009 à 20:50

    Je suis bien d'accord avec cette formule. L'insécurité a toujours existée, mais dans les pays développés on la supporte moins et on exige son absence tout en respectant les droits de l'homme. Difficile.
    Dr WO

    16
    Lundi 2 Novembre 2009 à 21:01
    Aux states c'est mieux, même principe, mais appliqué à la frontière mexicaine. Et dénoncer du mexicain c'est beaucoup plus fun, admettons le.
    17
    Lundi 2 Novembre 2009 à 22:46
    Et ça marche ?
    Dr WO
    18
    Lundi 2 Novembre 2009 à 22:50
    La recherche à tous prix de la sécurité risque parfois d'augmenter l'insécurité des innocents.
    Dr WO
    19
    Lundi 2 Novembre 2009 à 23:08
    Je peux me permettre une touche d'humour ? Ca va devenir difficile pour les amours extra-conjugales tout ça !
    20
    Lundi 2 Novembre 2009 à 23:36
    Et le chantage n'est pas exclu.
    Dr WO
    21
    Mardi 3 Novembre 2009 à 08:24
    Bonjour Paul...Je ne suis pas surprise par cette nouveau jeu inventé par les british...Le voyeurisme est devenu un jeu déja très utilisé à la télévision et dans la presse...Dans le monde du travil, il y a des caméras partout, mais il y a aussi les badges qui retracent tous vos mouvements de la journée...Je trouve ça flippant et intrusif...Quoiqu'il en soit, ce que je constate, c'est que tout le monde s'en plaint mais s'y plie! Alors...Le voyeurisme à de beaux jours devant lui...Bonne journée à vous, Tibi
    22
    Mardi 3 Novembre 2009 à 09:46

    Bien sûr vous avez raison. A la rigueur on peut justifier le voyeurisme contre la délinquance, mais dans le monde du travail c'est un poids et il est supporté en raison de la crainte du chômage. Dans "internet eyes", en dehors de la surveillance de tout le monde, le côté "jeu" me semble une déviance.
    Dr WO

    23
    Mardi 3 Novembre 2009 à 14:06

    "La vie des autres" est un film emblématique où des individus sont en effet surveillés de façon permanente au point que l'espion insatisfait de sa propre vie finit par vivre celle des autres.
    Dr WO

    24
    Mardi 3 Novembre 2009 à 14:27
    Oui, en vivant la vie des autres et qu'il envie, il finit par la protéger.
    Dr WO
    25
    Mercredi 4 Novembre 2009 à 12:42
    Je me souviens d'un instit à qui l'on reprochait de ne pas avoir signalé qu'une de ses élèves présentait des traces de maltraitance et qui a répondu en bombant le torse :" je ne suis pas un délateur, moi, môssieur" !
    Je crois qu'on confond tout aujourd'hui.
    26
    Mercredi 4 Novembre 2009 à 17:18
    Bien entendu. Dans  cas il s'agissait d'une dénonciation nécessaire pour la sauvegarde de la victime, une assistance à personne en danger et non d'une délation.
    Dr WO
    27
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:23
    A défaut d'avoir le droit d'épier son personnel par des caméras, les patrons utilisent des membres du personnel et le gratifient, j'en ai fait le frais au boulot, et le pire c'est que tout était un tissu de mensonges. Alors à grande échelle ce sera pareil, ne serait ce que pour l'appat du gain, certains inventeront des mensonges sur des voisins, des proches etc...
    C'est dingue, le passé n'a pas servi de leçon.
    je pense que pour les personnes de la génération précédente, des souvenirs pas si lointains, doivent remonter à la surface.
    28
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:23
    Il faut savoir qu'on peut se retrouver en prison injustement à cause du témoignage de quelqu'un qui croit vous avoir reconnu. Avec un tel procédé les erreurs judiciaires risquent d'augmenter.
    29
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:23
    Ca me rappelle un film sur la stasi que j'ai vu "la vie des Autres", ça en prend le chemin en plus moderne.
    30
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:23
    Oui, mais une étincelle d'humanité naît chez cet espion à cause de la lecture d'un bouquin et il finit par rejeter cette idéologie jusqu'à perdre son poste.
    31
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:23
    J'ai beaucoup aimé ce film qui donne beaucoup à réfléchir.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :