• Revue de p(a)resse ciblée

    Revue de p(a)resseIl semble, d’après les dires, que Macron veut relâcher les liens un peu trop serrés qui existaient entre la Présidence et les journalistes, Hollande ayant abusé des confidences à son détriment. Les journalistes politiques seraient donc en phase de sevrage et un peu désorientés par la nouvelle ambiance.

    Néanmoins, les journaux sont atteints de macronisme contagieux, et le nom du président de la République y foisonne. Il suffit de faire le tour de quelques journaux en ligne pour s’en apercevoir. Non seulement on y relate ce que Macron fait ou dit mais aussi ce qu’il ne fait pas. Ainsi l’AFP précise qu’Emmanuel Macron sera absent à la première journée des Etats généraux de l’Alimentation, alors que tout le monde s’en fout. Quant à l’Huffingtonpost, il rapporte le démenti de Macron à qui l’on prête d’avoir dit à Laurence Haïm : « Non mais je rêve ! Et puis quoi encore » en lui refusant un poste d’ambassadeur. Le même journal propose les images de Macron sur le tour de France et s’inquiète de la grandeur excessive de la photo officielle du sus-dit qui pourrait coûter cher. Informations dont on ne saurait se dispenser.

    Devant cet intérêt courtisan (ou devant la vacuité politique), on comprend les réticences de certains comme Alain Finkielkraut qui a fait paraître dans Causeur un article intitulé « Je ne suis pas pro-macron et je me sens seul ». A noter que c’est dans Le Figaro et dans l’Express que le nom de Macron est le moins cité aujourd’hui.

    Bien que Macron est omniprésent dans les médias, Marianne signale que nombre de députés LREM ne l’avaient encore jamais rencontré. Macron s’est donc présenté à eux en affirmant : « Il n’y a pas d’ordre jupitérien ». Personne ne croit encore à la mythologie, mais peut-être que ses fans se sont posés la même question que Slate, « Si Emmanuel Macron était un personnage de la série Game of Thrones » quel serait-il ?

    Sûrement celui d’un apprenti chef de guerre. Son différend avec Pierre De Villiers, poussé à la démission de son poste de chef d’état-major, s’étale encore dans toute la presse. Macron lui ayant reproché d’avoir exposé sur la place publique son désaccord alors que les informations du général à la commission de la défense avaient été délivrées à huit-clos. Des députés irresponsables les ont divulguées, ce qui aura pour conséquence que lors de prochaines auditions de hauts fonctionnaires, les députés n’obtiendront que des informations prudentes et biaisées.

    Un chef de guerre qui cherche à se mettre au courant de la guerre. L’Express signale que Macron a visionné la bataille de Mossoul à l’Elysée.

    Les guerriers, eux, ne sont pas contents de ce morveux qui n’a même pas fait son service militaire et le Huffingtonpost rapporte quelques-unes de leurs réactions : « Autoritarisme juvénile », « De Villiers ouvre les yeux des Français sur le narcissisme autocratique de Macron »

    Bien sûr, notre chef de guerre « souhaite tourner la page » (Le Monde) et veut se livrer à une câlinothérapie. L’Express : « Istres : que vient faire Macron et le général Lecointre sur la base 125 ? » et l’Huffingtonpost répond : « Macron à Istres pour rassurer les militaires, avec son nouveau chef d’état-major ».

    Si les militaires ont peur, ce n’est pas rassurant.    

    « La France souffre d’une dissociation de la personnalitéLa Grande Muette et le Grand Sourd »

  • Commentaires

    1
    Jeudi 20 Juillet à 18:02

    Il faut dire qu'à l'heure où les arabes islamistes nous font la guerre jusque chez nous, c'est un peu léger, non seulement de ne pas augmenter le budget militaire mais de le diminuer. Il est vrai aussi que ce petit Macron ne connaît rien à la chose militaire, ayant évité par des passes droits de faire son service, et le voilà qui veut jouer au grand manitou.

    J'avoue que, n'ayant pas voter pour cet homme, je le juge d'autant plus sévèrement, surtout s'il fait à la France des enfants dans le dos en bousculant nos militaires!

      • Jeudi 20 Juillet à 18:12

        Je pense que nous ne connaissons pas tous les dessous de cette affaire.

    2
    Jeudi 20 Juillet à 19:30

    On nous dit que Macron "verrouille sa communication". On peut en déduire que ce que l'on apprend est ce qu'il veut nous faire savoir, c'est à dire qu'il détient le pouvoir suprême. Reste à  savoir quelle est pour lui la définition de "suprême". On commence à en avoir une idée.

      • Jeudi 20 Juillet à 19:35

        Aucune serrure est inviolable.

    3
    semaphore
    Jeudi 20 Juillet à 20:14
    semaphore

    Sabrer une partie du budget de l'Armée et espérer ensuite que montrer sa binette sur une base aérienne, suffira pour le faire oublier, paraît quand même du domaine de la croyance dans le Père Noël

      • Jeudi 20 Juillet à 20:34

        Ou considérer les autres comme des débiles.

    4
    Vendredi 21 Juillet à 08:13

    Ca se savait (et ça se disait) que dans le régalien, il n'était pas à la hauteur. Ca se confirme. 

     

      • Vendredi 21 Juillet à 08:33

        Pour les déplacements et démonstrations en milieu militaire, Macron en fait trop comme pour pallier une insuffisance...A moins qu'il ait été sevré de soldats de plomb ou équivalents pendant son enfance.

    5
    Vendredi 21 Juillet à 14:18

    Il aurait dû faire son service militaire, il verrait les choses d'un autre oeil.

      • Vendredi 21 Juillet à 14:21

        Si cela avait été le cas, peut-être aurait-il aujourd'hui une plus grande hostilité envers les militaires

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :