• chagall87.jpg

     

    C’est un joli cimetière

    Où les tombes bien en rangs

    Comme s’alignent les enfants

    Dans la cour de l’école primaire

    Guettant le signal pour s’éparpiller

    A tous vents en criant leur liberté

     

    Et les morts attendent sagement

    Qu’on vienne un jour les délivrer

    Immobiles sans trop s’impatienter

    L’endroit est joli et ils ont le temps

     

    Ses portes comme des bras écartés

    Ouverts sur le monde des vivants

    Invitent les nouveaux morts à entrer

    A se coucher sans faire de manière

    Les anciens  pousseront leur pierre

    Pour faire une place au nouvel arrivé

     

    Les vivants entrent toujours gênés

    Ils marchent lentement en silence

    Avec respect pour ne pas les réveiller

    Mais ne montrent aucune impatience

    Dans ce joli cimetière pour y rester

     

    Paul Obraska

     

    Marc Chagall « Les portes du cimetière » 1917


    22 commentaires
  • manet-tor-ador.jpg

    Manet : « La mort du toréador »

     

    LE DORMEUR DE L’ARENE

     

    C’est une arène ocre bordée d’étables.

    La clameur lentement s’est retirée,

    Comme meurt une vague sur le sable.

    La foule regarde en silence, fascinée.

     

    Le matador allongé sur son échine,

    Tranquille, la tête tournée de côté,

    Une main repose à plat sur sa poitrine,

    Celle qui tenait son épée abandonnée.

     

    Il paraît endormi, il a terminé son rôle,

    La cape au sol comme un drapeau vaincu,

    Une flaque de sang près de son épaule,

     

    Du sang que l’ocre de l’arène a déjà bu.

    Sable sanglant : du jaune et du vermeil,

    Couleurs hispaniques tendues au soleil.

     

    Paul Obraska


    24 commentaires
  • Antonello de Messine l'homme qui rit

     

    Un homme disait n’importe quoi

    Il disait qu’il était heureux

    Sans la moindre preuve

    Ça va de soi

    Dire que l’on est heureux !

    Pas étonnant que les gens s’en émeuvent

    L’être peut-être mais le dire !

    Et à des gens qui ne le sont pas

    Ou qui ne parlent que du pire

    Ou sont peut-être heureux

    Mais ne le savent pas

    Ou le cachent bien

    Pour ne pas provoquer le destin

    Montrer que l’on est heureux

    Ce n’est pas malin

    C’est de la méchanceté

    Ça rend les autres un peu malheureux

     

    Alors les gens attendent d’être vengés

    Oh ! Sans se l’avouer

    Ils ne sont pas envieux

    Qu’allez-vous penser !

    Ils guettent seulement l’homme heureux

    Ses yeux rieurs et son sourire

    En espérant le voir s’évanouir

    Ils guettent l’ombre d’une peur

    Ils guettent un petit soupir

    Ils guettent un petit malheur

    Parce que le malheur ça arrive tout le temps

    Alors ils attendent le moment

    Patiemment

    De le plaindre de tout leur cœur

    En écrasant une larme en soupirant

    De bonheur

     

    Paul Obraska

     

    Antonello de Messine : « L’homme qui rit »


    20 commentaires
  •  

    Ce matin, le ciel de Paris est gris. Les trottoirs et les chaussées sont noirs, repeints par la pluie. La ville est ensommeillée. Peu de monde dans les rues. L’année s’installe en période digestive. Aux courageux qui passeront par là, je souhaite mes meilleurs vœux pour 2012 et au-delà.

     

     Le premier jour de l’année nouvelle

    l’homme âgé se regarde dans le miroirDali-montre-molle-2.jpg

    Qu’espère-t-il y voir ?

    Objet glacial impudique et rebelle

    le miroir efface l’illusoire

     

    Encore une année de gagnée

    se dit l’homme pour se consoler

    Encore une année de perdue

    se dit l’homme amer

     

    Gagnée ou perdue ?

    La vie est un jeu à qui gagne perd

     

    Et le temps s’écoule

    sur les montres molles de Dali

    et l’on se noie dans sa houle

    et l’homme se dit

    pourquoi lutter à contre-courant ?

    de toute façon on coule

    emporté par le temps

     

    Alors l’homme tire la langue au miroir

    Qu’importe ce qu’il avait été

    Il chasse son fantôme de la mémoire

    et sans hésiter

    prend son rasoir

    sourit à ses restes

    et commence à se raser

    en savourant les petits gestes

    les petits gestes coutumiers

    les petits gestes modestes

    de la vie

     

    Paul Obraska


    18 commentaires
  •  

     

    Le divin peintre

     
      

    Nous sommes à l’image du Très-Haut

    Et vice versa.

    Alors comme nous, le Très-Haut se sent parfois morose,

    Lui, en regardant en bas,

    Nous, en regardant en haut.

     

    Un jour, le Très-haut en pensant à autre chose,

    (Il a tellement de choses à penser)

    Mit Son Auguste Doigt dans le ciel d’un bleu profond,

    L’agita distraitement comme on remue son café

    Et fut surpris de créer un céleste tourbillon

    De grosses volutes d’azur attristé.

     

    En voyant ce qu’Il avait créé contre Sa Volonté,

    Il voulut compléter le tableau

    Et demanda à un peintre un peu fou

    De mettre une église dessous.

    Le peintre qui ne vendait aucun tableau,

    Accepta par désespoir cette proposition,

    Mais ne se faisait aucune illusion,

    Le Très-Haut ne s’abaisserait pas à payer son tableau.

    En plus, Il voulait quelque chose de grand et de beau :

    Une basilique ou une cathédrale,

    Et le peintre qui n’en faisait qu’à sa folle tête,

    Fit une église de guingois, toute bancale,

    Avec une modeste paysanne à cornette.

     

    Bien sûr, le Très-Haut n’était pas contre la modestie.

    Un instant décontenancé par le peintre un peu fou,

    Dans Sa Grande Bonté impitoyable, Il ne l’a pas puni.

    Il lui avait déjà tiré l’oreille dans un accès de courroux

    Et le Tout-Puissant ne connaissant pas Sa Puissance,

    Le pavillon de l’oreille était resté dans Sa Divine Main,

    Avant d’échouer dans celle profane d’une prostituée.

    Il y a vraiment des gens qui n’ont pas de chance,

    Même quand on est un peintre divin.

     

    Alors le Très-Haut, dans Sa Grande Bonté

    Permit au peintre un peu fou de se suicider

    Devant une toile inachevée

    Dans un beau champ de blé.

     

    Paul Obraska

     

    Vincent Van Gogh « L’église à Auvers »

    8 commentaires
  • Durer-A.--1516.jpgPour faire un tableau de la vierge et l’enfant

    Il est simple de prendre une belle jeune femme

    Même si elle n’est pas vierge depuis longtemps

    L’important est que son visage exprime son âme

     

    Le plus difficile à trouver est le modèle de l’enfant

    Il doit être sérieux, laid et un peu hydrocéphale

    Avec le visage pénétré d’un adulte pensant

    Et s’il est circoncis ce n’est pas plus mal

     

    Vous voyez qu’un tableau de la vierge et l’enfant

    N’est pas si simple à faire même avec du talent

    Comment trouver un petit enfant qui convienne ?

     

    Les bambins ne sont guère tristes et sont plutôt beaux

    Les hydrocéphales sont soignés dans les hôpitaux

    Hélas ! On ne peut plus peindre à l’ancienne

                                                                                                                                

    Paul Obraska

    Albrecht Dürer


    11 commentaires
  • vangogh la nuit

     

     

    LA MAUVAISE EDUCATION

     

    C’est un spectacle muet où les étoiles crépitent

    Et le Cosmos explose dans un silence abyssal.

    Les éclats incandescents roulent comme des pépites

    Dans la noirceur du vide glacial.

    Des confins de l’Univers sans frontières,

    Dans la sidérante immensité sidérale,

    Voyagent leurs éternelles lumières.

     

    Et Dieu dans tout ça ?

    Et le royaume des cieux ?

    Ils sont quelque part. La place ne manque pas.

     

    L’Homme est à l’image de Dieu,

    Dieu est blanc

    Dieu est jaune

    Dieu est noir

    Mais Il n’est pas Femme

    Et Il est barbu.

     

    Aux Cieux, les anges et les vierges sont séparés.

    Le sexe des anges est incertain et la prudence s’impose.

    La volière des vierges s’épuise et doit être préservée,

    Aux suicidés assassins de les consommer.

    Dans l’ennui éternel, le sexe rend moins morose.

     

    Dans l’infini de l’Univers,

    Parmi les myriades de galaxies,

    Dieu ne s’intéresse qu’à la Terre.

    Il écoute chacune des innombrables prières

    Et les appels gratuits qui montent vers lui,

    Il envoie des livres, Il envoie des anges,

    Il a même envoyé Son Fils sur la Terre.

    Les Hommes moins gâtés que pourris,

    L’ont renvoyé, mal en point, en échange.

    Mauvaise éducation.

    Bien que le sacrifice du Fils fût dans Ses intentions,

    Pour les punir, le Père laisse faire le Malin,

    Et S’en lave les mains.

     

    Paul Obraska

     

    Illustration. Van Gogh : « La nuit étoilée, Saint-Rémy »


    26 commentaires
  • caravaggio22.jpg

     

    LE GENERAL QUI PERDIT LA TÊTE

     

    Charmante Judith à la peau si blanche

    Au visage si lisse bien qu’un peu dégoûté

    Est-ce bien raisonnable de couper une tranche

    D’un Holopherne séduit par votre beauté

     

    Charmante Judith si innocente

    Décapiter un homme même infâme

    N’est guère un travail de femme

    Les giclées de sang sont si salissantes

     

    Charmante Judith si virginale

    Que de force vous avez déployée

    Pour détacher la tête du général

    Qui même enivré semble hurler

     

    Charmante Judith si volontaire

    Le plus difficile reste à faire

    Les vertèbres sont à peine entamées

    Et la vieille attend tendant son tablier

     

     

    Paul Obraska

     

    Le Caravage « Judith décapitant Holopherne »


    12 commentaires
  • monet-impression.jpg

     

     

    IMPRESSION

     

    Un homme dressé dans sa barque sombre

    La main sur sa rame abandonnée

    Contemple fasciné

    Le soleil effacer la nuit et façonner les ombres

     

    L’œil rouge maquillé de mauve et de bleu

    Encore petit comme mal réveillé

    Saigne un peu

    Sur les écailles de l’eau glacée

     

    Les braises froides des nuages lourds

    Couvent de leur inquiétante lumière

    Le bleu tendre et naissant du jour

     

    L’azur commence à teinter la mer

    Par petites traînées de pleurs

    Sous le regard émerveillé du pêcheur

     

     

    Paul Obraska

     

    Claude Monet « Impression : au soleil levant »


    12 commentaires
  • DSC00218.JPGC’est un coquillage aux murs nacrés

    Spirale de douces courbes érotiques

    Comme un pas de vis pour entrer

    Dans les profondeurs prolifiques

     

    C’est un coquillage couleur chair

    Serti dans un fourreau de dentelle

    Pour séduire les futurs locataires

    La coquille exposée se fait belle

     

    Et les hommes de passage

    Sont invités à monter l’escalier

    A ouvrir les valves du coquillage

     

    Mais ils ne doivent pas s’attarder

    Pour laisser à d’autres arrivages

    Le plaisir bref de le consommer

     

    Paul Obraska


    14 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique