• Nous les devons au pape François par ses déclarations faites aujourd’hui même devant des prêtres participant à une formation proposée par l'un des trois tribunaux du Vatican.

    Une avancée dans le domaine du dépistage : Le prêtre est en effet bien placé pour dépister les premiers signes de désordres psychiques dans le confessionnal, lieu privilégié pour établir un colloque singulier et où le secret de la confession s’apparente au secret médical.

    Des avancées en psychiatrieLa confirmation d’une étiologie ancienne que l’on avait trop tendance à oublier et que le pape François veut remettre au premier plan : le Diable, également appelé Satan ou de façon plus prosaïque, démon, ou de façon plus laïque, le mal, force nocive capable d’envahir et de « posséder » le patient à la manière d’une septicémie.

    Enfin le pape propose un traitement : le confesseur, à l’instar du médecin généraliste qui dirige ses patients vers un spécialiste, "ne devra pas hésiter à se référer", au sein de son diocèse, à "des exorcistes", "choisis avec beaucoup de soin et de prudence", mais "à travers une saine collaboration avec les sciences humaines". Le souverain pontife n’a cependant pas précisé quel serait à son avis le traitement principal et le traitement complémentaire. Voir aussi :"Miction impossible"

    Source :Lefigaro.fr]

    St Augustin et le Diable 


    11 commentaires
  • La vie étant une maladie sexuellement transmissible et toujours mortelle, des milliers et des milliers d’êtres humains disparaissent chaque jour*. La mort est une fatalité scandaleuse, mais c’est ainsi.

    Les morts accidentelles sont des morts illégitimes car elles interrompent prématurément le cours d’une vie sans qu’elle ait épuisé son potentiel. Outre les interruptions volontaires par suicide, ce sont celles où la mort est provoquée par une rencontre traumatisante imprévisible, fruit d’une coïncidence chronologique fatale.

    Les morts du terrorisme font partie de cette dernière catégorie. Ce sont des personnes qui meurent parce que présentes en un lieu donné à une heure précise.

    Les trois morts et les blessés de Londres font la « une » des journaux avec des titres dramatiques (« terreur sur Londres »). On parle évidemment de la « voiture folle » qui fauche des passants sur le pont de Westminster alors qu’il s’agit d’un illuminé conduisant une voiture pour tuer. Une personne ivre et/ou droguée qui prend néanmoins sa voiture peut également faucher un groupe des personnes attendant sur un trottoir et aboutir au même résultat que le terroriste illuminé.

    Au moment même où s’est produit cet acte criminel de Londres, beaucoup plus de piétons sont morts renversés par des voitures à travers le monde (on en déplore plusieurs milliers par an en Europe), et bien entendu à l’heure de cet attentat, bien plus de vies ont été fauchées de façon criminelle ou du fait de combats guerriers.

    Nous sommes les alliés objectifs des terroristes en donnant à leurs actes un retentissement médiatique disproportionné lorsqu’il ne s’agit pas d’une tuerie de masse.

    Les morts n’ont pas la même importance. Pourquoi un mort par terrorisme serait-il plus important qu’un autre ? En raison de la cause ? Sans doute, mais là est l’erreur. Chacun d’entre nous a plus de risque de mourir par un accident de la circulation que de la main d’un terroriste, et pourtant le terroriste instille plus de peur que la circulation. C’est son but et nous contribuons à sa réussite.

    En réalité, ne devrait-on pas considérer l’attentat de Londres par sa dimension que comme un fait divers ? Les fous, religieux ou non, fanatiques ou pas, courent les rues et il faut savoir que les rencontrer peut s’avérer fatal.

    * Environ 160000


    12 commentaires
  • La proposition Molière

    J’ai lu dans différents journaux les avis portés par des chroniqueurs sur le débat entre les cinq candidats arrivés en tête dans les sondages pour les présidentielles, et réunis hier soir sur le plateau de TF1. J’ai eu l’impression de lire des comptes rendus d’une manifestation sportive : les postures, les gestes, les piques, les répliques, les gagnants, les perdants, à cela près que les perdants et les gagnants n’étaient pas toujours les mêmes selon le chroniqueur à la différence du spectacle sportif.

    Très peu de place pour le contenu même du débat, pour la bonne raison que ce contenu figure dans les programmes et est déjà connu.

    On peut donc se demander quel est l’intérêt de tels débats où il s’agit plus de confrontations entre les concurrents eux-mêmes que de débats argumentés.

    En fait, l’intérêt est de juger les concurrents en tant qu’acteurs : sur leur posture, leur expression, leur sang-froid, leur esprit de répartie, voire sur leur humour.

    Et il est possible que ce spectacle puisse faire basculer une partie de l’électorat indécis vers tel ou tel candidat uniquement sur des apparences, sur de la superficialité.

    On peut donc se demander s’il ne serait pas plus opportun d’utiliser de véritables acteurs en politique, comme ce fut le cas aux USA, et ce ne furent pas les plus mauvais politiciens dans ce pays, d’autant plus que l’essentiel des programmes provient des cogitations et du travail des conseillers. Il suffirait d’avoir pour la fonction, de la prestance, de la mémoire, un peu de caractère, un peu d’esprit et beaucoup de bons conseillers.

    Federico Milano : « Trois comédiens »


    10 commentaires
  • Ce soir, cinq joueurs ont été sélectionnés par des téléspectateurs pour participer au jeu : "Qui veut gagner la présidentielle ?" Il faut noter que parmi les joueurs sélectionnés figure Marine Le Pen avec laquelle les autres joueurs veulent bien jouer à présent, ce qui n'était pas le cas lors des sessions précédentes en raison des antécédents personnels et familiaux de cette concurrente.

    Pour bien rappeler aux spectateurs qu'il s'agit d'un spectacle de cirque, les participants seront disposés en cercle et les gladiateurs s'affronteront face à face, poussés sur la piste par le feu des questions de deux meneurs de jeu.

    Les organisateurs espèrent attirer du monde pour un spectacle dont les péripéties ne se déroulent que tous les cinq ans, mais avec cette année de multiples épisodes préparatoires et des lutteurs atypiques, dont deux en délicatesse avec la justice, qui font craindre à la fois une certaine lassitude et une désorientation de la part des spectateurs.

    Imagine-t-on De Gaulle participer à une émission de téléréalité ?

     

    ADDENDUM : j’ai finalement regardé les deux dernières heures du show qui a eu en fait un franc succès. Ce qui prouve que les Français sont dégoûtés de la politique, mais en redemande.

    Fillon compte bien appliquer un programme rigoureux, mais pour les autres.

    Macron. Si j’ai bien compris ses intentions, j’ai remarqué (comme le Pen) qu’il lui  arrive parfois de parler pour ne rien dire.

    Hamon s’est montré égal à lui-même, distribuant généreusement de l’argent qu’il n’a pas, y compris aux autres pays dans le besoin, assurant, oreilles au vent, que l’on peut gagner plus en travaillant moins, moins longtemps ou pas du tout.

    Mélenchon. J’ai bien senti qu’il n’aimait pas les riches en déplaçant les milliards comme des pions sur un échiquier. Je n’ai pas très bien compris ce qu’il voulait exactement, mais il semble avoir quelques points communs avec Le Pen, en plus lyrique

    Le Pen s’est montrée en croquemitaine très sociale, c’est un des visages de l’extrême droite, mais en sortant de l’euro elle risque fort de distribuer des billets de Monopoly, et il n’est pas certain qu’elle distribuerait quoi que ce soit.


    12 commentaires
  • Rétropédalage historique

    Erdogan, estampillé du pléonasme d’islamo-conservateur, est la figure exemplaire du rétropédalage historique. Installé à la tête d’une Turquie qui se voulait moderne depuis la transformation réalisée au forceps par Atatürk qui avait réussi à débarrasser son pays du poids inerte de la religion. Erdogan cherche à redonner à l’islam la place qu’il avait perdu en éliminant les opposants, bien servi en cela par l’échec d’un coup d’Etat foireux, et en passe de remplacer un régime démocratique par une autocratie. Le nouveau sultan insultant au passage des pays européens pour ne pas avoir permis à ses ministres de faire campagne sur leur sol en faveur du vote visant à accroître ses pouvoirs, considérant en quelque sorte les Turcs expatriés comme des enclaves turques en Europe, à défaut de voir son pays au sein même de l’Union européenne. L’insulte absurde proférée contre l’Allemagne et les Pays-Bas étant de les traiter de nazis (à défaut de les traiter de terroristes) et la menace brandie, celle de l’arme d’invasion massive des réfugiés retenus plus ou moins sur le sol de la Turquie au prix des avantages concédés par Angela Merkel.

    Après la période coloniale, nombre de pays musulmans ont suivi l’exemple d‘Atatürk en voulant se débarrasser du poids de l’islam, comme l’ont tenté Nasser, Bourguiba ou même Saddam Hussein ou le Shah d’Iran, en prenant la voie du nationalisme plutôt que celle de l’islamisme mais au prix de dictatures parfois sanglantes un peu trop souvent justifiées par le colonialisme passé. A présent, l’influence de l’islamisme va croissant. Un romancier, entre autres, ne subit-il pas une véritable inquisition en Algérie pour la publication sur internet d’une œuvre d’imagination ? Dans ce pays l’islamisme a perdu une bataille mais pas la guerre.

    Le rétropédalage historique ne concerne pas seulement les pays musulmans. Toutes les religions qui avaient perdu de leur influence au XXe siècle, reviennent en force jusqu’à discuter les apports de la science comme le montre le succès du créationnisme aux USA. Les avancées sociétales sont aujourd’hui remises en cause dans nombre d’Etats avec Trump, mais aussi en Europe comme le montre l’offensive contre le droit au recours à l’avortement.

    En Asie, la Chine redevient l’Empire du Milieu. Poutine s’efforce de retrouver la puissance de l’URSS face au mollusque européen. Les partis dit populistes veulent l’explosion de l’UE, et le rétablissement des nationalismes qui ont ensanglanté l’Europe pendant des siècles. L’Angleterre a montré la voie en sortant de l’UE, sans exclure dans l’avenir la désunion du Royaume Uni revenant ainsi des siècles en arrière.

    Bienvenue dans le nouveau monde disloqué d’antan où dominaient les légendes, qui contraste avec le commerce mondialisé, mais contesté par les protectionnistes, et avec la communication planétaire instantanée par internet, mais qui devient autant une arme de désinformation, un vomis de haine anonyme, une diffusion de complots fantaisistes, et un miroir de l'exhibition de soi que le véhicule des connaissances.

    Courbet : « Le désespéré »


    8 commentaires
  • "Après avoir vécu neuf jours dans une sculpture, l'artiste A.P. (inutile de lui faire de la publicité) couvera des oeufs de poule à partir du 29 mars, au palais de Tokyo."

    Que l'on appelle ces manifestations des performances, je veux bien, au même titre que celles qui consistent à ingurgiter des bières ou des saucisses à en crever, mais pourquoi ces exhibitions seraient-elles artistiques, ses acteurs des artistes, et pourquoi les musées accueillent-ils ces mascarades en les vendant au public comme de l'art ?

    Il s'agit de spectacles qui font plutôt partie du cirque surtout lorsque la prouesse est physique.

    Art mateur

    Art mateur

    Bien sûr, on peut trouver dans ces exhibitions une signification profonde :

    Art mateur

    Ou un peu d'insolite :

    Art mateur

    Ou avec un petit côté clownesque :

    Art mateur

    Mais ces "artistes" se moquent surtout de nous avec la complicité intéressée des directeurs de musée.

     

     


    14 commentaires
  • Le grand homme fait en ce moment un retour remarqué sur la scène politique. Il a même une clause à lui : « la clause Molière » que plusieurs régions de France semblent vouloir adopter et qui imposerait de parler français sur les chantiers dont ces régions sont les maîtres d'oeuvre. Mesure destinée à faire obstacle aux travailleurs détachés d’autres pays de l’Union Européenne et dont l’emploi s’avère plus économique pour les entreprises. 

    C’est tout de même assez rare pour ne pas le saluer : la CGT et le MEDEF sont du même avis en étant opposés à cette « clause Molière ». La CGT et le MEDF, même combat, mais bien sûr, pour des raisons différentes.

    Le MEDEF voit évidemment l’intérêt des entreprises d’une certaine envergure leur permettant d’employer des ouvriers à bas coût en profitant du « dumping social » en l’absence d’harmonisation du statut social entre les différents pays de l’UE.

    La CGT par la voix de Martinez parle, lui, de discrimination des étrangers et condamne cette clause car elle irait dans le sens du FN. On voit, par là, que la CGT, syndicat français, renonce à la défense des artisans et des ouvriers qu’elle devrait, en principe, défendre sur le marché du travail, et en cherchant sa clientèle ailleurs, elle ne devrait pas s’étonner que ceux qu’elle ne défend plus se tournent vers les extrêmes. La CGT favorise ainsi le FN.

    En ce moment le ravalement de l’immeuble où j’habite est en cours et je remarque que TOUS les ouvriers du chantier parlent arabe entre eux.

    Molière l’éternelActuellement un comédien très en vue joue du Molière. Remarquable, il est capable d’interpréter à la fois Tartuffe et Harpagon. Une prouesse qui lui permet de concourir pour les plus hautes distinctions.

    On voit que l'on peut mettre Molière à toutes les sauces.

     


    21 commentaires
  • 241. Nouvelles médicalesLe Texas est l’un des Etats des USA où la législation sur l’avortement est la plus sévère. Dernièrement, une loi est entrée en vigueur obligeant les femmes victimes d’une fausse couche ou ayant avorté à enterrer le fœtus, (voir « 233. L’arme fœtale »), ainsi la femme ayant eu recours à un avortement est quasiment mise dans une position de meurtrière.

    Une nouvelle loi dans cet Etat : le Senate Bill 25 donne aux médecins la liberté de révéler ou non à la future mère l’existence d’un handicap ou d’une malformation du fœtus qu’elle porte. Cette loi est subtile. Elle pourrait se justifier par une opposition à l’eugénisme, mais elle a surtout pour but de restreindre l’avortement lorsque le médecin est contre et de le protéger des plaintes éventuelles à la naissance d’un enfant malformé. A la famille d’assumer, mais sans avoir été informée au préalable.

    241. Nouvelles médicalesLa syphilis qui avait fait des ravages dans le passé (Voir : 29 bis « Dieu et les maladies ») était devenue rare. Elle devient de plus en plus fréquente touchant principalement les hommes homosexuels (dans 90% des cas). A cet égard la médecine s’était progressivement désarmée pour ce qui concerne le diagnostic biologique (auparavant systématique), avec la suppression de la déclaration obligatoire des syphilis en 2000 (la progression de la maladie a commencé dans les années 90) et l’arrêt de la fabrication de l’extencilline (qui a été semble-t-il reprise). Le nombre de cas est passé de 700 en 2012 à 1100 en 2014, dont 83% d’hommes homosexuels et 34% de co-infection avec le VIH.

    Avec les traitements dont nous disposons contre le SIDA, les comportements à risque se sont multipliés et le préservatif trop souvent abandonné. Il faut en outre souligner que la syphilis se transmet parfaitement par le sexe oral, qui, lui, est exceptionnellement protégé.

    241. Nouvelles médicalesLe préservatif étant la meilleure protection contre les maladies sexuellement transmissibles, ceux qui négligent de l’enfiler seront-ils séduits par le préservatif connecté ?

    l'I'Con (le bien nommé), vient d’être inventé par le fabricant britannique British Condoms sous le slogan : « le premier préservatif intelligent au monde » (70 €). C’est un anneau pénien connecté (placé sur le préservatif) pour mesurer les performances sexuelles. « Composé de nanopuces et de capteurs sensoriels, il permettra à ses utilisateurs de collecter des données comme la vitesse, la durée et la fréquence des rapports sexuels ». Tout en estimant le nombre de calories dépensées pendant l'acte et en assurant la détection des infections sexuellement transmissibles telles que la syphilis ou la Chlamydia.

    Et ce qui n’est pas négligeable, le partage des données pourra se faire grâce à une application avec la possibilité de les comparer à celles d'autres utilisateurs et même d’établir un classement entre eux.

    On n’arrête pas le progrès et  l’I Con nerie non plus. (E-Santé)


    8 commentaires
  • Vincent Peillon va malIl est triste de constater que Vincent Peillon (agrégé d’histoire (!) et ancien ministre de l’Education nationale) n’est pas guéri. Il vient de rechuter (voir : Vincent Peillon est-il atteint de la maladie d’Alzheimer ?). Après avoir fait une poussée de désorientation lors de sa campagne pour les primaires de la gauche en considérant que l’utilisation de la laïcité avait conduit à stigmatiser (puis à exterminer[1]) les juifs sous Vichy, tout cela pour comparer la situation actuelle des musulmans en France à celle des juifs pendant l’occupation allemande et la collaboration, il vient de récidiver dans une interview sur France info.

    Cette fois ce n’est pas pour pleurer sur le sort des musulmans de France, mais pour nous avertir du danger que représente le rassemblement centriste de Macron. L’absence de distinction entre la droite et la gauche, qui serait à son avis un marqueur de l’extrême droite (comme si le centre n’avait jamais existé dans l’histoire de France), donnerait raison à Marine Le Pen lorsqu’elle parle "d’UMPS". Admirons au passage que Peillon considère MLP comme une référence et notons la contradiction : si la non distinction droite-gauche est un marqueur de l'extrême droite, où classer "l'UMPS" parti unique fabriqué par les Le Pen et le mouvement En marche ! ? Et Peillon de donner sa vision historique en récoltant pour son application un point Godwin :

    « Il y a quelque chose de têtu dans l'Histoire, c'est comme cela que l'on sait qu'il y a eu des chambres à gaz et qu'on ne peut le nier, il y a des gens de l'UMP et du PS (dans le mouvement d'Emmanuel Macron)[2] »…« c'est précisément dans le ventre de la confusion que les monstres se préparent ».

    Quel est le rapport du mouvement de Macron (et l’absence possible de majorité à l’assemblée après son élection) avec les chambres à gaz ?! En marche ! prépare-t-il leur résurgence ?

    Pour éviter que les monstres sortent du ventre de la confusion Macronesque, Peillon encourage à voter pour Benoît Hamon, dont la présence au second tour serait pourtant le plus sûr moyen pour la famille Le Pen d'accéder au pouvoir.

    La confusion n’est pas là où il le pense.

     

    [1] A noter qu’à l’époque, il n’avait parlé que du port de l’étoile jaune qui stigmatisait en fait une origine et non une religion, mais sans évoquer pudiquement la suite sanglante des évènements, et en passant allègrement sur le fait que les musulmans se stigmatisent eux-mêmes par leur habitus sans avoir besoin de mettre une étoile quelconque pour manifester leur appartenance à l’islam.

    [2] Phrase particulièrement confuse.


    14 commentaires
  • Hamon, le boy-scoutLorsque je vois Benoît Hamon, je ne peux m’empêcher de ressentir un sentiment de pitié. Je pense que personne ne l’attendait comme candidat officiel du parti socialiste, et il est probable qu’il ne s’attendait pas lui-même à le devenir.

    Ce boy-scout doit se demander ce qu’il fiche dans cette galère. Je suis quasi certain qu’il n’en demandait pas tant. Le voilà bien embarrassé avec son idée de revenu universel qui fond chaque jour comme neige à la chaleur de la dette française.

    Alors il bricole des panneaux solaires, des éoliennes, en proposant du cannabis à la ronde, ça calme, en attendant d’être le fossoyeur désigné (il faut bien un bouc émissaire) du parti socialiste. Comme prévu, ses troupes paraissent fondre comme le revenu universel et sans avoir apparemment l’intention de revenir. Il ne lui reste que le noyau dur et les pépins.

    J’ai donc un peu pitié de Benoît. Mais attention, méfions-nous, il nous a offert une première surprise, et imaginons (cela ne coûte rien) qu’il gagne face à Marine Le Pen. Tout est possible dans cette folle campagne présidentielle animée par une vichyssoise attardée prête à reconstruire la ligne Maginot, un chrétien alourdi par ses poches pleines, un gamin qui se prend pour De Gaulle, un rêveur étourdi par ce qui lui arrive, et un pro-castriste sur le retour.

    Et imaginons ce boy-scout, avec ses panneaux solaires et ses éoliennes, en Président de la République Française, et imaginons-le face à Poutine à la tête du plus grand pays du monde aux portes de l’UE, à Trump à la tête de la plus grande puissance du monde, mais aux réactions imprévisibles, à Xi Jinping à la tête du pays le plus peuplé du monde et qui est en train de bouleverser la carte asiatique.

    Benoît, tu ne fais pas le poids.

    Mais console-toi, les autres non plus.


    8 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires