• De Gaulle a mis fin à la guerre d’Algérie et il est heureux qu’il l’ait fait. Indépendamment de toute considération sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, si les partisans de l’Algérie française et du maintien des trois départements d’Afrique du Nord dans le giron national avaient eu gain de cause, la moitié de la population française serait aujourd’hui musulmane, sans compter la guerre civile contre les islamistes qui déchira par la suite l’Algérie indépendante et dont la France aurait probablement héritée.

    Comme chacun le sait, De Gaulle fut obligé de faire face à de graves rébellions, à une menace de coup d’Etat militaire et à plusieurs tentatives d’assassinat dont celle du Petit- Clamart (après les accords d’Evian) dont il a échappé par miracle avec son épouse et son gendre, sa Citroën DS ayant été criblée de balles. Ce dernier attentat fut exécuté par des membres de l’OAS (Organisation Armée Secrète) et planifié par le lieutenant-Colonel J.M Bastien-Thiry qui fut fusillé.

    La haine n’est plus ce qu’elle était

    Le pèlerinage du 9 novembre dernier à Colombey-les-Deux-Eglises nous donne une bonne occasion de ricaner car on a vu défiler un lot de descendants idéologiques de ceux qui voulaient la mort de De Gaulle. Ceux qui considèrent aujourd’hui que la France est menacée d’être submergée par une invasion musulmane, alors que leurs ascendants idéologiques, œuvraient dans une vision à courte vue, les armes à la main, pour qu’un jour ou l’autre les musulmans deviennent majoritaires dans le pays.

    Les morts ne ricanent pas, sinon De gaulle aurait pu s’ébaudir en voyant défiler pour lui rendre hommage, des représentants de la droite et de l’extrême droite dont le président du groupuscule Siel, Karim Ouchikh, Renaud Camus qui théorise le « grand remplacement », un représentant du Rassemblement national (et on connaît les opinions qu’avait J.M. Le Pen lors de la guerre d’Algérie), Florian Philippot (qui n’a jamais caché sa sympathie pour le général) et Nicolas Dupont-Aignan accompagné de 200 sympathisants.

    Sans trop faire dans la fiction, je pense que l’on n’a peu de chance de se tromper en supposant que tous ces admirateurs de De Gaulle aujourd’hui auraient été hier ses détracteurs les plus féroces, jusqu’à souhaiter sa mort, et auraient défendu l’Algérie française (comme le fit J.M Le Pen et bien d’autres sans être de la même tendance politique). Ils auraient sans doute sympathisé au début des années 60 avec l’OAS en rébellion contre l’Etat français, et peut-être même que certains en auraient fait partie.

    L’histoire ne manque pas d’ironie, avec le temps et les troubles de mémoire de ses acteurs, la haine peut se transformer en dévotion et vice versa.


    9 commentaires
  •  

    Commémorations

     

    L’histoire de France est si riche en catastrophes et en triomphes que les commémorations représentent une activité en expansion, le passé étant complété par le présent ensanglanté par le délire islamiste. Il faut reconnaître que les gouvernements français, quels qu’ils soient, ont un savoir-faire qui pourrait s’exporter. Les dirigeants étrangers, régulièrement invités, ne cachent pas leur admiration pour la maîtrise dont nous faisons preuve pour magnifier un évènement historique ou s’incliner avec émotion devant des tombes.

    Cette fois encore nous n’avons pas été déçus par les cérémonies et les discours marquant le centenaire de la fin de la Première Guerre Mondiale. Les majuscules s’imposent en honneur de l’ampleur du carnage et du degré de stupidité des causes à l’origine de son déclenchement.

    J’ai cependant ressenti une impression d’irréalité, de déphasage devant ces manifestations marquant le retour de la paix, complété, pour faire bonne mesure, par un « forum de la paix » comme s’il s’agissait de fêter la fin des guerres. Or si l’armistice de 1918 a heureusement marqué la fin d’un carnage, on ne peut que constater l’absurdité de la chose puisque vingt après la der des ders, vingt ans ! Même pas une génération, la Seconde Guerre Mondiale allait provoquer trois fois plus de morts que la première.

     

    MEMORIAL

     

    Les hommes sèment pour leur pardon

    Des pierres gravées de noms disparus,

    Des noms sans tombe ou des tombes sans nom

    De morts inconnus.

     

    Les hommes sèment dans le temps

    Des plaques sur les murs des rues,

    Sur les façades des places publiques,

    Des listes de tués sur des monuments

    Appelés à la mort par ordre alphabétique,

    Des mémoriaux où les noms tournent par milliers,

    Sans corps, dans le néant,

    Jusqu’à donner la nausée.

     

    Les hommes sèment dans les champs

    Des noms dans les cimetières militaires,

    Alignés en ordre par les survivants

    Sur des tombes uniformes à l’infini.

    Une armée en rangs serrés dans la terre,

    Corps disciplinés dans la mort comme dans la vie.

     

    Vaines semailles sans moisson.

     

    La mémoire des massacres passés

    N’empêche pas les massacres à venir,

    La mémoire en pierre des assassinés

    N’empêche pas les hommes de mourir,

    Pour des causes inutiles,

    Pour des causes futiles,

     

    Ou d’être exterminés sans raison

     

    Paul Obraska


    12 commentaires
  • Sur Instagram des « influenceuses » blanches se font passer pour noires (Huffpost). Ce phénomène a été appelé « niggerfishing , littéralement la pêche aux nègres, ou plutôt dans ce contexte, la pêche aux négresses. On peut se demander quelle est la motivation qui pousse des personnes blanches à apparaître comme des personnes noires (l’inverse peut se comprendre en cas de discrimination). Il ne s’agit pas de vouloir changer définitivement de « race » comme certains ont la volonté de le faire, sans doute avec la perspective de se victimiser en rejoignant une communauté qui a subi des exactions au cours de l’histoire et qui continue parfois à les subir. Ces influenceuses semblent vouloir rechercher un succès qui leur paraît plus facile en ciblant la communauté noire plutôt que l’ensemble du public. On a presque l’impression que ces "influenceuses" veulent changer de catégorie comme des sportifs peuvent parfois le faire pour être plus performants.

    La blanchitude n’est plus ce qu’elle était

    La Suédoise Emma Hallberg, une des premières "influenceuses" à avoir été épinglée pour "niggerfishing". 


    18 commentaires
  • La sagesse n’est plus ce qu’elle était.

    Un de mes patients, chef d’entreprise venant de prendre sa retraite, m’avait dit jadis : « lorsque j’étais en activité, je faisais mille choses, enchaînant les déplacements, les réunions, les décisions, mais à présent que je suis à la retraite, la moindre des choses à faire me pose un problème, et je finis par m’angoisser pour n’importe quoi »

    Mon tour est venu. Loin de donner la sagesse, l’âge fait parfois de chaque monticule à enjamber, une montagne à escalader. Une escalade qui, le plus souvent, n’aura pas lieu mais que l’on anticipe bêtement.

    On dit que l’âge nous permet de relativiser les évènements, de les considérer avec une certaine distance, voire un détachement amusé. C’est vrai pour les évènements extérieurs, comme les péripéties politiques ou les déclarations des politiciens dont le comique de répétition, pourtant attendu, tient toutes ses promesses alors que celles qu’elles annoncent sont rarement tenues. Par contre, relativiser les évènements personnels devient moins évident, et des actions à accomplir, même anodines, finissent parfois par préoccuper sans raison.

    Si l’expérience nous rend souvent désabusé, elle ne nous rend pas sage pour autant et encore moins désinvolte. La désinvolture est plus l’apanage de la jeunesse que de la vieillesse et pourtant cette dernière ne risque plus grand-chose, sinon le maximum, et c’est ce maximum qui devrait rendre insignifiants les petits tracas de la vie quotidienne.

    Illustration par Rembrandt : « Le philosophe en méditation »


    20 commentaires
  • 280. Le retour de l’ArlésienneLa ministre de la Santé vient de relancer aujourd'hui le « dossier médical personnel ou partagé » (DMP). Sur ce blog, j’avais déjà écrit deux articles sur ce sujet en 2009 et 2010. En les relisant huit ans après, je n’ai pas l’impression qu’ils sont devenus obsolètes. En théorie l’idée n’est pas mauvaise, mais en pratique elle a des inconvénients, et notamment celui de conduire le médecin à passer plus de temps devant son ordinateur à chercher un renseignement dans le DMP (qui risque à la longue d’être monstrueux) ou à y introduire des données qu’à écouter et à examiner son patient.

    Lire la suite...


    16 commentaires
  • « Le cœur de Paris respire » mais pas les poumonsEtant obligé de me rendre dans une gare en voiture (que j’utilise le plus rarement possible), j’avais oublié que hier nous étions le premier dimanche du mois et qu’en ce jour fatidique, la municipalité de Paris interdit la circulation automobile dans quatre arrondissements de la capitale ainsi que sur l’avenue des Champs-Elysées, opération communicante intitulée : « Le cœur de Paris respire ».

    Pour le trajet aller, j’ai pu échapper aux barrages largement équipés par les forces de l’ordre qui ont sûrement apprécié leur dimanche et l’utilité de leur travail permettant aux piétons de marcher sur la chaussée, mais pour le retour, ce fut une autre paire de soupapes.

    Je me suis retrouvé dans des caravanes de centaines de voitures tournant en rond cherchant une issue pour rejoindre les unes la rive nord, les autres la rive sud. Bien sûr, dans une circulation hyper ralentie, moteurs vrombissants et lâchant une pollution plein pot. Au lieu des trente minutes pour accomplir mon trajet de retour, j’ai mis plus de deux heures.

    On peut en conclure que si les piétons, les cyclistes, les utilisateurs de trottinettes, de rollers, de planches à roulettes, pouvaient s’éclater dans les quatre arrondissements protégés en se croyant indemnes de toute pollution, le reste de Paris devait suffoquer un peu plus que d’habitude, alors que pour un dimanche ordinaire, quand on ne fait pas respirer le cœur de Paris, la densité des voitures est plus faible que dans  la semaine et l'on respire mieux dans l’ensemble de la ville.

    Ah ! Si l’agitation municipale pouvait chasser les particules fines de la capitale !


    10 commentaires
  • A l'exposition consacrée aux périodes bleue et rose de Picasso, les hommes sont moins représentés que les femmes. Quelques tableaux (que je n'ai pas reproduits) montrent son ami Carles Casagemas mort, il s'était suicidé après avoir tenté d'abattre sa maîtresse dont il était particulièrement jaloux. Picasso semble avoir été très touché par la perte de cet ami.

    Lire la suite...


    12 commentaires
  • Hier, nous sommes allés voir l'exposition au musée d'Orsay regroupant de nombreux tableaux de Picasso de la période bleue et de la période rose qui lui a succédée. Une exposition riche qui attire beaucoup de monde, si bien que nous avons fait une longue queue pour pénétrer dans le musée alors que nous étions déjà en possession des billets, et une attente encore plus longue pour accéder à l'exposition elle-même.

    Bleu et rose de Picasso

     

    On peut comprendre que certaines photos que j'ai pu prendre au cours de ma visite soient mal cadrées car leur prise entre deux têtes était parfois délicate, néanmoins la régulation du flux entrant permettait de voir correctement chaque tableau. Le choix de mes photos est discutable car j'ai laissé de côté de très beaux tableaux fort connus pour en capter d'autres qui l'étaient moins.

    Lire la suite...


    8 commentaires
  • C’est ainsi que les cons se font connaîtreIl m’a semblé intéressant, dans le souci de contribuer au développement de la paléontologie, de publier cette photo d’un Isérois récemment découvert, qualifié à tort d’adolescent alors qu’il serait âgé de 19 ans, bien que les savants du ministère de l’Intérieur qui ont extrait cet inconnu des strates des réseaux après les avoir purgés, débattent encore de son âge réel. On ignore encore où ce spécimen, qui n’est cependant pas unique en son genre, sera exposé. Il est fort probable que, lui, ne sera exposé à rien.*

    * Cet « adolescent » a incité sur les réseaux sociaux à la violence contre les forces de l’ordre ("La purge") dans le but de reproduire la soirée sanglante du film "American Nightmare". C’est ainsi que les cons se font connaître.


    14 commentaires
  • Le 23 octobre dernier j'ai écrit un billet : "sexisme onusien" à propos des remontrances de l'ONU à la France pour avoir verbalisé deux musulmanes portant le niqab. La chronique de l'écrivain algérien Kamel Daoud paru dans Le Point du 1er novembre est consacrée à ce sujet et je me suis permis de la reporter ci-dessous :

    Lire la suite...


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires