• Parade

    Aujourd’hui, à Paris, il fait un peu frisquet mais le soleil réchauffe dans un ciel bleu à peine maculé de quelques petits nuages d’un beau blanc, exempts pour l’instant de menace. Le petit arbre derrière moi est toujours fleuri malgré le froid récent, la honte pour les grands arbres qui n’exhibent que des bourgeons à peine visibles.

    Je lis paisiblement sur un banc lorsque des soldats apparaissent dans l’allée.

    Exactement six. Pas moins. Trois sur chaque côté de l’allée. Ils marchent lentement, le béret basque sur la tête, lourdement chargés, l’arme automatique noir à la hanche dont le canon passe sous mon nez, le casque à la ceinture recouvert d’un camouflage, les multiples poches du torse aux chaussures pleines d’objets mystérieux dont la destinée m’échappe. Et bien qu’il fasse frisquet l’un des soldats, le visage concentré, essuie de sa main libre une goutte de sueur sur son front.

    Ils passent d’un pas lourd, conscients de leur inutilité, mais peut-être servent-ils de cibles comme des paratonnerres ? Non, des décisions décisives ont sans doute été prises en haut lieu : la troupe a été envoyée au parc Monceau.

    Ma voilà rassuré.

    « 262. La maladie citoyenneUne matinale désopilante »

  • Commentaires

    1
    Lundi 26 Mars à 17:10

    Curieuse utilisation du treillis camouflé! Il sert à rendre visibles les militaires qui patrouillent. Pour se camoufler à Paris, ils devraient porter des jeans et des sweat-shirts à capuche ou des complets vestons (ces derniers plus adaptés au parc Monceau).

      • Lundi 26 Mars à 17:21

        Le but est justement d'être bien visible, pour montrer à la population à quel point elle est protégée et à quel point les autorités ont réagi avec fermeté.

    2
    Lundi 26 Mars à 18:17

    A Nantes des soldats patrouillent aussi dans les rues, je ne sais pas s'ils ont reçu des menaces, ils ne nous disent rien, et j'ai vu deux arabes les toiser de air moqueur, j'ai eu envie de les baffer, car devant çà je ne suis absolument pas rassurée!

      • Lundi 26 Mars à 18:27

        C'est quand même une démonstration de façade. Ce n'est pas cette démonstration de force qui évitera quoi que ce soit.

    3
    Lundi 26 Mars à 19:30

    On peut envisager de généraliser  le principe : demander aux pompiers de sillonner le quartier où a eu lieu il y a deux jours un incendie, ou demander aux  médecins du SAMU de rendre visite aux habitants d'un immeuble deux jours après l'arrêt cardiaque de leur malheureux voisin. sarcastic

      • Lundi 26 Mars à 19:45

        La prévention par le post évènement. Il n'est jamais trop tard pour bien faire. "Le principe de Carlus", la rétro-prévention, a un avenir.

    4
    Mardi 27 Mars à 13:14

    Une répétition, avant le prochain Allahloween ?

     

      • Mardi 27 Mars à 13:23

        Vous êtes une source inépuisable d'images appropriées ! yes

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :