• On peut également être brillant dans la connerie

    On peut également être brillant dans la connerieLa cour qui entoure notre bon président s’extasie sur les multiples facettes de son brio jusqu’à lui accorder quasiment la faculté de nos anciens monarques de guérir les écrouelles[1]. Il y a tout de même une facette de son brio que ses courtisans passent sous silence, c’est celle de la connerie.

    Comment qualifier autrement le fait d’invoquer le sacrifice du colonel Beltrame à propos de la réduction mensuelle de 5 € des aides personnalisées au logement, en faisant honte à ceux qui protestent contre cette réduction en la comparant à l’héroïsme du gendarme. Il n’y a aucune raison de s’arrêter : on pourrait ainsi justifier n’importe quoi, ce n’importe quoi paraissant toujours mesquin comparé au sacrifice d’une vie.

    "Le colonel Beltrame est mort parce que, la France, ce sont des idées, des  valeurs, quelque chose d'une guerre qui le dépasse (sic et ?). Les gens qui pensent que la France c'est une espèce de syndic de copropriété (...) et qui pensent que le summum de la lutte c'est les 50 euros d'APL (sic, c'est 60 € par an), ces gens-là ne savent pas ce que c'est l'histoire de notre pays." (Macron dans un documentaire passé sur France 3 le 7 mai).

    Il serait décent Monsieur le Président de ne pas utiliser la mort du colonel Beltrame pour faire passer des mesures stupides.

     

    [1] Déclaration de Bruno Roger-Petit, porte-parole de l’Elysée : « Pour lui, le toucher est fondamental, c’est un deuxième langage. C’est un toucher performant. « Le roi te touche, Dieu te guérit. » Il y a là une forme de transcendance. »

    « InsoumissionsAscension »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 9 Mai à 17:15

    Je dirai comme Chateaubriand :

     

    « Il y a des temps où ne doit dispenser le mépris qu’avec économie à cause du grand nombre de nécessiteux. »

     

     

     

      • Mercredi 9 Mai à 17:54

        Le mieux est peut-être de ne mépriser personne.

    2
    Mercredi 9 Mai à 17:58

    Macron te touche et tu ne sais pas pourquoi tu as envie de te gratter. (réponse à Bruno Roger-Petit)

      • Mercredi 9 Mai à 18:03

        Allergie ?

    3
    Mercredi 9 Mai à 18:23

    Arrêtez de vous moquer...

    Il est devenu évident que, même au début de sa campagne électorale, le pauvre homme a été marabouté...

    Souvenons-nous de sa "profession de foi", il affirmait que "C'est une erreur de penser que le programme est le cœur d'une campagne électorale, alors que la politique, c'est mystique..." et que "La politique, c'est un style, c'est une magie et qu'il faut définir le cœur de ce qu'on veut porter" ou encore que "La dimension christique, je ne la renie pas ; je ne la revendique pas...."

                                                            le pauvre homme...

      • Mercredi 9 Mai à 18:30

        Nous sommes déjà loin du 1er avril. Merci pour l'iconographie.

    4
    Jeudi 10 Mai à 15:16

    Ces maladresses de langage ("ceux qui ne SONT rien")  et de discours (celle que vous citez) sont encore plus ridicules quand on sait que l'homme ne perd pas une occasion de nous servir des locutions latines comme un pédant (captatio benevolentiae, pacta sunt servanda...)

      • Jeudi 10 Mai à 15:54

        Il passe pour avoir une grande culture, alors il la montre : c'est en effet du pédantisme.

      • Jeudi 10 Mai à 16:48

        (j'ai choisi cette image car sinon, de Françoise Sagan à Pierre Desproges, en passant par Andros et Bonne Maman, cette citation est attribuée à de tout le monde...)

        vous avez remarqué ma culture ?

      • Jeudi 10 Mai à 16:59

        Et c'est quand on ne cesse de l'étaler que l'on risque de faire de même.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :