• Multiculturalisme

     

    Beaucoup affirment comme une évidence et certains comme un avantage que la société française est devenue multiculturelle.

    N’étant pas sociologue, j’avoue ne pas trop savoir ce que cela veut dire. Déjà le mot culture englobe bien des choses (en dehors de la culture individuelle). Il s’agit à la fois (petit Robert) de « l’ensemble des aspects intellectuels d’une civilisation » mais aussi de « l’ensemble des formes acquises de comportement dans les sociétés humaines », c'est-à-dire des mœurs. Quant au multiculturalisme c’est « la coexistence de plusieurs cultures dans un même pays ». Ce qui exclut a priori le mélange.

     

    Si l’on envisage le premier aspect de la culture (la civilisation), la France au cours de l’histoire s’est enrichie de l’apport de nombreuses civilisations, à la fois par les invasions et l’immigration, mais ces apports n’ont pas coexistés, ils se sont fondus au cours du temps pour aboutir à la civilisation française dans un creuset où se sont mélangées les richesses artistiques, littéraires, philosophiques et scientifiques venues d’ailleurs. Il n’y a donc pas ici de multiculturalisme à proprement parlé, en dehors de l’art culinaire qui permet la juxtaposition de restaurants offrant un grand choix de cuisines exotiques.

     

    Si l’on envisage le second aspect de la culture (les mœurs), le multiculturalisme devient plus difficile à saisir. Les mœurs admises par la grande majorité de la population française ont  été établies progressivement par une longue évolution historique : révolutions, revendications, législation. Comment ces mœurs, issues de combats historiques, acceptées par consensus et susceptibles encore d’évoluer, peuvent-elles coexister avec des mœurs venues de pays qui n’ont pas suivis la même évolution ? Car elles sont le plus souvent très différentes et parfois en opposition avec les comportements habituels de la population. Ce sont presque toujours des mœurs qui n’ont guère évoluées au cours de l’histoire, fixées par un obscurantisme religieux ou des pratiques ancestrales et qui apparaissent de ce fait comme rétrogrades aux yeux de la société française.

     

    Ceux qui parlent de société multiculturelle comme d’une évidence ne semblent guère se poser la question. Ils avancent (les plus raisonnables) que ce multiculturalisme doit rester dans le cadre de la République et obéir à ses lois. Fort bien. Mais comment concilier la polygamie, la soumission de la femme, l’excision, l’absence de condamnation de la charia et autres joyeusetés avec les droits de l’homme et les lois françaises ?

     

    Si ces comportements tentent de se maintenir, on aura la juxtaposition d’une société légale et d’une marge illégale, ce qui n’a rien d’une société multiculturelle.

     

    Si  les communautés venues avec des mœurs inconciliables avec la législation  républicaine, sont obligées de les abandonner, le multiculturalisme disparait (même s'il peut rester dans les têtes) ou devient de fait qu’une juxtaposition de religions (essentiellement Christianisme et Islam) ou une opposition religions / laïcité ou athéisme. Ce qui n’a rien de nouveau, à cela près que l’Islam est une religion qui comporte une part temporel importante et on comprend que ses tenants maintenant nombreux (mais combien de pratiquants ?) plaident pour une société multiculturelle (en fait bi-confessionnelle) en revendiquant comme un droit de suivre certaines pratiques issues du Moyen Age, en espérant que la société française, dans sa grande bonté, finira petit à petit par les admettre.

     

    Voir également"Le camping de la "diversité"

    « Lexicon médical (T)Cherchez la femme ! »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 29 Septembre 2010 à 18:48
    Tout est fondé sur une confusion entre intégration et assimilation. Un étranger intégré peut avoir un emploi, payer ses impôts, respecter le code de la route, envoyer ses enfants à l'école etc et rester étranger en préservant ce qu'on appelle sa culture (sa langue, sa manière de s'habiller, son organisation familiale, les règles de sa morale etc). Un étranger assimilé, même s'il garde et même conserve précieusement le souvenir de ses origines devient français de tous les points de vue. L'histoire du XXème siècle donne de nombreux exemples de ces deux façons d'être étranger en France.
    2
    Mercredi 29 Septembre 2010 à 19:04

    Tous les individus ayant un passé historique différent de celui des Français "de souche" conservent ce passé comme une adjonction. Les individus sont multiculturels (même par culture régionale) mais en quoi la société doit-elle l'être ? Sinon par le communautarisme notamment religieux.

    Dr WO

    3
    Mercredi 29 Septembre 2010 à 23:18

    Il est vrai que les relations entre les deux sexes dominent les moeurs de chaque culture.

    Dr WO

    4
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 13:48
    Moi je crois que la coexistence des cultures ne pose pas de problèmes insurmontables en soi et que ce sont des idéologies politiques (l'islamisme, notamment) qui la rendent difficile à mettre en oeuvre !

    Il est à noter que les pratiques barbares dont vous parlez sont déjà, dans une grande partie du monde arabe, ou bien interdites (excision, lapidation) ou bien en train d'évoluer très rapidement (polygamie, soumission de la femme)
    5
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 14:18
    Coexistence possible dans le même pays? Voir -pour ne citer que cet exemple- les nouvelles qui nous parviennent d'Inde aujourd'hui.
    6
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 14:24
    @ Pangloss :
    ou la Belgique ? :-))
    Possible ne veut pas dire facile, mais les choses évoluent et il faut les examiner en regardant la volonté de la majorité des gens et pas seulement celle des minorités fanatiques.
    7
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 14:48

    Q'un individu soit au carrefour de plusieurs cultures en respectant les lois de la société francaise ne pose en effet aucun problème. Mais le multiculturalisme implique la coexistence dans un même pays de cultures différentes dans leur intégralité et c'est cela qui pose problème. Voici à titre d'exemples quelques précisions  :

    En France (d’après le Groupe pour l’Abolition des Mutilations Sexuelles)

    ¤ Jeunes filles menacées d’un mariage forcé : 70000.

    ¤ Femmes et fillettes excisées ou menacées de l’être : entre 55000 et 65000.

    ¤ Lieu de l’excision : 10% en France (clandestinement) et 90% lors de « vacances » au pays d’origine (pays africains surtout, Egypte, Irak, certaines tribus d’origine indienne).

    Je veux bien croire aux progrès dans les pays musulmans. De nombreux billets sur mon blog ne vont pas dans ce sens et des imams en France ne condamnent aucunement la charia mais les modalités de son appication.

    Dr WO

     

    8
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 15:04

    Je crois comme vous que la coexistence de cultures différentes sans vouloir se mélanger se termine toujours mal, que ces cultures soient à base religieuse, comportementale ou linguistique. Et la suite de l'éclatement de la Yougoslavie a montré que même en cas de mélange ça peut se terminer très mal.

    Dr WO

    9
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 15:05

    J'admire votre optimisme.

    Dr WO

    10
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 15:26
    Sans vouloir monopoliser la parole, Doc, je voudrais juste préciser un point:
    - l'excision est officiellement interdite dans tous les pays du monde. Les crimes d'honneur aussi. Ces horreurs relèvent donc plus de l'arriération mentale de leurs auteurs que d'une pratique culturelle largement revendiquée (comme le sont la charia ou la polygamie).

    Il n'est donc pas juste de les considérer comme des éléments constitutifs de l'Islam.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    11
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 16:20

    Je n'ai jamais dit que l'excision faisait partie de la religion musulmane, mais elle fait partie des moeurs (donc de la culture) de nombreuses populations notamment africaines et a été importée en France où elle est évidemment interdite mais pratiquée. J'ajoute que la lapidation me parait aussi barbare que l'excision et dénote de la même façon l'arriération mentale de ses partisans.

    Dr WO

    12
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:01
    Il me semble qu'une des principales raisons à l'echec d'une "fusion" multiculturelle respectueuse qui devrait conduire à une "globalisation multiculturelle" est qu'elle se produit principalement au sein des cités, des quartiers, dans des espaces sociaux souvent violents où le repli identitaire créer la confusion et l'incapacité de tous à rabotter sa propre culture au non d'une culture commune.
    Et je rejoins Léonie alors. Cette violence viscérale est forcément préjudiciable aux femmes, culturellement et instinctivement. Bises
    13
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:16

    Repli identitaire et rejet de la culture commune vont ensemble. Je ne sais pas trop ce que signifie "globalisation multiculturelle". Il me semble que la fusion culturelle devrait être un phénomène individuel, chacun prenant des diverses cultures dont il est issu ce qui lui convient pour assurer son équilibre et sa richesse en respectant le fond commun.

    Dr WO

    14
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:27
    Si 10% des excisions sont pratiquées en France, pourquoi n'impose-t-on pas aux médecins scolaires de pratiquer un examen ad hoc? Ils sont obligés de signaler les actes de barbarie, non?
    @ Carlus: l'excision et les crimes d'honneur sont sans doute interdits. Mais on doit admettre que dans les pays où elle est pratiquée et où ils sont commis, les coupables sont le plus souvent légèrement punis (quand ils le sont).
    15
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:28
    Et si 90% sont pratiquées "en vacances " un examen, permet aussi de la constater.
    16
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:36

    Sur le plan pratique ce serait difficile (accord parental) et les bonnes âmes crieraient à la discrimination/stigmatisation.

    Dr WO

    17
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 17:39

    On ne peut pas examiner quelqu'un sans son accord et quand il s'agit d'une mineure sans l'accord des parents (responsables de l'excision).

    Dr WO

    18
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 20:35

    La réponse est dans le billet suivant.

    Dr WO

    19
    Jeudi 30 Septembre 2010 à 20:46

    C'est bien, vous faites les choses dans l'ordre.

    Dr WO

    20
    Vendredi 1er Octobre 2010 à 09:27
    A quoi sert donc la médecine scolaire si on ne peut examiner les enfants sans l'accord des parents? Leur refus serait déjà un indice.
    21
    Vendredi 1er Octobre 2010 à 18:41

    La médecine scolaire sert au dépistage d'un certain nombre de pathologies accessibles à l'examen standard. Là il s'agit d'un examen gynécologique.

    Dr WO

    22
    Dimanche 3 Octobre 2010 à 23:28
    C'est peut être cette loi là qu'il faut changer (Faire un examen à un enfant sans l'autorisation de ses parents!) Avec évidemment des garantis de sérieux... La protection de l'enfant devrait passer avant l'intérêt des parents! Bisous Doc!
    23
    Dimanche 3 Octobre 2010 à 23:37

    Mais si l'on constate l'excision c'est qu'elle a déjà été faite, on pourrait seulement poursuivre les parents de l'avoir faite, ce qui peut être dissuasif.

    Dr WO

    24
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:14
    Si je comprends bien tous les problèmes des sociétés donc de l'humanité tournent autour de la guerre entre les deux sexes. Désir de l'homme de maintenir la femme à un niveau inférieur du sien pour garder le pouvoir, mais si inversement la femme prenait le pouvoir, un autre type de domination naîtrait. L'idéal serait une réconciliation des deux parties, pas uniquement pour s'envoyer en l'air et procréer. Peut être que j'en demande de trop non?
    25
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:14
    « Il est vrai que les relations entre les deux sexes dominent les moeurs de chaque culture ».

    Vous allez dire que je remets ça sur le tapis, mais au risque d’offusquer les messieurs, le vrai problème, c’est l’homme, le mâle dans toute sa splendeur . Je n’irais pas dire qu’il a un pan de son cerveau formaté bizarrement depuis la nuit des temps, mais c’en n’est pas loin, l’homme à sans doute peur de la femme, ça doit être viscéral.
    Soit il s’en va guerroyer et laisse la femme s’occuper du reste de la tribu, c'est-à-dire, les vieillards et les enfants et quand, il ne guerroie pas c’est plus fort que lui il faut qu’il s’occupe de la condition de la femme. Jusqu’ici on n’a pas encore vue de civilisations ou la femme s’occupait de décider ce qui était bon ou pas pour l’homme. Il n’y a pas si longtemps que l’occident considère la femme comme un être humain à part entière.
    « L’amour », notion que la femme à mieux compris que l’homme est important pour le mieux vivre entre civilisations, mais c’est en contradiction avec une société où il faut consommer, concurrencer, écraser etc……. et de ce fait, permet de pondre des textes pour mieux asseoir ces idéaux.
    Les peuples d’une grande sagesse ont été exterminés, par qui et pourquoi selon vous ? L’occident ne détient pas la sagesse, à priori non.
    26
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:14
    Effectivement, c'est ce que j'ai pensé, mais j'avais mis ce commentaire avant d'avoir lu le billet suivant ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :