• Mis en boîte

    Mis en boîte« La fête, le monde de la nuit, les discothèques, la musique qui fait vriller les tympans, la foule hurlante entassée sur trois centimètres carrés, les corps à corps préludes à des étreintes sauvages, la sueur qui colle au revers du slip, le visage extatique de la jeunesse éperdue de liberté, les sourires effarés de mes vis-à-vis quand je me trémousse au point de ressembler à une otarie décoiffée au moment d'atteindre l'orgasme, c'est toute ma vie. » Extrait d’un article de Laurent Sagalovitsch paru dans Slate et, évidemment du second degré où il se réjouit apparemment de la réouverture prochaine des boîtes de nuit. Quand j’avais l’âge adéquat il m’est arrivé de me rendre dans ces boîtes de nuit, dont la dénomination colle parfaitement à l’objet. Des boîtes bourrées dans tous les sens du terme. Je rentrais dans ces boîtes en étant généralement entrainé par d’autres car il ne me serait jamais venu à l’esprit d’y aller spontanément. J’ai toujours trouvé ces lieux insupportables : il y fait chaud, le bruit est infernal, la conversation impossible sauf à hurler jusqu’à extinction de la voix (il arrive qu’elle soit éteinte le lendemain), en n’éprouvant aucun plaisir à sauter sur place au rythme des percussions dans des effluves de sueur mêlé de parfums divers et soumis aux stimulations lumineuses pré-épileptiques prétendument artistiques. Donc dans ma jeunesse ce plaisir m’a totalement échappé, mais je ne conteste pas qu’il s’agit aussi, et sans doute surtout, d’un lieu précoïtal où entrer dans une boîte seul, c’est le plus souvent pour espérer en sortir sauf (et pas forcément sain) à deux.

    « LE SONNET DE L’ÉLECTEUR SONNÉCrise de foi »

  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Juin à 16:54

    Comme vous je trouve ces lieux épouvantables, j' n'y ai été qu'une seule fois quand j'avais l'âge, j'ai détesté, je n'avais qu'une idée c'était rentrer, mais...il a fallut que j'attende le bon plaisir  de ceux qui m'avaient car voiturer. Ce fut une soirée très pénible, je n'y suis jamais retourné !

      • Mardi 22 Juin à 17:13

        Mais leur fermeture pendant la pandémie semble avoir été mal vécue par certains en dehors, bien sûr, de leurs propriétaires.

    2
    Mardi 22 Juin à 20:58

    Moi qui suis agoraphobe et claustrophobe, je refuse d'être enfermé dans une boîte avec des centaines de mes semblables.

      • Mardi 22 Juin à 21:08

        Ce serait une double peine intolérable.

    3
    Mercredi 23 Juin à 08:30

    Pareil pour moi. J'aime pas. J'ai jamais aimé.

      • Mercredi 23 Juin à 09:09

        Ce qui est appelé pompeusement "le monde de la nuit" nous laisse insensibles.

    4
    Souris donc
    Mercredi 23 Juin à 08:31

    C'est l'instinct grégaire à visée fornicative pour perpétuer l'espèce.

      • Mercredi 23 Juin à 09:15

        "l'instinct grégaire à visée fornicative", sûrement, mais les pratiquants des messes nocturnes cherchent à éviter pieusement la perpétuation de l'espèce dans les  rencontres d'un soir.

    5
    Mercredi 23 Juin à 13:39

    De toutes façons, j'ai toujours préféré les bals populaires où, quand l'accordéon joue le tango des grands-mères elles dansent entre elles, mais on s'en fout : les Raquel du sam'di (du bleu sur les paupières...!) elles tournent, tournent, tournent aussi sur les airs populaires... Alors !


     


     


     


     

      • Mercredi 23 Juin à 14:15

        D'abord, c'est plus sain car les bals populaires sont en plein air...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :