• MEUTES XXI

     

      goya shootings-3-5-1808

     

    QUI SAIT ?

     

    Qui sait si un jour vous n’allez pas déplaire ?

    Vous ne saurez pas toujours pourquoi

    Et que pouvez-vous y faire ?

    On ne peut être que soi

     

    Parce que vous êtes l’enfant

    De votre père ou de votre mère

    Parce que vous êtes noir dans un pays de blancs

    Parce que vous êtes blanc dans un pays de noirs

    Parce que les autres vous pensent différent

    Parce que vous n’avez pas la même histoire

     

    Mais ce n’est pas votre histoire !

    Ce sont des histoires de trépassés

    Chaque vivant traîne des morts

    Comme des racines déterrées

    Certains en sont fiers

    On se demande pourquoi

    On n’est responsable que de soi

    Et encore

     

    Vous risquez un jour de déplaire

    Parce que vous pensez ce qu’ils ne pensent pas

    Parce que vous ne croyez pas ce qu’ils croient

    Parce que vous êtes pauvres dans un pays de riches

    Parce que vous êtes riches dans un pays de pauvres

    On peut vous haïr parce qu’on envie ce que vous êtes

    On peut aussi vous haïr pour rien quand on est bête

     

    Mais la haine, l’envie, la bêtise, ce n’est pas rien

    On se retrouve dans un camp séparé des siens

    On vous achève d’une balle à bout portant

    On vous met la tête dans un nœud coulant

    On vous tranche les oreilles et les mains

    On vous gaze, on vous brûle, on vous enterre

    Parfois on vous torture avant

    Pour de faux aveux aux vrais assassins

     

    Vous risquez un jour de déplaire

    Peut-être même à votre voisin

    Même si vous semblez lui plaire

    Parce qu’il vous sourit chaque matin

    Sera-t-il un jour votre délateur

    Ou même votre assassin

    Ou au contraire votre sauveur ?

    Qui sait ?

     

    Paul Obraska

     

    Francisco Goya : « Le 3 mai 1808 » (1814)

    « Ce bon Dr DestouchesSérénité »

  • Commentaires

    1
    Lundi 24 Janvier 2011 à 17:27
    Voici revenu le temps de la méfiance.
    2
    Lundi 24 Janvier 2011 à 17:57

    Le temps de la confiance n'est jamais bien long.

    Dr WO

    3
    Lundi 24 Janvier 2011 à 18:20
    Ce peintre espagnol, quel talent !
    Ce poète français, quel talent !
    4
    Lundi 24 Janvier 2011 à 18:25

    Vous m'avez bien fait rire !

    Dr WO

    5
    Lundi 24 Janvier 2011 à 19:16
    Encore ! Encore !
    6
    Lundi 24 Janvier 2011 à 19:25

    C'est malheureusement un sujet inépuisable.

    Dr WO

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    Lundi 24 Janvier 2011 à 19:43
    On dirait une chanson... Je vais montrer ça au musicien de la maison !
    8
    Lundi 24 Janvier 2011 à 19:48

    Vous avez un musicien à la maison ?

    Dr WO

    9
    Lundi 24 Janvier 2011 à 21:16
    Oui.
    C'est un peu plus encombrant qu'un chat à cause des amplificateurs mais incontestablement plus doux à vivre et dans mon cas, parfaitement polyvalent.
    10
    Lundi 24 Janvier 2011 à 21:25
    C'est très beau doc et cela me rappelle un commentaire que j'ai reçu d'un bloggopote canadien et d'une réponse que je lui ai faite :
    "Incroyable, nous ce qu'on voit dans les reportages télé des camps Nasy, mais on jamais parler de ses camps en France.

    Bisous ZAZA bonne soirée bye
    Commentaire n°26 posté par catcent avant-hier à 22h25

    Oui des français dénonçant des français et internant des français avant que les nazis s'en chargent pour la déportation ou pour des exécutions massives..... Bises
    Réponse de ZAZA hier à 09h5."
    Le choix de ce tableau de Francisco Goya est très judicieux. Bonne soiré Doc
    ZAZA
    11
    Lundi 24 Janvier 2011 à 22:13

    La polyvalence ouvre sûrement des horizons.

    Dr WO

    12
    Lundi 24 Janvier 2011 à 22:23

    A cette époque, l'Etat français et la plus grande partie de sa police ont largement contribué à assassiner leurs propres citoyens.

    Dr WO

    13
    Mardi 25 Janvier 2011 à 13:12
    Voilà un texte auquel je souscris totalement !
    14
    Mardi 25 Janvier 2011 à 23:39
    "Pour qui comment quand et pourquoi ? " disait Barbara .Hélas nul n'est à l'abri ..
    Le poeme illustre parfaitement le superbe tableau :violence et tragédie ...
    15
    Mercredi 26 Janvier 2011 à 17:22

    Cela ne m'étonne pas.

    Dr WO

    16
    Mercredi 26 Janvier 2011 à 17:26
    C'est un très beau poème!! Et tellement juste hélas!! Le tableau est magnifique également! J'ai visité le camp du Struthof en Alsace... Et bien je ne savais même pas qu'il existait!! On préfère taire ce qui est dérangeant... Bisous Doc!
    17
    Mercredi 26 Janvier 2011 à 17:31

    Certains sont moins à l'abri que d'autres.

    Dr WO

    18
    Mercredi 26 Janvier 2011 à 17:36

    La barbarie est une constante de l'Histoire, mais elle a atteint un paroxysme pendant le deuxième guerre mondiale aussi bien en Europe qu'en Asie.

    Dr WO

    19
    Mercredi 2 Février 2011 à 18:04

    Merci. Il y a des circonstances où l'histoire se répète.

    Dr WO

    20
    leonie
    Lundi 7 Janvier 2013 à 16:09
    Ce poème est criant de vérité, en le lisant on se dit que c'est un éternel recommencement, la sagesse n'est pas prête de rattrapper l'homme. Comme toujours le tableau haut en couleur ce qui fait ressortir encore plus la tragédie épouse bien le poême.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :