• Meeting

    grosz-A-oscar.jpg

    Les foules sont rameutées  à coups de téléphone, de cars disponibles, de TGV et à prix d’or, dans une mise en scène digne d’un spectacle de variétés et bien sûr ce sont des foules volontaires acquises  à la cause. Une masse d’individus, aux pulsions élémentaires, agitant des drapeaux, clamant leur enthousiasme, hurlant des approbations quoi que l’orateur puisse dire, cette foule n’est pas là pour écouter et comprendre mais pour approuver et lancer des slogans. Comment les politiques peuvent-ils se sentir soutenus par la population, alors que ces foules favorables, rassemblées pour l’occasion, ne représentent qu’une infime fraction de l’électorat et comment peuvent-ils se sentir satisfaits de convaincre des convaincus.

    Car, bien sûr, il n’y a pas de contradicteur, il y en aurait-il un qu’il serait énergiquement expulsé sous les huées. Les seuls intérêts possibles d’un meeting sont d'évaluer la résistance physique et le discours de l’orateur vedette dont le contenu, s’il existe, sera par la suite disséqué. Est-il nécessaire de dépenser tant d’argent, de déplacer tant de monde pour ces promesses habituellement sans lendemain et que l’on pourrait ponctuer par des hurlements en boîte.

     

    George Grosz : « A Oskar Panizza »  

    « Une annonce bouleversantePépiements »

  • Commentaires

    1
    Lundi 12 Mars 2012 à 20:31
    Et quelle résistance physique.... J'ai vu sur canal + la retransmission de certains personnages au premier rang, c'était à hurler de rire.. Bernadette Chirac entre Gérard Depardieu et Jean François Copé étaient mortelles... Franchement si les "meeting" servent à produire ce genre de spectacle, c'est du lamentable de chez lamentable, Doc.
    Petit rappel. A partir de cette semaine tu pourras me retrouver chez EKLABLOG : http://zizitop.eklablog.net. Ne pas oublier de s'inscrire à la newsletter. Merci Trop de galères sur OB surtout ces derniers mois. J'ai pu transférer l'intégralité de mon domaine chez ce nouvel hébergeur. Une bonne soirée
    ZAZA
    2
    Lundi 12 Mars 2012 à 20:37
    Ce sont des cérémonies religieuses où il n'y a que des fidèles pratiquants.
    Que les médias se fassent les complices de ces mascarades en les prenant au sérieux donne une image assez déprimante de notre société et de la manière dont on y fait de la "politique".
    3
    Lundi 12 Mars 2012 à 21:53

    Depardieu est un soutien de poids. Le couple avec Copé devait ressembler à Laurel et Hardy. Vous avez émigré ? Bien reçue ?

    4
    Lundi 12 Mars 2012 à 21:55

    D'ailleurs on appelle ça "une grande messe"

    5
    Lundi 12 Mars 2012 à 22:26
    C'était franchement du Laurel et Hardy... Et là en ce moment notre pauvre Nicolas essaie une fois de plus de se trouver des excuses..... Minus habens ce type....!!! beurk, beurk.
    6
    Lundi 12 Mars 2012 à 22:35

    Encore un meeting que j'ai raté.

    7
    Lundi 12 Mars 2012 à 22:46
    Et là vous devriez l'écouter ... il se fait allumer sur les mesures concernant la maladie d'Alzeihmer...!!!
    8
    Lundi 12 Mars 2012 à 22:51

    Je ne l'écoute plus. Qui allume la mèche ?

    9
    Lundi 12 Mars 2012 à 23:11
    Je partage votre point de vue à propos des meetings qui prêchent des convertis.. mais nous avons hélas des médias en dessous de tout, incapable de décortiquer un programme et au besoin d'y apporter la contradiction.. alors le peuple a besoin du spectacle de la grand'messe... là le Sarko sur la une est en train de continuer à mentir au peuple sous le couvert de questions de prétendues personnes issues du peuple et quelques journalistes plutôt tièdes.. qui n'ont pas la capacité de contredire les chiffres annoncés car leurs dossiers sont vides alors le candidat peut faire son cirque à loisir.. perso j'attends un peu plus des lendemains du dépôt des signatures, période durant laquelle tous les candidats seront à égalité en ce qui concerne le temps durant lequel ils peuvent débattre. peut-être que la joute sera plus passionnante.
    Bravo pour le tableau qui illustre à merveille votre propos. Bonne soirée.
    10
    Mardi 13 Mars 2012 à 08:11
    Il y a plus de candidats qu'on le pense à ces déferlement de sottises. Et malheureusement, ce sont souvent ses meetings qui décident la moitié des français. C'est un phénomène de masse contre lequel il n'y a pas de remède. La preuve en est : Sarko devance assez largement Hollande pour la première fois. L'idée qu'il se fait du prochain Schengen emporte 79% d'adhésion, c'est beaucoup !
    Je crois que la descente de Hollande sera vertigineuse, mais je vais toujours à la pêche
    Nettoue
    11
    Mardi 13 Mars 2012 à 09:26

    Oui, c'est un peu lassant d'entendre ces politiciens proférer des affirmations gratuites et avancer des chiffres tronqués et les journalistes n'osent pas les contredire lorsqu'ils peuvent le faire. Ils le font parfois dans leurs papiers, encore faut-il qu'ils soient lus

    12
    Mardi 13 Mars 2012 à 09:31

    Les courbes se croisent dans un seul sondage. A confirmer. Pour Schengen, j'ai vu un sondage qui disait l'inverse. Se méfier des sondages. Quant à Schengen, c'est probablement une promesse en l'air pour plaire à la droite de la droite ou à la gauche de la gauche.

    13
    Mardi 13 Mars 2012 à 16:06
    Pour ma part je crois que les meetings sont des moments importants dans la vie démocratique, de grandes messes républicaines. Depuis la Grèce antique, dès lors qu'il s'agit de choisir un représentant, les hommes veulent voir DE VISU ce qu'un candidat a dans les tripes, apprécier ses talents d'orateurs, sa capacité à affronter une foule et la convaincre !
    Les meetings sont de grands moments, Doc, et qui ont permis de révéler beaucoup de grands hommes de notre histoire.
    14
    Mardi 13 Mars 2012 à 16:50

    Mais là vous parlez d'une autre époque où le meeting était ouvert à tout le monde. Maintenant ce sont des meetings mis en scène, réservés aux seuls partisans et sans contradiction possible. Où voyez-vous la démocratie ? C'est un spectacle pour impressionner, pas pour convaincre.

    15
    Mardi 13 Mars 2012 à 17:39
    Rien à ajouter à votre analyse avec laquelle je suis entièrement d'accord !
    16
    Mardi 13 Mars 2012 à 17:57

    Un meeting, en théorie, devrait être une réunion publique, éventuellement contradictoire et non pas un spectacle parfaitement organisé et qui ne démontre que les ressources financières d'un parti.

    17
    Mardi 13 Mars 2012 à 20:34
    Ces exercices de style que sont les meetings électoraux ont l'avantage, pour les candidats, de leur remonter le moral puisque justement les auditeurs sont favorables à leur cause. Et tant mieux si la réunion des cerveaux présent les enlise, c'est même un peu l'effet escompté. Chacun y trouve son compte : les électeurs/souteneurs ont l'impression d'être congratulés et le candidat d'être soutenu.
    18
    Mardi 13 Mars 2012 à 22:29
    Où je vois la démocratie dans les meetings, Doc, est qu'il sont interdits dans les dictatures !
    Des semblants de débats contradictoires peuvent être tolérés dans une dictature, mais des meetings de l'opposition, jamais !
    Je reconnais qu'aujourd'hui en France ils ont un côté "spectacle médiatique organisé par des professionnels" qui leur enlève ce côté sympathique et militant, mais je vous assure qu'il y a des militants qui ont envie à la fois d'être rassuré et d'en découdre et qui attendent ces moments de ferveur militante avec impatience !
    En tout cas une campagne électorale sans meeting et rien qu'avec des débats contradictoires seraient moins passionante. Déjà qu'elle ne l'est pas beaucoup !
    19
    Mardi 13 Mars 2012 à 22:49

    Le meeting est, en effet, aujourd'hui, à consommation interne et une démonstration de force pour l'extérieur.

    20
    Mardi 13 Mars 2012 à 22:54

    C'est une ferveur religieuse et les meetings n'ont rien de passionnant car trop artificiels. Mais c'est vrai que leur existence même est un indice de démocratie.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    21
    Mercredi 14 Mars 2012 à 08:50
    C'est l'argent des contribuables qui est utilisé ou celui des membres ?
    22
    Mercredi 14 Mars 2012 à 17:06

    Le financement des partis politiques est assuré par les contribuables, les cotisations des adhérents ne représentent pas grand chose, s'y ajoutent les dons qui peuvent être occultes et poursuivis par la justice lorsqu'ils sont découverts.

    23
    Jeudi 15 Mars 2012 à 11:15
    Je pensais que c'était uniquement les campagnes (mais peut-être sans compter les meetings "internes") qui étaient financées par le contribuable. Nous avons donc tous intérêt à créer un parti pour éviter le chômage !
    24
    Jeudi 15 Mars 2012 à 18:19

    Ne sommes-nous pas en campagne électorale ?

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :