• LES FORMES DE L'EAU XIX

    raeburn8.jpg

    Sir Henry Raeburn « Portrait du révérend Robert Walter en train de patiner » 1784

     

    MIRACLES

     

    Un révérend marche sur les eaux

    Comme le Seigneur

    Dans sa béatitude il glisse, glisse

    Et glisse encore sur la glace lisse

    En songeant dans son for intérieur

    Que les pays du nord ont des attributs

    Que le Seigneur n’a pas connus

     

    Le révérend père tout fier

    Glisse sur ses patins, le visage béat            

    Et songe aux miracles d’ici-bas

    Le miracle de l’eau changée en pierre

    Pour le plus grand plaisir d’un révérend

    Un révérend qui glisse sur la glace lisse

     

    Il songe à l’eau à boire pour être vivant

    Et pour pisser le plus loin

    A l’eau changée en neige pour blanchir les sapins

    A l’eau changée en fine rosée

    Pour démaquiller les fleurs des prés

    A l’eau changée en vin

    Miracle apprécié du Seigneur

    En pressant les grappes de raisin

    A l’eau changée en vapeur

    Pour dessiner de beaux nuages

    Et pousser en sifflant les rouages

    A la vapeur changée en pluie bienvenue

    Pour que poussent les récoltes attendues

    A l’eau changée en grains

    Pour manger le pain de demain

     

    Mais aussi

    A l’eau changée en déluge

    Pour noyer les mécréants

    Sans oublier les croyants

    Que Dieu laisse sans refuge

    A l’eau bénite changée en sueur du malheur

    A l’eau changée en grêle et en pleurs

    Et en crachats de mépris

    Mais le révérend dans ses pirouettes remarquables

    Nous dit

    Que les desseins du Ciel sont impénétrables

     

    Paul Obraska

    « C'est la crise !L'anévrisme de l'aorte abdominale »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 18:27
    Beau tableau dont l'apparence faussement réaliste et même prosaïque ne réussit pas à m'empêcher d'éprouver ce sentiment d'irréalité. Ce révérend patine hors du monde. Il glisse non pas sur la glace mais sur les pensées que vous lui prêtez.
    2
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 18:51
    J'aime beaucoup l’œuvre de cet écossais. Il glisse au fond de son propre cheminement intérieur. Bravo pour ce texte Doc. Bonne soirée
    3
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 19:01

    Merci d'interpréter ce tableau en évoquant mon texte et c'est joliment dit.

    Dr WO

    4
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 19:03

    Heureusement que le révérend n'est plus là pour m'accuser de diffamation.

    Dr WO

    5
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 19:31
    Après Pangloss je n'ose plus rien dire sinon que je suis dans le même ressenti.
    6
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 19:36

    Osez ! Osez !

    Dr WO

    7
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 21:27
    Pour ma part le regard du personnage et ses bras croises traduisent un foisonnement interieur à mon sens malgré le lisse de l'arriétre plan ;ce que traduit bien le poéme ...bravo !
    8
    Mercredi 20 Octobre 2010 à 22:35

    Merci luange.

    Dr WO

    9
    Mercredi 28 Novembre 2012 à 14:16
    J'aime bien ce poème et son ton d'ironique moquerie.
    10
    Mercredi 28 Novembre 2012 à 17:00

    Merci. Vous avez courageusement plongé dans les archives.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :