• Le sparadrap du capitaine Haddock

    Le sparadrap du capitaine HaddockComme chacun a pu le constater lors des récentes commémorations, Hollande n’a pas perdu une occasion de se coller à Macron comme un sparadrap dont celui-ci avait du mal à se débarrasser sans paraître discourtois. Harcèlement assorti de gestes affectueux et de quelques déclarations qui laissaient sous-entendre qu’il avait placé lui-même son successeur sur le trône de la République. La chronologie des évènements ne plaide guère en faveur d’un rôle quelconque de Hollande pour la mise sur orbite du nouveau Président de la République, car au moment où son ministre de l’économie avait pris ses distances, il est probable qu’il pensait pouvoir encore se représenter.

    Comment interpréter ce sparadrap encombrant ?

    Hollande voulait-il montrer que Macron est bien son poulain en espérant attirer un peu de sa gloire sur lui-même ?

    A moins que Hollande cherchait à suivre par ses démonstrations l’adage de Jean Cocteau : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d'en être l'organisateur. ». Ce qui pourrait satisfaire les adversaires de Macron ayant le goût des complots et qui ne voient en lui que la créature de Hollande et son continuateur.

    Reste une hypothèse machiavélique : « je te colle publiquement le sparadrap de l’impopularité, ça t’apprendra à prendre ma place, alors que je t’ai mis le pied à l’étrier ». Une filiation imposée pour nuire, le baiser qui cherche à tuer.

    « Le guide touristiqueLe pari du Grand Paris »

  • Commentaires

    1
    Vendredi 12 Mai à 19:29

    On sait comment a fini le baiser de Judas!

    Mais si le sparadrap du capitaine Haddock m'amuse beaucoup, ce sparadrap-là est loin d'être rigolo!!!

      • Vendredi 12 Mai à 20:39

        Mais là, qui est Judas ? A noter que le baiser de Judas était nécessaire à Jésus.

    2
    Souris donc
    Vendredi 12 Mai à 20:05

    Malveillance.

    Le cliché veut que le président, entouré de flatteurs, soit coupé du réel. Hollande n’est pas plus coupé du réel que vous et moi. Il a Internet et la télé comme tout le monde.

      • Vendredi 12 Mai à 20:33

        Vous êtes donc pour la 3ème hypothèse. Mais c'est peut-être une synthèse des trois, Hollande n'est-il pas l'homme de la synthèse ?

    3
    Vendredi 12 Mai à 21:21

    Si le baiser de Judas était nécessaire à Jésus, je crois que l'Emmanuel se passerait des gestes affectueux du gros Hollande!

      • Vendredi 12 Mai à 22:52

        C'est également mon avis.

    4
    Vendredi 12 Mai à 22:44

    Un passé encombrant tout de même, c'est ce que j'appelle le baiser de la pieucre !

    Bonne soirée Doc

      • Vendredi 12 Mai à 22:55

        En tout cas abondamment commenté.

    5
    Un Cœur qui bat
    Samedi 13 Mai à 05:20
    Bonsoir Doc, je n'aurais jamais imaginé un tel scénario.... Encore un héritage "Mittérandien" ? Merci pour le clin d'œil.
      • Samedi 13 Mai à 09:13

        Macron avait 4 ans à l'arrivée au pouvoir de Mitterrand et c'est lui qui a largement contribué à mettre son héritage en morceaux.

    6
    Souris donc
    Samedi 13 Mai à 09:06

    Macron a vite cerné le manque d’envergure de Hollande. Secrétaire général adjoint de l’Elysée en juillet 2014, il  quitte le Château, épuisé par l’indécision permanente de Hollande : C’est quelqu’un avec qui il est extrêmement difficile de travailler. C’est usant, très usant.

    Source : Paris Match, article Hollande-Macron, un drame shakespearien en cinq actes. (1. Le soutier / 2. Le chanceux / 3. Le favori / 4. Le traître / 5. Le vainqueur).

    Hollande, collant et pathétique, va sans doute se distinguer par une incongruité demain.

    Un autre sparadrap encore plus collant : Bayrou.

     

      • Samedi 13 Mai à 09:24

        Bayrou est en effet un sparadrap hyper collant (Copé a parlé - lui aussi - à son propos, du capitaine Haddock), d'autant plus qu'il n'a pas manqué de déclarer que son soutien était à l'origine de la victoire de Macron. Il a eu le culot de dire avant l'élection qu'il apportait son soutien sans exiger de  contrepartie ! Se contredire en si peu de jours est plus bête que méchant.

      • Souris donc
        Samedi 13 Mai à 10:49

        Son soutien n'est nullement à l'origine de la victoire de Macron, dans tous les cas de figure étudiés par les sondeurs.  

        Bayrou a dit pis que pendre de Macron. Tout y passe :

         

        Principal responsable de la politique économique de Hollande, pour quel résultat ?

        Projet de société proche de celui de Sarkozy.

        Similitude des projets économiques de Fillon et de Macron.

        Pas beaucoup de substance dans les discours d’Emmanuel Macron.

        Derrière Macron, il y a de grands intérêts financiers incompatibles avec l’impartialité exigée par la fonction politique.

        Les levées de fonds ? déductibles, c’est le contribuable qui paie.

         

        Je ne sais pas comment on peut mais supporter un tel imbécile.

      • Samedi 13 Mai à 11:06

        Il n'a cependant pas quitté (à son détriment) sa position de centriste, mais Macron semble avoir réussi là où il a échoué. A la limite, il pourrait prétendre que c'est Macron qui l'a rejoint.wink2

      • Souris donc
        Samedi 13 Mai à 11:16

        Incroyable que ce Bayrou n'ait pas songé à creuser un trou dans son jardin et de s'y enfouir, histoire de se faire oublier. Après son Macron = hologramme chez Bourdin.

      • Samedi 13 Mai à 12:26

        Quand on entend les déclarations définitives et négatives de Bayrou sur Macron, il était en effet plus décent pour lui de faire une retraite dans un monastère. Reste que Macron l'a accueilli à bras ouvert.

    7
    Samedi 13 Mai à 11:38

    Je pencherais assez pour l'adage de Jean Cocteau mâtiné de la première hypothèse !

    Quant à Bayrou... prêt à tout pour une petite place au soleil ! sarcastic

      • Samedi 13 Mai à 12:28

        Ce qui est paradoxal pour Bayrou est qu'il a refusé des alliances par le passé qui lui auraient permis d'avoir une place.

      • Souris donc
        Samedi 13 Mai à 17:33

        Une place. Dans l'Assemblée Nationale sortante, le Modem avait UN élu : Jean Lassalle. Et Bayrou est courroucé parce que LREM en investit une quarantaine ? Il rêve ou quoi, le faiseur de roi autoproclamé ?

      • Samedi 13 Mai à 17:38

        Tout à l'ego.

      • Souris donc
        Samedi 13 Mai à 17:50

        cool cool smile ...et la morgue dans l'âme.

      • Dimanche 14 Mai à 08:32

        C'est mieux que l'âme à la morgue

      • Sémaphore
        Lundi 15 Mai à 23:28
        Sémaphore

        Le temps passe pour Bayrou comme pour les autres...

    8
    Samedi 13 Mai à 13:34

    Hollande le mentor paternel et Bayrou le fidèle compagnon de route... Il n' y a pas à dire, les fées se sont penchées sur son berceau !

     

      • Samedi 13 Mai à 13:55

        Des fées Carabosse bad

      • Sémaphore
        Lundi 15 Mai à 23:31
        Sémaphore

        Les fées tides ???

      • Mardi 16 Mai à 08:23

        Si j'ai bien compris, vous ne les avez pas en odeur de sainteté.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :